À Alfred de Vigny (1898)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Édouard Pelletan, éditeur (p. 13-19).


SULLY PRUDHOMME


À

ALFRED DE VIGNY

SONNET



PARIS
ÉDOUARD PELLETAN, ÉDITEUR
125, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 125

MDCCCXCVIII




SONNET



Tes lauriers ont verdi dans les frissons rivaux
De ta loyale épée et de ta lyre altière,
Gentilhomme au front triste et libre, à la frontière
Des vieux âges sombrés et des âges nouveaux.

Tu jetais, d’un beau geste, aux sillons des cerveaux
La semence où germa la moisson tout entière,
Et toute noble muse est encore héritière
Du souffle magnanime épars dans tes travaux !


Ah ! comme il sied, Vigny, de couronner ton ombre,
Aujourd’hui que, brisant le joug ailé du nombre,
Le vers fuit des sommets le jour et la hauteur !

Fier de ton art, docile à ses règles sacrées,
Ô poète soldat, flétris ce déserteur,
Toi qui sais obéir, même alors que tu crées !




CE SONNET
COMPOSÉ
PAR
SVLLY PRVDHOMME
POVR
LE CENTENAIRE
DE
LA NAISSANCE D’ALFRED DE VIGNY
A ÉTÉ LV
A
LA COMÉDIE FRANÇAISE
PAR
SYLVAIN
LE 28 MARS 1897
JVLES CLARETIE
ÉTANT
ADMINISTRATEUR GÉNÉRAL