Page:Maurice Joly - Les Affames - E Dentu Editeur - 1876.djvu/104

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





XV

réunion clandestine.



Gédéon Mathieu, qui venait d'échanger un coup d'œil d'intelligence avec Barbaro, feignit de partir avec les autres joueurs au signal donné par le patron du cercle, et s'esquiva par une porte dérobée qui semblait conduire dans l'intérieur de la maison. S'il eût regardé attentivement autour de lui, il aurait aperçu une forme humaine blottie dans un fauteuil au fond d'une petite pièce que l'on n'avait point éclairée.

C'était du Clocher qui conservait dans son sommeil les attitudes souriantes dont il ne se départait jamais et qui se reposait là des fatigues d'une soirée passée dans le salon d'une demi-déesse du quartier de la Madeleine. Les garçons du cercle ne couchaient pas dans l'établissement, et ils étaient tous partis depuis un instant.

― Qu'est-ce que vous faites donc là, vous ? dit Barbaro qui, une bougie à la main, procédait à un examen minutieux de toutes les pièces de l'appartement ; et il secoua du Clocher qui souriait en dormant comme l'enfant Jésus.