Page:Saune - De l’élevage du poulain.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




MODE D’ÉLEVAGE DES POULAINS






CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES



Le cheval étant une machine qui produit du travail, il est important que dans cette machine tous les rouages soient bien coordonnés, toutes les parties bien construites. Pour atteindre ce but, l’hygiène vient à notre secours. On y trouve des règles qui peuvent être appliquées à tous les âges et dont nous croyons devoir faire tout d’abord un rapide exposé.

Alimentation. — A. L’animal le plus parfait ne peut acquérir toutes ses qualités naturelles s’il n’est convenablement alimenté ; aussi, a-t-on pu dire avec raison : Il n’y a pas de mauvais chevaux pour qui les nourrit bien. Le poulain naît avec des proportions qui seraient défectueuses chez un adulte et il les conserverait en partie s’il ne recevait pas une alimentation suffisante pour acquérir dans ses formes l’harmonie qui est en lui, mais à l’état virtuel seulement à sa naissance.

La poulinière qui reçoit une ration substantielle peut fournir au fœtus, sans gêner son développement, un sang riche en principes nutritifs et, après la naissance, procurer au jeune sujet un lait d’excellente qualité.

Si pendant la gestation la nourriture est abondante, grossière et de mauvaise qualité, ses organes digestifs prendront un volume qui,