Page:Revue des Deux Mondes - 1903 - tome 16.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


dictées, comme une partie des moyens qui en devaient assurer l’exécution, échappait aux membres ordinaires et n’était sue que des seuls « officiers ». Ces officiers, — un supérieur, un directeur, un secrétaire, — se réunirent à part dès l’origine, et, depuis 1638, mensuellement. Après avoir commencé par ne remettre à leur discrétion que les affaires de moindre conséquence, on en arriva à consentir que « toutes les propositions regardant l’Eglise, les ordres religieux, les affaires publiques, ou la conduite de la Compagnie, » ou, d’une façon plus vague encore, « tous autres sujets importans, » ne se fissent jamais publiquement, c’est-à-dire dans l’assemblée générale hebdomadaire « qu’après en avoir conféré en particulier avec le supérieur. » Bien plus, il suffisait que « quelque affaire » parût au supérieur de nature « à trop occuper la Compagnie » pour qu’il eût le droit « de la renvoyer à l’assemblée des officiers » ou de « commettre trois ou quatre personnes de son choix sur lesquelles on s’en reposerait [1]. » A la délibération collective d’idées pieuses, à la communion d’initiatives charitables établie par les fondateurs, se substituait peu à peu l’absolutisme d’un comité évoquant à lui toutes les entreprises d’importance, pour en mieux assurer le secret.

La même prudence réglait le choix des actes. Dès 1633, se déliant de son propre zèle, la Compagnie de Paris s’interdisait, « comme pouvant la manifester, » non seulement toutes les démarches de parade et de cérémonie, telles que la députation que l’on avait commencé d’envoyer, à la façon des autres confréries, à la messe de la Madeleine et à la procession des Billettes [2], mais même des actes de piété ou de charité jugés trop voyans. Elle supprime ainsi le catéchisme « que l’on faisait depuis l’origine aux laquais des confrères pendant les séances. »

Quant à l’accomplissement des bonnes œuvres dont la Compagnie croyait pouvoir se charger, sa façon, invariable, de procéder était indirecte, souterraine.

Son intervention devait laisser aussi peu que possible de traces écrites : « On n’écrira jamais de corps à des particuliers, mais seulement de Compagnie à Compagnie. » Aux particuliers

  1. D’Argenson, p. 275.
  2. Procession que les Frères hospitaliers de la charité Notre-Dame faisaient le dimanche de Quasimodo en commémoration du miracle de la Sainte-Hostie profanée par un Juif en 1290.