Page:Sue - Le Juif errant - Tomes 9-10.djvu/431

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ban, en regardant la Sainte-Colombe à la dérobée.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Le lendemain de cette scène, Rodin dont la physionomie paraissait triomphante, mettait lui-même une lettre à la poste.

Cette lettre portait pour adresse :


À monsieur Agricol Baudoin,

Rue Brise-Miche, n° 2.
PARIS.

(Très-pressée.)




XIV


Les amours de Faringhea.


Djalma, on s’en souvient peut-être, lorsqu’il eut appris pour la première fois qu’il était aimé d’Adrienne, avait, dans l’enivrement de son