Page:Sainte-Beuve - Lettres inédites à Collombet, éd. Latreill et Roustan, 1903.djvu/238

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
220
LETTRES INÉDITES DE SAINTE-BEUVE

une bagatelle, mais qui ne se vend pas et poulies amis seuls (1).

J’espère que vous êtes bien et que vous ruminez Rome. Ici, rien de bien. Les astres poétiques continuent leurs ellipses ou paraboles. Lamartine s’en donne. Hugo prépare un drame. De Vigny tire parles cheveux des poèmes dits philosophiques.

Nous en sommes tous à la troisième décoction du café.

Chateaubriand, qui écrit une vie de l’abbé de Rancé, est encore le premier et le dernier.

A vous de tout cœur, mon cher Collombet. et à nos bons amis d’auprès de vous.

P. S.Mme Valmore ne va pas mal, et elle a donné un volume où il y a de bien jolies et touchantes choses.

(1) Il s’agit du petit volume intitulé : La Bruyère et La Rochefoucauld, Mme de La Fayette et Mme de Longueville, Paris, 1842. Sainte-Beuve y avait joint une nouvelle, écrite en 1839, Christel. Le livre est rare.