Page:Verne - Une ville flottante, 1872.djvu/143

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fédéral aurait le temps d’engager son beaupré dans notre gréement avant que ce fainéant fût arrivé à son poste. Iras-tu, à la fin ? »

Crockston, sans mot dire, se hissa péniblement sur le bastingage ; puis il commença à gravir les enfléchures avec une insigne maladresse, et en homme qui ne savait se servir ni de ses pieds ni de ses mains ; puis, arrivé à la hune de misaine, au lieu de s’y élancer légèrement, il demeura immobile, se cramponnant aux agrès avec l’énergie d’un homme pris de vertige. Mr. Mathew, stupéfait de tant de gaucheries, et se sentant gagné par la colère, lui commanda de descendre à l’instant sur le pont.

« Ce garçon-là, dit-il au maître d’équipage, n’a jamais été matelot de sa vie. Johnston, allez donc voir un peu ce qu’il a dans son sac. »

Le maître d’équipage gagna rapidement le poste des matelots.

Pendant ce temps, Crockston redescendait péniblement ; mais le pied lui ayant manqué, il se raccrocha à une manœuvre courante, qui fila par le bout, et il tomba assez rudement sur le pont.

« Maladroit, double brute, marin d’eau douce ! s’écria Mr. Mathew en guise de consolation. Qu’es-tu venu faire à bord du Delphin ? Ah ! tu t’es donné pour un solide marin, tu ne sais pas seulement distinguer le mât d’artimon du mât de misaine ! Eh bien, nous allons causer un peu. »

Crockston ne répondit pas. Il tendait le dos en homme résigné à tout recevoir. Précisément alors, le maître d’équipage revint de sa visite.

« Voilà, dit-il au second, tout ce que j’ai trouvé dans le sac de ce paysan-là : un portefeuille suspect avec des lettres.

— Donnez, fit Mr. Mathew. Des lettres avec le timbre des États-Unis du Nord ! « M. Halliburtt, de Boston ! » Un abolitionniste ! un fédéral !… Misérable ! Tu n’es qu’un traître ! tu t’es fourvoyé à bord pour nous trahir ! Sois tranquille ! ton affaire est réglée, et tu vas tâter des griffes du chat à neuf queues [1] ! Maître d’équipage, faites prévenir le capitaine. En attendant, vous autres, veillez sur ce coquin-là. »

Crockston, en recevant ces compliments, faisait une grimace de vieux diable, mais il ne desserrait pas les lèvres. On l’avait attaché au cabestan, et il ne pouvait remuer ni pieds ni mains.

Quelques minutes après, James Playfair sortit de sa cabine et se dirigea vers le gaillard d’avant. Aussitôt, Mr. Mathew mit le capitaine au courant de l’affaire.

« Qu’as-tu à répondre ? demanda James Playfair en contenant à peine son irritation.

— Rien, répondit Crockston.

— Et qu’es-tu venu faire à mon bord ?

— Rien.

  1. Littéralement, cat of nine tails, martinet composé de neuf courroies, fort en usage dans la marine anglaise.