Page:Luzel - Contes populaires, volume 3, 1887.djvu/88

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et le bâton cessa de frapper, et Jean revint à la maison avec le mulet, la serviette et le bâton.

S’il a su les conserver, il n’est pas à plaindre. Quant à moi, je n’ai pas eu de ses nouvelles, depuis.


Conté par Barbe Tassel, de Plouaret
(Côtes-du-Nord). — 1870.