Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/82

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

70 AXEL

GOTTHOLD, pensif

Ce que dit Miklaus ne me surprend pas : j’ai remarqué que depuis la venue de notre personnage, herr Zacharias est soucieux, taciturne… je ne sais pas… il rôde ; — il est inquiet.

HARTWIG

Il a quelque chose dans l’esprit.

GHOTTOLD, plus bas

Et puis, il sait de séculaires secrets de la famille, lui…, sans compter… le TERRIBLE ;

MIKLAUS et HARTWIG, ensemble

Chut, Gotthold !

Les trois vieillards regardent autour d’eux avec une sorte de mystérieuse inquiétude.

Gotthold tressaille et, de sa grosse chaussure ferrée, donne un véhément coup de pied dans les bûches rougeoyantes : celles-ci, soudain, jettent une énorme lueur de flammes et d’étincelles dans la salle.

MIKLAUSn après un instant, reprenant la conversation

Moi, pour conclure, — je tiens que le comte Axel ne s’ennuie nullement de son convive. — Comment ! mais il boit, avec lui, en un souper, plus de vin qu’il n’en buvait auparavant en douze