Page:Wilde - Le Crime de Lord Arthur Savile, trad. Savine, 1905.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Les contes qui complètent ce volume sont, tout au contraire, de pures fantaisies littéraires, des pages de l’exquis dilettante que fut Wilde. Il y a là quelques traits de cette ironie que les critiques d’Outre-Manche appelaient des Wildismes.

Le lecteur aura ainsi un point de comparaison qui lui permettra de rejeter ou d’admettre les considérations présentées plus haut.

Le Traducteur.