Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 5.djvu/368

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée

362

1677

• dans votre château est une chose extraordinaire; vous m’écrivez de Rochecourbière la jolie date la jolie grotte! que vous êtes aimable de vous y souvenir de moi et de m’y regretter! Laissons faire à la Providence nous nous y reverrons, ma belle; mais auparavant je vais vous attendre en Carnavalet", où il me semble que je vais vous rendre mille petits services, pas plus gros que rien. Me voilà trop heureuse; car il me semble que vous me mandiez l’autre jour que c’étoit dans les petites choses que l’on témoignoit son amitié voilà fort bien12; il est vrai, on ne sauroit trop les estimer: dans les grandes occasions, l’amour-propre y a trop de part"; V intérêt de la tendresse y est noyé dans celui de l’orgueil voilà une pensée que je ne veux pas vous ôter; présentement j’y trouve mon compte.

Je suis pour la perte de Bavard tout comme vous l’avez pensé c’est une perte pour ses amis J’ai fait vos compliments à Mme de la Fayette; elle ne s’en peut remettre. Elle étoit au lait; il s’est aigri, elle l’a quitté de sorte que cette unique espérance pour le rétablissement de sa misérable santé, nous est ôtée. Celle de M. du Maine apparemment n’est pas bonne; il est à Versailles, où personne du monde ne l’a vu on dit qu’il est plus boiteux qu’il n’étoit’5 enfin il y a quelque chose. Mme de Montespan alla l’autre jour coucher à Maintenon, croyant 11. « Au Carnavalet. » (Édition de 1734.)

12. Ces trois mots manquent dans les deux éditions de Perrin. 13. « L’amour-propre a trop de part à ce qu’on fait dans les grandes occasions. (Édition de 1754.)

14- V.p petit membre de phrase manque dans les deux éditions de Perrin. Celle de 17S4 continue ainsi « Mme de la Fayette ne s’en console point; je lui ai fait vos compliments, »

iS. Voyez tome IV, p. 22, note 3i. Cette phrase n’est pas dans l’édition de 1734 notre manuscrit donne il dit, au lieu de on dit,