Page:Tennyson - Enoch Arden, trad. Marnier, 1887.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
20
ENOCH ARDEN

l’on se mit en route pour retourner au village. Philippe reconduisit Anna jusqu’à la porte de sa maisonnette. Là, lui prenant la main, il lui dit doucement :

« Je vous ai exprimé mes vœux en un moment où vous étiez un peu troublée ; j’ai eu tort. Je suis lié à vous ; mais vous Anna, vous êtes libre.

– Non, répliqua Anna en pleurant, je suis aussi liée. »

Ainsi dit-elle ; et. bientôt, un soir, comme elle était à son foyer, songeant à cet autre soir d’automne, où il prononçait ces mots : « Je vous aime depuis plus, de temps que vous ne pensez, » tout à coup il apparut devant elle, réclamant l’exécution de sa promesse.

« Eh quoi s’écria-t-elle, y a-t-il déjà un an ?

— Oui, répliqua-t-il, si, comme je le crois, les noisettes sont mûres ; venez et voyez. »

Mais elle ne pouvait encore. Tant de choses à examiner… Un tel changement… Un mois encore… Elle savait bien qu’elle était engagée ; mais un mois » ’pas plus..

« Soit, dit Philippe, d’une voix tremblante ; avec des yeux qui exprimaient ses longues souf-