Page:Turgot - Œuvres de Turgot, éd. Eugène Daire, I.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PRÉFACE
DE CETTE NOUVELLE ÉDITION.



Il n’est pas, au dix-huitième siècle, de nom qui honore plus l’humanité que celui de Turgot. Peut-être même serait-il difficile de trouver, à aucune autre époque de l’histoire, un homme qui ait réuni au même degré le double mérite de l’intelligence et de la vertu.

La philosophie et l’économie sociale comptent Turgot parmi leurs disciples les plus sages ; l’administration n’a jamais eu de représentant plus moral et plus habile, et la politique doit le placer en tête des hommes d’État qui ont dévoué leur existence au bonheur du peuple et au progrès général de la civilisation.

Aussi la postérité, rarement injuste, conserve-t-elle une vénération profonde pour la mémoire de l’écrivain et du ministre. La gloire de ce véritable ami de l’humanité n’a fait que grandir, pendant que pâlissait celle d’une foule de ses contemporains.

Énoncer ces faits, c’est démontrer toute la valeur des Œuvres de Turgot, et surtout le droit qu’elles ont de prendre place dans la Collection des principaux économistes. On se bornera donc à ajouter qu’on n’a rien négligé pour élever à l’auteur un monument plus digne de lui sous le rapport matériel.

Les Œuvres de Turgot ont été recueillies et publiées pour la première fois, il y a plus de trente ans, par Dupont de Nemours. On peut, sans manquer à la gratitude qu’on doit à l’ami du ministre-philosophe, affirmer que l’édition qu’il en donna, et qui se trouve épuisée depuis longtemps, n’offre qu’un véritable chaos en neuf volumes. Telle devait être, en effet, la conséquence de la marche suivie par Dupont de Nemours, qui s’attacha presque exclusivement à l’ordre chronologique pour classer les