Page:Villiers de L’Isle-Adam - Derniers Contes, 1909.djvu/219

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée





SAGACITÉ D’ASPASIE



Actualité de l’histoire ancienne


À Francis Magnard.


Alcibiades, un soir, ayant retrouvé la queue de son chien dans le chignon d’or d’Aspasie pendant le sommeil de la grande hétaïre, s’accouda, pensif, sur le tapis de Corinthe, leur lit de plaisir.

Le heurt léger de ce mouvement éveilla la jeune femme ; — à l’aspect de l’objet touffu qu’examinait l’illustre éphèbe, ses regards, entre ses cils, jetèrent comme une lueur morose.

— C’est donc toi qui traitas si cruellement mon unique ami ? dit-il.

— C’est moi : pardonne ! répondit Aspasie.

— Fut-ce d’après une injonction des Dieux ?

— Oui, de Pallas !… dit-elle, sans s’émouvoir du sarcasme.

— D’après quelques officieux avis de l’Aréopage, plutôt !… Une décision, même puérile, ne suffit-elle pas à ruiner le crédit populaire ?… Va, je leur pardonne, car ils me haïssent moins qu’ils ne m’amusent.