100 percent.svg

« En tos tens, que vente bise »

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Œuvres, Texte établi par Prosper TarbéP. Dubois typographe (p. 31-32).

CHANSON XVe.

En tos tens que vente bise,
Pour cele, dont sui sorpris,
Qui n’est pas de moi sorprise,
Devient mes cuers noirs et bis.
De fine amour l’ai requise,
Qui cuer et cors m’a espris,
Et s’ele n’en est esprise,
Por mon grant mal la requis.

Mais la dolors me devise,
Qu’à la millor me sui pris,
Qu’ains fut en cest mond prise,
Sé j’estoie à son devis !
Tort a mes cuers, qui s’en prise ;
Car ne sui pas si eslis,
S’ele eslit, qu’ele m’eslise :
Trop seroie de haut pris.

Et nequedent destinée
Done à la gent maint pensé.
Tost i metra sa pensee,
S’Amors li a destinée.
Je vis ja telle dame amée
D’hom de leur bas parenté,
Qui miex iert emparentée,
Et si l’avoit bien amé.

Por c’est droit, s’Amors m’agrée,
Que mon cuer li ai doné ;
Sé s’amors ne m’a donée,
Tant la servirai à gré.
S’il plaist à la désirée