Page:Milledonne (Baschet)- Journal du concile de Trente.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3

AVANT-PROPOS

Trente. Si elles en demandent l'histoire, elles s’exposent à s’entendre répondre que Fra Paolo Sarpi, de l’ordre des Servîtes, et le Père Pallavicini, de l’ordre des Jésuites, l’ont écrite. Mais leurs œuvres sont de longue haleine, propres aux gens d’étude, et à ceux, pour ainsi parler, qui sont du métier. Nous avons donc pensé que la publication d’un document qui, étant l’œuvre non-seulement d’un contemporain, mais d’un témoin de ce Concile, et dont toute l’ambition de l’auteur s’était bornée à vouloir informer sans passion comme sans discussion, pouvait avoir son utilité. De là ce présent petit volume, qui, sans les motifs d’actualité que nous venons si rapidement d’énoncer, n’aurait aucun titre méritoire pour être produit, et pour aller au-devant de l’attention du public, curieux de connaître authentiquement les choses dont il entend parler de tous côtés.

II.

Je dirai maintenant quel était cet Antonio Milledonne, auteur de l’écrit dont nous donnons aujourd’hui la traduction d’après l’un des