Page:Quérard - Les Supercheries littéraires dévoilées, tome 3, 1870.djvu/510

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
999
1000
WILKS   W. M**


« L’Anti-Sullonius », du même auteur, a paru aussi en 1768. Voy. Portier de la grande société.

+ WILKS (John) [Nérestant, mort en 1868].

Des articles de finances dans divers journaux.

+ WILLIAM [Jules Claretie].

Des articles dans la « Vie parisienne ».

+ WILSENS (Bénédict) [Ferdinand Henaux].

Histoire de la commune de Spa et de ses eaux minérales, avec d’amples notes, par —. Spa, Bruxelles, 1809, in-16 de 32 pag. Tiré à part de la Revue Trimestrielle.

WILSON (Harriette), apocryp. [Thomas Little].

Memoirs of —, vritten hy herself. Edition perused and corrected by the Author. Paris, rue Poupée. n°16, 1823, 7 vol. in-12. London, Stockdale, 1823.

— Mémoires de Henriette Wilson, concernant plusieurs grands personnages d’Angleterre, et publiés par elle-même ; traduction de l’anglais (par M. Lardier). rev. et corrigée par lauteur. Paris, rue Poupée n" 76, 1823, in-12 avec un portrait.

Reproduit l’année suivante avec des frontispices portant : Seconde édition.

Thomas Little est le pseudonyme qu’avait adopté Thomas Moore en publiant ses poésies érotiques, mais on n’a jamais eu l’idée d’attribuer à cet écrivain distingué les mémoires de la courtisanne dont il s’agit.

Henriette Wilson, actrice anglaise, était une femme galante. Ses Mémoires sont tout à la fois scandaleux et licencieux. On a imprimé, en France, sous son nom, deux autres ouvrages qui ne sont pas plus d’elle que celui-ci.

+ Lowndes indique une édition de 1825, 4 vol. in-12, comme la vingt et unième, et il ajoute qu’à l’apparition de chaque nouveau volume la porte de l’éditeur était assiégée dès le matin.

+ WINARICKY (Charles de), pseud. [Jean de Carro, suivant Aug. Bernard, De lorifjine de l’imprimerie, tome I, paij. 11(*>, note 2.

Jean Gutemberg, né en 1412, à Kuttenhers en Bohême, par —. Bruxelles, [H il, in-12.

WINCK (Geo.), pseudonyme [l’abbé Léonor-J.-Christophe Soulas d’Allaixval].

Lettre à milord***, sur Baron et Mlle Le Couvreur. Paris, 1730, in-12.

C’est sur la foi de l’abbé DesfonUinesque ce volume a été attribué à l’abbé d’Allainval. Barbier dit, dans son <•■ Examen critique des Dictionnaires historiques », qu’il est possesseur d’un volume intitulé « Œuvres de Coquelet », qui commence par celle lettre ; il n’en a pourtant pas moins continué de la donner, dans sa nouf, I velle édition du « Dictionnaire des fiivrages anonymes », à l’abbé d’Allainval. Cette Lelln ; a été réimprimée dans la « Collection des Mémoirts sur l’art dramatila suite des Mémoires sur Molière. que

WITT (Jean de), grand pensionnaire de Hollande, auteur supposé [Van den Hoef].

Mémoires de — ; traduits de l’original (hollandais) par M. de *** [Mme de Zoutelanut]. Laïkuje. Van Buhkren, 1709, in-12.

WITT (Jean), pseudonyme [A. Bulos].

Les Sociétés secrètes de France et d’Italie, ou Fragments de ma vie et de mon temps. Paris, Levavasscur, Urb. C « ? ie/, 1830, in-8.

La pagination recommence au milieu du volume, au chapitre Vil ; les signatures de ce chapitre et de celui qui le suit portent même : tome II.

+ W. M. [Will. Martin].

I. Lettre en vers sur le mariage de M"’^de Rohan avec M. Chabot ; de M «  de Rambouillet avec M. Montausier, et de M » de Brissac avec Sabatier, publ. avec une préface et des notes par —. Paris. 1802, pet. in-8. G. M.

II. Catalogue des livres de —, avec des notes biogr. et bibliogr. par le collecteur. Bouen, 1838, gr. in-8 de viii et 318 p.

Catalogue tiré seulement à 15 exemplaires. Les livres qu’il indique, et qui concernent en grande partie la littérature française au xvi’siècle, ont été livrés aux enchères à Paris, en 1809, par M. Aug. Aubry, sous le titre de « Catalogue d’un amateur ».

W. M**, épouse de J. R** pseudonyme [Pierre Roederer, depuis comte (1)].

Conseils d’une mère à ses filles. 1789. (En XIV chapitres). Paris, de Fimpr. de Rœdereret Coruncez, an IV vl796), in-12 de 96 pag. sur pap. vélin commun.

Vendu, v. f., filet, tr. dor., 9 fr. à la venled’Aimé Martin, en 1848.

Un avis imprimé au verso du titre dit que « cet ouvrage n’a été imprimé que pour les amis de l’auteur et de l’éditeur ». Il n’en a été tiré que 50 exemplaires.

M. P. Jannet, dans le « Journal de l’amateur de livres », qu’il publie, 1848, p. 288, a dit que ce petit ouvrage était d’une dame Rousseau, grand’mère des Ternaux et des Ternaux-Compans (2), morte en 1848, dans un âge avancé.

Cette assertion se trouve détruite par un Avertissement qui se trouve placé à la tète de quelques exemplaires de ce livre, et qui est signé du véritable auteur. Voici la pièce sur laquelle nous nous appuyons ;

Avertissement rédigé depuis l’impression de l’ouvrage. « C’est par fiction que j’ai mis ce petit écrit, qui


+ (1) C’est par pur entêtement que Quérard maintient ici le nom de Rœderer. L’ouvrage est positivement de Mio^ Jean Rousseau, née Woldeniar Michel. P.J.

+ (2) Lisez : des Ternaux. Ils étaient quatre frères : Edouard, mort substitut du procureur général à Paris ; Charles-Henri, qui ajoutai ta son nom celui de sa femme, fille du général Compans ; Woldeniar, mort en Algérie, et Mortimer, qui vit encore. P. J.