Page:Victor Brochard - Les Sceptiques grecs.djvu/252

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


témoignages précis nous le représentent comme le sceptique par excellence. Mais d'autres, non moins certains, nous font voir en lui un dogmatiste, partisan des théories d'Héraclite. Essayons, sans nous promettre d’y réussir, d’élucider ces questions; il s’agit, avant d’indiquer ce que nous pouvons savoir de son œuvre, de chercher ce que nous connaissons de sa vie et de ses écrits.

I. AEnésidème naquit à Gnosse^^^ en Crète, ou peut-être à iEgé^^H il enseigna à Alexandrie ^^^ on ne sait à quelle époque. Dans une période de ato ans (de 80 av. J.-G. à i3o ap. J.-C.) on ne peut lui assigner une place avec certitude. Quelques historiens le font vivre vers i3o ap. J.-G.; d’autres au commencement de l’ère chrétienne; d’autres enfin voient en lui un contemporain de Cicéron. Examinons les raisons qu’on peut donner à l’appui de chacune de ces opinions.

Maccolb^) choisit la date de i3o après J.-G. sans s’appuyer sur d’autres textes que celui d’Aristoclès dans Eusèbe^^^ où AEnésidème est représenté comme ayant vécu récemment, ixOis Moà ^peinv. Mais, outre que cette théorie ne tient pas compte des autres textes qu’on verra plus loin , elle a le tort d’attacher une importance excessive à l’expression d’Aristoclès. Si le mot éxOis Koù «rpcMfy peut désigner une période d’au moins soixante-dix ans , car Aristoclès vécut à la fin du 11* siècle de l’ère chrétienne , et peut-être au iii% pourquoi ne désignerait-il pas aussi bien une période de cent cinquante ans, ou même une plus longue ? Il faut remarquer d’ailleurs qu’Aristoclès oppose AEnésidème à Pyrrhon , mort depuis longtemps : et par rapport à ce dernier, la tentative d’AEnésidème pour renouveler le scepticisme pouvait lui paraître récente.

<» Diog., IX, 116.

(*) PhotiiM, MtfriebMon, cod. si 9.

(’) Aristoclès, ap. Eiaseb., iViop. Evamg,, XIV, itiii, 99.

^*ï pp. «I. , p. 69.

<»} Frœp. JSvai^., XIV, xfiii, 39 : Mn^ct^ féwu/JpdpépuH oMw, At d it^iè

Sri(iôf ris dtMr{tnrvpc7p Hpiccro xop (iÔXop toffroy.