Page:Sophocle, trad. Leconte de Lisle, 1877.djvu/260

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée




ANTIGONÈ.

Je l’avoue, je ne nie pas l’avoir fait.


KRÉÔN.

Pour toi, va où tu voudras ; tu es absous de ce crime. Mais toi, réponds-moi en peu de mots et brièvement : Connaissais-tu l’édit qui défendait ceci ?


ANTIGONÈ.

Je le connaissais. Comment l’aurais-je ignoré ? Il est connu de tous.


KRÉÔN.

Et ainsi, tu as osé violer ces lois ?


ANTIGONÈ.

C’est que Zeus ne les a point faites, ni la justice qui siége auprès des dieux souterrains. Et je n’ai pas cru que tes édits pussent l’emporter sur les lois non écrites et immuables des dieux, puisque tu n’es qu’un mortel. Ce n’est point d’aujourd’hui, ni d’hier, qu’elles sont immuables ; mais elles sont éternellement puissantes, et nul ne sait depuis combien de temps elles sont nées. Je n’ai pas dû, par crainte des ordres d’un seul homme, mériter d’être châtiée par les dieux. Je savais que je dois mourir un jour, comment ne pas le savoir ? même sans ta volonté, et si je meurs avant le temps, ce me sera un bien, je pense. Quiconque vit comme moi au milieu d’innombrables misères, celui-là n’a-t-il pas profit à mourir ? Certes, la destinée qui m’attend ne m’afflige en rien. Si j’avais laissé non enseveli le cadavre de l’enfant de