Page:Sue - Le Juif errant - Tomes 9-10.djvu/562

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


établissement de ce genre entrepris dans des proportions gigantesques.

Quant à la dispersion des membres de la compagnie de Jésus, je l’ai provoquée comme tant d’autres ennemis des détestables doctrines de Loyola, et la voix de ceux-là a eu bien plus d’éclat, de retentissement et d’autorité que la mienne.

Adieu, mon ami, j’aurais voulu cette œuvre digne de vous ; mais vous êtes indulgent, et vous me tiendrez compte, du moins, des intentions qui l’ont dictée.


À vous, mon ami.


EUGÈNE SUE.


Paris. 25 août 1845.



FIN.