Page:Nourrisson - De la liberté et du hasard, 1870.djvu/187

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


que tout arrive par nécessité et d’après le décret du destin, et ceux qui croient qu’il y a des faits qui se produisent sans que des causes antécédentes les aient nécessairement préparés. Cependant il paraît très difficile en un tel sujet de découvrir la vérité, parce qu’il semble qu’à l’un et à l’autre sentiment s’opposent nombre d’objections irréfragables. Mais puisque, pour certaines doctrines, c’est un moyen de les établir plus clairement que de réfuter ceux qui les contredisent (et ici quelle opinion pourrait avoir plus d’autorité que l’opinion d’Aristote ?), je m’adresserai à ceux qui n’ont point professé sur ce sujet les mêmes maximes que lui, afin que de ce rapprochement d’enseignements contraires, la vérité ressorte avec plus d’évidence. D’ailleurs ce n’est point en vue d’une vaine montre que j’ai composé ce traité ; mon dessein a été uniquement d’y examiner la matière que je me suis proposée, en y apportant ce soin diligent du vrai, que l’on vous voit mettre vous-mêmes à tout ce que vous faites. Car il n’y a aucune de vos actions où l’on pût trouver