Page:Vielé-Griffin - L’Amour sacré, 1903.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


A l’égal des épis des grands blés fraternels ?
Car l’Heure est ainsi faite, idéale et réelle,
Que l’âme avec le corps s’en nourrit à sa faim
Et le pain se fait rose et la rose est du pain.