Page:Tolstoï - Dernières Paroles.djvu/255

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


un centième de l’utilité que j’y trouve, c’est pourquoi je voudrais que ce fût plus souvent.

Vous aimant.
L. Tolstoï
Iasnaia Poliana.
10 décembre 1903.


§


… Depuis déjà plus de vingt ans j’ai établi mon rapport envers Dieu et les exigences qui en découlent, et depuis je vis avec cette conscience ; et plus je vis plus je m’y affermis, et, en m’approchant de la mort, que j’attends chaque jour, j’éprouve un calme complet et une joie égale pour la vie et la mort.

Ma croyance n’est pas d’accord avec la vôtre, mais je ne dis pas et ne vous conseille pas de laisser la vôtre et d’adopter la mienne, je sais que c’est aussi impossible pour vous que de changer votre nature physiologique, prendre goût à ce qui vous écœure et inversement. C’est pourquoi, non seulement je ne vous conseille pas cela, mais je vous engage à vous en tenir à votre croyance, et à l’élaborer davantage si toutefois elle peut progresser.

L’homme ne peut croire qu’à ce à quoi il est conduit par l’union de toutes les forces de son âme.