Page:Stendhal - La Chasse au bonheur, 1912, éd. Séché.djvu/94

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
90
LA CHASSE AU BONHEUR

d’un mois. Serais-je aussi heureux au bout de quatre semaines ? C’est le bonheur qui fait tout. « C’est le cœur qui fait tout », dit la tendre Ariane. Aurai-je le cœur que j’ai à cette heure ?

Voilà bien comment la sagesse donne le bonheur : chercher à devenir encore plus savant dans la manière de tirer parti des circonstances.

30 pluviôse, an XIII.

Je suis allé chez Mélanie, un peu tremblant. Elle m’a reçu avec un contentement et une gaieté visibles ; sa femme de chambre la frisait. Je n’ai pas eu l’esprit de faire de l’esprit ; c’était le cas cependant. J’ai soufflé le feu moi-même pendant qu’elle faisait autre chose. Ce soin, qui annonce l’intimité, me charmait. Enfin, sa femme de chambre est sortie. Nous sommes restés ensemble jusqu’à deux heures. J’étais très heureux. Je désirerais bien qu’elle l’eût été autant que moi. J’ai lieu de l’espérer pour une partie de ce temps ; le hasard a fait ce qu’eût dû faire l’adresse. Elle m’a raconté son histoire, il m’est prouvé qu’elle a une âme sensible comme la mienne, parce qu’elle m’a raconté des circonstances qui n’ont