Page:Revue des Deux Mondes - 1909 - tome 51.djvu/134

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais si la fertilité de notre imagination n’aboutit qu’à obtenir par des procédés nouveaux des satisfactions anciennes, c’est surtout pour les riches que l’effet de ces découvertes est de plus en plus petit. Ce qu’elles leur donnent n’est rien auprès de ce qu’elles leur enlèvent : le privilège de jouir seuls naguère de ce dont le commun des hommes jouit désormais. Un par un, les anciens monopoles de l’élite fortunée lui échappent et le peuple les conquiert ; ses désirs s’éveillent aussi vite que ses prises s’étendent.

« Que faut-il à un nègre du Soudan, disait-on, il n’a pas de besoins ; qu’on lui donne une chemise il ne souhaitera rien de plus. — Vous vous trompez, répondait un fin psychologue, lorsqu’il aura une chemise, il voudra faire faire sa photographie. » L’emploi que font les « besogneux » de l’Europe de leurs nouvelles disponibilités n’est pas toujours le plus judicieux : au lieu de faire faire leur photographie, ils s’alcoolisent. Ils ressemblent à ce berger de jadis qui disait en pataugeant dans la boue : « Si je suis jamais roi, je garderai mes brebis à cheval. » À la création d’un petit pécule ou d’une vie plus douce, beaucoup préfèrent l’indigence avec l’eau-de-vie à discrétion ; ils « gardent leurs brebis à cheval, » Le bien-être cependant a fait son chemin ; il a pénétré peu à peu des couches de plus en plus profondes qui, baignées dans cette ambiance, ne se doutent pas de leur luxe lorsqu’elles « mangent figues et dattes, » ce dessert de richard au temps du poète Villon, et lorsqu’elles achètent une montre d’argent ou d’or.



VI



Que fera donc le riche, maintenant que ce bijou, ayant cessé d’être précieux, est souvent remplacé dans son gousset par une montre d’acier bruni ? Que fera ce riche actuel, à la fois plus garni d’argent que ses devanciers, et libéré d’une partie de ses charges par la baisse de prix de ses anciennes dépenses vulgarisées ?

La fortune, incapable de donner la santé ou l’intelligence, ou la beauté, ou la gloire, donnait sous l’ancien régime le rang et la puissance, à tout le moins l’honneur et la considération. Désormais, l’opinion en interdit l’étalage ; le train extérieur est passé de mode dans nos cités ; les pompes nuptiales y seraient