Page:Science et foi.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


né discrédite pas soi-même les miracles par une visible répugnance au merveilleux. Prétendre combiner la violation avec le maintien de l’ordre naturel, dire à la fois oui et non, c’est le pire des partis.

Mais voilà ! dans un temps d’ignorance, alors que l’erreur commune faisait du soleil une espèce de fonctionnaire terrestre, se levant à gauche et se couchant à droite après sa petite course quotidienne, un capitaine, très pressé d’en finir, lui ordonne de s’arrêter. Peu de chose en somme, un chariot qui fait halte avant de rentrer sous la remise. Le miracle est simple, il devient dogme religieux. Mais un beau jour, il se complique. Des curieux impertinents découvrent que le soleil n’est point du tout un meuble ambulant de notre domicile sublunaire, mais un astre gigantesque, immobile à des profondeurs formidables.

Surprise… désarroi… confusion… fureur… vengeances ! On brise les os de ces perturbateurs de l’ordre et de la religion. Peine perdue ! la vérité reste… l’ignorance aussi par malheur. Cela rassure. On se familiarise avec l’épouvantail. Le nombre et la sottise aidant, on reprend ses esprits, bientôt de l’audace et de l’arrogance. « La terre tourne ?… Peuh !… belle affaire ! Eh bien, c’est la terre qui s’est arrêtée, non le soleil, voilà tout. La Bible n’est pas confondue, mais glorifiée. »

On prend même l’offensive. Du haut de la force matérielle, on tranche du mépris et de la superbe. On traite ses adversaires d’ignorants. Il faut parler haut dans ce monde. On ne réussit que par l’insolence. Fort bien. Le mariage du miracle et de la nouveauté est conclu, pas un mariage d’inclination ni même de raison… un mariage forcé. Il y a eu des rires sous cape à la noce. Aussi en parle-t-on le moins possible. On flaire le divorce.

En effet, la rupture ne tarde pas. Une nouvelle découverte, l’équivalence de la chaleur et du mouvement met le contact en morceaux. La terre, s’arrêtant, entrerait en fusion. Qu’en dites-vous, Révérend Père ? Comment le Seigneur s’y est-il pris pour exaucer le vœu de « l’ignorant Josué », sans escamoter la théorie ? Ce n’est pas tout d’arrêter la planète, il faut l’empêcher de fondre. Savez-vous concilier la halte avec l’équivalence mécanique de la chaleur ? Alors, vous êtes un habile homme. On serait curieux de connaître votre procédé.

Allons ! vous essayez en vain d’ajuster la Foi et la Science. Cette œuvre impossible se brise à chaque instant sous vos