Page:Vivien - Évocations, 1903.djvu/52

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.





La Mort de Psappha


poème dramatique en un acte


Scène 1

L’école de poésie fondée par Psappha. Une statue de l’Aphrodita enguirlandée de roses. Par la porte ouverte, on voit l’Égée, les jardins et les maisons de Mytilène. Le soleil, pendant l’acte, décline et disparaît dans la mer.



Éranna de Télôs, chante.

« Lasse du jardin où je me souviens d’elle,
J’écoute mon cœur oppressé d’un parfum.
Pourquoi m’obséder de ton vol importun,
Divine hirondelle ?