« Je sais un nid charmant et tendre »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres de Théophile Gautier — PoésiesLemerrePoésies vol. 2 (p. 326-327).
◄  Ave Maria

V

Une personne, qui signe : « Un étudiant de Grenoble », a adressé au journal Le Gaulois une pièce qu’elle affirme avoir copiée, sur un album, à Genève. Nous avons, vainement jusqu’à présent, fait chercher à Genève l’autographe de cette pièce. Nous ne l’imprimons donc que sous toutes réserves. (Éd.)




Je sais un nid charmant et tendre
Où niche l’oiseau bleu du cœur,
L’oiseau dont nul ne peut entendre
Sans tressaillir, l’accent vainqueur ;

Nid plein de grâces sans pareilles,
Qui, sous un rayon de gaieté,
Scintillent comme des abeilles
Dans l’or des aurores d’été.

Formé de fleurs fraîches écloses,
Œuvre admirable de l’amour,
Des perles, des feuilles de rosés,
Dessinent son riant contour.


Écrin délicieux que dore
La jeunesse en traits éclatants ;
D’où s’échappe, ailée et sonore,
La vive chanson du printemps ;

D’où sort une divine haleine,
Comme d’un calice vermeil
Qui livre aux souffles de la plaine
Son sein tout baigné de soleil.

Nid séducteur où rit l’ivresse,
Cachant ses secrètes ardeurs,
Comme une coupe enchanteresse
Dont les bords sont voilés de fleurs.

Plus mignon qu’un nid d’oiseau-mouche,
Plus frais qu’un cœur de rose-thé, —
Ce nid ravissant…, c’est ta bouche,
Doux paradis de volupté,

Où les désirs, ramiers fidèles,
Volent toujours inapaisés,
Et vont provoquer à coups d’ailes
L’essaim palpitant des baisers !

–––––––––Signé : Théophile Gautier.