Page:Stowe - Marion Jones.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne croira pas une chose, les bons juges de l’humaine nature peuvent l’abandonner comme perdue ; mais miss Silence, pour qui le langage d’opposition était entièrement neuf, ne pouvait en croire ses oreilles. Elle répéta en conséquence, mais sur un ton plus haut, tout ce qu’elle avait dit auparavant ; système de raisonnement qui, s’il n’est pas rigoureusement logique, rencontre néanmoins la sanction d’autorités, très respectables chez les lettrés et les savants.

— Ma chère Silence, dit Marion, lorsque l’orage se fut calmé faute d’aliments, si ce n’était pas avoir l’air d’être fâchées contre M. Dudley, je resterais pour vous obliger ; mais ce serait prendre part dans une querelle dont je ne veux jamais entendre parler.

— Alors on vous marchera dessus, et l’on vous foulera aux pieds, dit Silence. En tout cas, s’il vous plaît de faire la sotte, il ne me plaît pas de suivre votre exemple ; et elle sortit furieuse de la chambre. Mais il arriva que miss Silence, après avoir dépensé toute sa colère, n’en trouva plus pour le moment décisif. Il en résulta qu’après avoir dit tout ce qu’elle avait à dire sur le sujet à M. Dud-