Page:Luzel - Contes populaires, volume 1, 1887.djvu/434

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Vois comme je t’aime ! dit le roi au bossu ; j’ai égorgé mon fils unique pour te délivrer !

— Sire, répondit le bossu, votre dévouement sera récompensé ; votre fils n’est pas mort ; allons Je voir !

Et, quand ils entrèrent dans la chambre de l’enfant, ils le virent qui souriait, dans son berceau, et tendait les bras vers son père.

Il y eut alors, à la cour, des fêtes magnifiques. Et depuis, je n’ai pas eu de leurs nouvelles.


Conté par Francesa ar C’hroseur, femme Bizi (Bizien),
ménétrier, de Belle-Isle-en-Terre. — Décembre 1869.


Le prototype des contes de ce cycle semble être le conte hindou de Viravara, dans le Pantchatantra et aussi dans l’Hitopadésa, chap. IX, édition Maisonneuve, 1882, avec mélange de souvenirs de l’Obéron de Huon de Bordeaux.

Le Roi de Portugal et le Roi Dalara, qui précède, peuvent aussi se rattacher au cycle de la Princesse aux Cheveux d’Or par la recherche de la princesse Ronkar et du Roi Dalmar.