Page:Saune - De l’élevage du poulain.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 11 —

pensables. C’est vers l’âge de trois ans seulement, lorsqu’arrive l’époque du dressage, que les poulains seront attachés dans les stalles à bat-flancs pour s’habituer au régime qu’ils devront généralement subir lorsqu’ils seront mis en service.

Exercice. — C. L’exercice modéré convient à tous les âges. C’est par une gymnastique en général instinctivement bien réglée du poulain en liberté que ses organes locomoteurs bien nourris, d’ailleurs, arrivent à toute leur perfection. Le poulain qui jouit de la liberté de ses mouvements dans les boxes, les paddocks ou au pâturage a généralement les articulations larges, des muscles fermes et résistants, des aplombs réguliers ; chez lui on ne trouve aucun de ces vices de conformation qui ne sont que trop souvent l’apanage de ceux qui ont été élevés à l’écurie. Sa corne s’use régulièrement et le pied se maintient dans ce qu’on a appelé l’état de belle nature.

Plus tard, arrivé à l’état adulte, il conservera ces qualités à la condition d’être soumis à un exercice régulier soutenu sans excès, et pourvu toutefois qu’il soit logé et nourri suivant les principes de l’hygiène.

Aplombs. — D. Quelle que soit la période de la vie, il importe toujours de veiller à la conservation et parfois à la rectification des aplombs. Ce précepte doit surtout être appliqué dans toute sa rigueur aux diverses périodes de l’élevage. Les défauts que présente sous ce rapport le sujet arrivé au développement qui permet le travail sont des causes d’usure prématurée des membres. Lorsque les tares qui en sont les signes apparaissent, elles croissent rapidement et mettent bientôt l’animal qui les porte hors de service, car les causes occasionnelles qui les produisent sont aidées dans leurs effets destructeurs par une cause prédisposante, originelle ou acquise.