Page:Revue des Deux Mondes - 1870 - tome 87.djvu/932

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


de leurs pauvres doigts effiloquent lentement la charpie. Le vieux linge fourni par les hôpitaux ne suffit pas aux besoins de la consommation, et chaque année l’assistance publique achète des draps réformés à l’administration de la literie militaire, des serviettes, des nappes à une marchande bien connue sur le marché du Temple. Dès que les bandes, les compresses sont faites, on les serre, selon la dimension réglementaire qui leur a été donnée, dans des boîtes spéciales qui s’emplissent et se vident incessamment. On pourra se faire une idée de l’activité qui règne dans ces ateliers en sachant que chaque année il en sort 144,000 mètres de bandes en toile neuve. Une salle ouverte dans un petit corps de logis séparé renferme, derrière des vitrines sévèrement closes, un spécimen de tous les objets qui sont indispensables aux multiples manifestations par lesquelles l’assistance publique affirme la grandeur de sa mission : c’est la salle des modèles ; en la visitant, en maniant l’un après l’autre tous ces objets si divers, en en constatant l’utilité et la perfection, on ne peut qu’être touché par une si prévoyante et si intelligente charité.


III

La population indigente de Paris est très nombreuse, et c’est seulement depuis 1829 que l’on a des données positives, scientifiques pour ainsi dire, qui permettent d’en apprécier l’étendue. A cette époque, elle se composait de 62,705 individus sur un ensemble de 816,486 habitans, ce qui donne la proportion considérable de l’indigent sur un peu plus de 13 personnes (13.02). La prospérité des premières années du règne de Louis-Philippe diminue la moyenne, qui n’est plus en 1838 que de 1 sur 15 (15.37). Lorsque la disette et les mesures insuffisantes pour y obvier amènent un malaise général, ainsi que nous l’avons vu dans l’année 1847, restée tristement célèbre par l’affaire de Buzançais, les chiffres remontent, le nombre des malheureux qui viennent frapper aux portes des administrations charitables augmente rapidement et atteint 73,901 sur 1,034,196, c’est-à-dire 1 sur bien près de 14 (13.99). En 1861, le chiffre des indigens secourus à Paris dépasse ce qu’on avait vu jusqu’alors ; le total est de 90,287, mais cet accroissement n’est qu’illusoire : loin d’augmenter, la population pauvre a diminué. Le décret d’annexion du 16 juin 1859 venait de souder les communes suburbaines à Paris, et en faisait une ville de 1,667,841 habitans. La proportion est donc plus restreinte et ne donne que 1 sur 18 (18.47) ; elle reste à peu près la même en 1866, après un recensement général, et s’arrête à 1 sur 17 (17.12). Du 1er janvier au 31 décembre 1869, des secours