Page:Nadaud - Chansons, 1870.djvu/143

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il dépense l’or de son père,
Moitié mangeant, moitié buvant.
Mais, quand je lui lis notre histoire.
Son cœur ne bat pas pour la gloire !…
Non, par ma foi,
Cet enfant-là n’est pas de moi.
Cependant tout le monde assure
Que Paul me ressemble : en effet,
Il a ma taille, ma tournure ;
Moi, je le trouve fort bien fait.
Puis il aime l’indépendance,
Le vin, les femmes et la France.
Oui, par nm foi,
Celui-là peut être de moi.




LE DOCTEUR GRÉGOIRE.


Le docteur que j’ai
N’est pas agrégé ;
Il n’a ni cordons ni grades ;
Il est détesté
De la faculté :
Il guérit tous ses malades.
Ah ! le bon docteur
Et le remède admirable !
C’est une liqueur
Qu’on peut même prendre à table.

Quel plaisir,
Quel plaisir de boire