Page:Luzel - Contes populaires, volume 1, 1887.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Mais, songe donc qu’il y a cinq cents ans que tu les as quittés !

Tous tes parents sont morts, il y a bien longtemps, et là où était autrefois leur maison, il y a, à présent, un grand chêne tout pourri de vieillesse  !...


Conté par Françoise Ann Ewenn, femme Trégoat, de
Pédernec (Côtes-du-Nord). 1869.