Page:Ramayana, trad. Roussel, tome 1.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



SARGA V


DESCRIPTION D’AYODHYÂ



1. Ceux à qui autrefois appartint la terre entière, Prajâpati et ses descendants, les rois toujours victorieux,

2. Desquels était Sagara par qui Sâgara fut creusé, lui qui ne marchait qu’environné de ses soixante mille fils,

3. C’est dans la famille de ces princes magnanimes, dont Ikshvâku est la tige, que fut composé et chanté le grand récit du Râmâyana.

4. Ce (récit), nous le déroulerons dans tout son entier, à partir du commencement ; le devoir, le plaisir et l’intérêt en forment l’essence. L’homme exempt d’envie mérite (seul) de l’entendre.

5. Il est un grand peuple, nommé Koçala, (peuple) heureux, célèbre, établi sur les bords de la Sarayù, (dont le sol) très riche produit des céréales en abondance.

6. Sa ville (capitale) est Ayodhyâ, illustre parmi les nations, fondée par Manu lui-même, l’Indra des hommes.

7. Cité glorieuse qui a douze Yojanas de long, trois de large ; elle est percée de rues vastes et nombreuses.

8. Elle est traversée par une grande voie royale, perpétuellement jonchée de fleurs et arrosée d’eau.

9. Cette ville, le roi Daçaratha, le soutien de son vaste royaume, la peupla (et y régna) comme au ciel le maître des Dévas.

10. Elle était munie de tours aux portes cintrées et fermées de battants ; à l’intérieur de nombreux marchés (l’approvisionnaient) ; elle était abon-