Page:Retinger - Le Conte fantastique dans le romantisme français, 1909.djvu/130

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
— 128 —


CHAPITRE VIII
Conclusions

Le romantisme avait introduit en France le conte fantastique, l’avait adopté et lui avait permis de s’acclimater. Vers l’année i83o il devient partie intégrante et très importante de la littérature française et la lecture la plus goûtée du public. Pourtant quoiqu’il donnât lieu à une production énorme, et à quelques chefs-d’œuvre, le genre n’a pas varié (excepté peut-être avec Gérard de Nerval), il est resté ce qu’il était chez Hoffmann et Mérimée, ce n’est que plus tard, et en dehors du romantisme (dans le sens strict du mot) qu’il changea sous l’influence d’E.-A. Poe.

Les merveilleuses traductions de Baudelaire, qui bien que presque littérales sont néanmoins si per