Page:Nerciat - Félicia.djvu/59

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus beau châtain brun ; une taille haute, svelte, pleine de grâces, et que faisait briller un petit uniforme d’officier aux gardes ; une jambe ! un pied ! Mais tout cela ne donne encore qu’une idée imparfaite du rare neveu de monseigneur, de l’incomparable chevalier d’Aiglemont ; c’est ainsi qu’il se nommait. Quels yeux ! Quelles dents ! Quel sourire ! Que de charmes dans les moindres mouvements ! Enfin, combien de ces beautés, toutes spirituelles, que la plume, le pinceau ne peuvent exprimer !

Ce mortel unique appartenait pour lors à l’heureuse d’Orville, qui, quoique jeune, belle, à la mode, et faite, à tous égards, pour aimer à but, ne laissait pas de faire des folies pour captiver son volage amant. Celui-ci ne daignait demeurer depuis quelques mois sur son compte que parce qu’elle venait de l’acquitter de plus de dix mille écus, et qu’en attendant des secours, que la famille rebutée du dissipateur tardait à lui faire parvenir, elle prévenait jusqu’à ses moindres fantaisies. Cependant elle ne manquait, ni de délicatesse, ni de pénétration, ni de manège. Elle vit d’un coup d’œil que l’inflammable d’Aiglemont brûlait déjà pour mes jeunes appas, qu’il me plaisait et que Sylvina, qui lui lançait à tous moments des œillades passionnées, méditait également d’en faire la conquête. Piquée au vif de tout cela, Mme d’Orville prit le parti de se venger sur l’heure, en se rabattant sur monseigneur. Le chevalier ne faisant aucune attention à sa maîtresse, ni Sylvina à monseigneur, d’Orville eut beau jeu pour agacer le prélat. Celui-ci, sur qui la nouveauté avait tout pouvoir, répondit avec le plus vif empressement aux avances qu’on lui faisait et prit feu d’autant plus violemment que, sans se jeter à sa tête, on se conduisait néanmoins de manière à lui faire espérer d’être bientôt heureux.