Page:René Crevel La Mort Difficile 1926 Simon Kra Editeur.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


il tient le crachoir et avec une telle maestria et une telle égalité que les convives, au gré de leurs natures, en ont pour des heures à rire, s’émouvoir ou s’effrayer.

— Mais les démences dont parle M. Bricoulet ne peuvent pas venir à la cheville de celle du colonel.

— Pas à la cheville ? Pourtant Bricoulet

en sait des histoires de fou, en sait de bien bonnes.

— …Mais qui ne vaudraient pas celles du colonel, car, figurez-vous, ma chère, depuis quatre ans le colonel, tous les matins, écrit la même lettre, oh ! pas à moi, bien sûr…

Et Mme Dumont-Dufour, qui eût aussi bien pu être sphinx que juriste, pose une énigme à Mme Blok :

— Devinez à qui, depuis quatre ans, M. Edgar Dumont, colonel et fou, chaque jour, écrit une lettre qui reproduit exactement et à la même place les mots et aussi tous les détails et moindres signes de ponctuation, virgules, points sur les i, accents ? Devinez. Je vous le donne en 10, je vous le donne en 100, je vous le donne en 10000. Devinez.

Mme Blok, qui ne veut pas être au-dessous de la vérité s’excuse :

— Je n’ai pas d’imagination.

Alors Mme Dumont-Dufour n’attend plus pour proclamer :

— Tous les matins le colonel Dumont écrit à Mme de Pompadour.