Page:Retinger - Le Conte fantastique dans le romantisme français, 1909.djvu/125

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE VII
Le Conte fantastique
chez les autres écrivains romantiques

Nous avons vu les cinq auteurs qui écrivirent les contes fantastiques les meilleurs et les plus importants. Mais il y en eut une quantité d’autres qui, presque jamais dans ce genre, ne s’élevèrent au-dessus de la médiocrité. Ce sont, pour la plupart, des imitateurs, ou des traducteurs d’auteurs étrangers. Les contes d’Alexandre Dumas père, par exemple, sont traduits littéralement, soit des frères Grimm, soit de Hauff, soit d’Andersen (L’Homme aux Contes, 1807, Contes pour les grands et les petits Enfants, 1809), et son œuvre la meilleure et la plus connue dans ce genre : L’Histoire du Casse-Noisette n’est qu’une traduction de Nussknacker und Mausekonig d’Hoffmann ; mais Dumas