À Algésiras - La Crise décisive

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

À ALGÉSIRAS


_________
LA CRISE DÉCISIVE
_________


Est-il trop tôt pour parler ? pour dire ce que furent, à l’heure la plus critique, les ressorts cachés du conflit franco-allemand ? pour montrer comment, par le plus dramatique des reviremens, la conférence d’Algésiras, à la veille d’aboutir, fut soudain rejetée en pleines difficultés ? Je ne le crois pas. Nous subissons les inconvéniens d’une publicité poussée jusqu’à l’excès : il est juste d’en recueillir aussi les avantages et de s’expliquer sans réticences sur les affaires du pays. Si l’on ne connaît pas les risques qu’on a courus, on se condamne à ne point profiter de l’expérience qu’ils portent en eux. Il y a un an, les convenances de la discrétion l’emportaient : elles cèdent, avec le temps, aux nécessités de l’histoire.


I

Le samedi matin, 3 mars 1906, les plénipotentiaires à la conférence d’Algésiras quittaient, vers midi et demie, la salle des séances de l’ayuntamiento. Quand les journalistes, qui attendaient au bas de l’escalier blanc et rouge, les virent descendre, ils remarquèrent leur animation. Quelques minutes après, la cause de cette animation était connue. Pour la première fois depuis sept semaines, la conférence avait voté.

Il semble que ce soit, pour une conférence internationale, chose naturelle que d’exprimer son opinion dans un scrutin. A Algésiras, cependant, c’est à ne point voter qu’avait tendu l’effort de tous les plénipotentiaires, et, pour cela, à ménager, entre l’Allemagne et la France, un accord direct que l’Europe n’aurait fait qu’enregistrer sans avoir à prendre parti. Espoir fragile, bientôt détruit par l’intransigeance allemande ! Le vendredi 26 janvier, une première conversation avait eu lieu entre M. de Radowitz, représentant de l’Allemagne, et son collègue français, M. Révoil. Mais de cette conversation nulle lumière n’avait jailli. M. de Radowitz avait écarté les combinaisons que nous acceptions, et, dans le même temps, proposé aux uns et aux autres cinq ou six solutions qui, toutes contradictoires, n’avaient de commun que d’être pour nous inadmissibles. Le 3 février, nouvel entretien, où M. Révoil, prenant l’initiative des concessions, avait indiqué que le mandat d’organiser la police dans les ports pourrait être partagé entre la France et l’Espagne, cependant que M. de Radowitz déclarait n’être pas autorisé à y consentir. Le lundi 5, le marquis Visconti-Venosta, plénipotentiaire italien, le comte Cassini, plénipotentiaire russe, et M. Henry White, plénipotentiaire américain, avaient conseillé au plénipotentiaire allemand d’adhérer à la police franco-espagnole. Le jeudi 8, M. de Radowitz avait déclaré que la réponse de Berlin était négative et prié ses collègues d’aller la porter à M. Révoil. Sur leur refus, il avait annoncé qu’il allait demander des instructions nouvelles. Mais, le samedi 10, une dépêche comminatoire de l’agence Wolff, inspirée par le comte de Tattenbach, avait rendu publique la résolution de l’Allemagne de ne pas accepter nos propositions. Le mardi 13, M. de Radowitz avait confirmé ce refus par une note remise à M. Révoil, note où il écartait la police franco-espagnole, revendiquait pour le Sultan le droit de choisir où il voudrait ses instructeurs, et pour l’Europe le droit de contrôler la police, d’abord par l’intermédiaire d’un inspecteur pris dans une armée neutre, ensuite par l’organe du corps diplomatique accrédité à Tanger. Le samedi 17, M. Révoil avait répondu en maintenant nos prétentions quant à la nationalité des instructeurs, mais en admettant, au cas où satisfaction nous serait donnée sur ce point, le principe d’une surveillance. Le lundi 19, enfin, M. de Radowitz, sans tenir compte de notre concession éventuelle relative à la surveillance, avait refusé une troisième fois d’accepter la police franco-espagnole L’antagonisme était donc absolu entre les thèses en présence. L’effort transactionnel poursuivi à Algésiras n’avait servi à rien. Les deux partenaires ne pouvaient s’entendre. Et les négociations à huis clos ne faisaient que préciser le conflit qui les opposait l’un à l’autre.

La même conclusion décourageante ressortait de l’activité diplomatique dépensée hors d’Algésiras, dans les différentes capitales. Dès le 10 février, le comte d’Osten-Sacken, ambassadeur de Russie à Berlin, était allé, d’ordre du comte Lamsdorf, recommander au prince de Bülow la police franco-espagnole. Par trois fois, et chaque fois plus résolument, le chancelier refusa de rien entendre. A Rome, une crise ministérielle avait substitué au ministère Fortis le ministère Sonnino, au marquis de San Giuliano, ministre des Affaires étrangères, le comte Guicciardini. Le comte de Monts, ambassadeur d’Allemagne, en profita aussitôt pour sommer l’Italie d’oublier les engagemens méditerranéens qui la liaient à nous et d’appuyer les propositions allemandes. A Madrid, enfin, la pression allemande s’exerçait plus impérieusement encore. Tantôt M. de Stumm, chargé d’affaires d’Allemagne, annonçait l’échec de la conférence ; tantôt, à cette menace d’un caractère général, il en ajoutait de plus directes. Il laissait entendre que les dispositions du gouvernement impérial à l’égard de l’Espagne n’étaient plus les mêmes qu’en janvier : car il avait pu apprécier combien étroitement la politique espagnole était unie à la politique française. Il se plaignait formellement au président du Conseil de l’attitude de la délégation espagnole à Algésiras. Il l’informait du mécontentement personnel de son souverain et ajoutait que, si cela continuait, l’Empereur ne viendrait sans doute pas rendre à Madrid au roi Alphonse la visite qu’il avait reçue de lui l’année précédente. Sous l’éperon de cet avertissement discourtois, le jeune roi se révolta de toute la générosité de son âge et de son caractère : il fit immédiatement prier Guillaume II de fixer la date de sa visite. L’empereur d’Allemagne, sur un ton du reste amical, lui répondit qu’il n’était pas à même de lui fournir une indication ferme : c’était un refus poli de venir pour le moment à Madrid. L’Espagne, pour être restée fidèle à la France, était mise en quarantaine.

On avait alors espéré que des interventions plus personnelles pourraient agir sur Guillaume. Les unes après les autres, toutes ces interventions s’étaient produites : aucune n’avait eu de résultat. Ç’avait été d’abord la rencontre à Copenhague et à Berlin de l’Empereur et du baron de Courcel, envoyé en mission spéciale pour les obsèques du roi de Danemark (18-21 février) ; mais pas plus à Berlin qu’à Copenhague, l’Empereur n’avait parlé politique à l’éminent ambassadeur. Et, quant au prince de Bülow, les propositions qu’il lui avait faites n’étaient qu’un refus opposé aux nôtres. Le 20 février, à notre demande, le comte Witte adressait à l’empereur d’Allemagne une communication directe. A son retour d’Amérique, M. Witte avait été reçu par Guillaume II à Rominten avec des honneurs quasi royaux, et parmi beaucoup de complimens, son hôte impérial lui avait fait quelques promesses. Tout le monde, à ce moment, prévoyait qu’en rentrant dans son pays, l’heureux négociateur de Portsmouth serait appelé à prendre en mains la direction des affaires. L’Empereur lui avait parlé de cette hypothèse ; il avait ajouté : « Si je puis alors en quelque façon vous être utile, écrivez-moi. Je ne négligerai rien pour vous aider. » Et il avait conclu en lui indiquant par quel intermédiaire il devrait faire passer ses lettres.

Le comte Witte, encore sous le charme de cet accueil et confiant dans l’appui promis, ne doutait guère du succès de sa démarche. Sa lettre commençait par un plaidoyer très ferme, bien que très mesuré pour notre cause. Il montrait d’abord qu’au Maroc les intérêts allemands étaient sensiblement inférieurs aux intérêts français et, que, par conséquent, les concessions devaient être plus faciles à l’Allemagne qu’à la France. Il parlait aussi de nos droits. Mais, comme de juste, c’est surtout l’argument russe qu’il invoquait. Combien délicate était entre la France alliée et l’Allemagne amie la situation de l’Empire russe ! Combien difficile celle même du Tsar ! Combien enfin cette situation était encore aggravée par la crise intérieure que traversait la Russie ! M. Witte, tant au nom de son pays qu’en son nom personnel, s’adressait donc à la bonne volonté de Guillaume II et lui demandait de donner à la France, inquiète de ses intentions, un gage de son esprit de conciliation, en admettant, avec les garanties convenables, les solutions proposées par elle.

Pour résister à cet appel, il fallait, semblait-il, des raisons bien fortes. Or, M. de Bülow avait dit et redit que le Maroc n’était pour l’Allemagne qu’une « occasion. » Si cela était vrai, comment douter que la voix du comte Witte ne dût être entendue ? Elle ne le fut pas cependant. Par le même chemin que la demande, la réponse fut expédiée et parvint à Pétersbourg le 1er mars. Cette réponse était un refus : bien plus, un réquisitoire, et un réquisitoire qui réveillait des griefs dont on pouvait se croire libéré. Que demandait-on, disait le correspondant du comte, des concessions à l’Allemagne, alors qu’elle avait « accordé » à la France la police des districts marocains frontières de l’Algérie ? Comment supposait-on qu’elle céderait quoi que ce fût, en présence des violences de la presse française ? Si on voulait à Saint-Pétersbourg éviter une rupture, c’est à Paris plutôt qu’à Berlin qu’il fallait adresser les conseils de modération, à Paris et à Algésiras, car M. Révoil et M. Regnault, sacrifiant le bien de leur pays à un intérêt personnel, « intriguaient » pour remporter un succès d’amour-propre. Cependant, par égard pour le comte Witte, l’Empereur voulait bien faire une concession nouvelle : et cette concession, dont l’importance était si fortement mise en valeur par ce qui précédait, c’était… la combinaison même que, six jours plus tôt, le chancelier avait proposée au baron de Courcel. Il était donc impossible de parler encore d’une divergence de vues entre l’empereur Guillaume et la chancellerie, puisque, à quelque porte qu’on frappât, l’intransigeance était la même et la réponse identique. Seule, une confiance persistante dans la faiblesse de la France et dans sa capitulation finale expliquait cette intransigeance et le peu d’égards avec lequel on accueillait une démarche aussi pressante que celle du premier ministre russe.

Dans le même temps, l’insistance énergique du président des Etats-Unis n’obtenait pas meilleur succès que celle du comte Witte. Par deux fois, du 17 au 23 février, M. Roosevelt télégraphiait à Guillaume II. Il lui rappelait sa promesse de 1905 de se rallier à la solution que le gouvernement de l’Union jugerait équitable [1]. Et il lui recommandait le projet suivant : police limitée à huit ports ; instructeurs français et espagnols ; rapport adressé par les plus élevés en grade au Sultan ; communication de ce rapport à la légation d’Italie à Tanger, et, par le gouvernement italien, aux puissances. Aussitôt, l’Empereur répondait ; et sa réponse était un refus. Ce refus s’enveloppait dans une proposition contradictoire, qui, chose curieuse, n’avait rien de commun, — sinon d’être inacceptable, — avec celle qu’au même moment Guillaume adressait au comte Witte et faisait suggérer par le prince de Bülow au baron de Courcel. A l’heure donc où la solution devenait imminente, où la conférence allait être appelée à se prononcer, l’Allemagne ne savait pas ce qu’elle voulait, ou, si elle le savait, elle ne le disait pas. Et soit au nom du chancelier, soit au nom de l’Empereur, deux systèmes radicalement différens étaient simultanément présentés à un chef d’Etat et à un chef de gouvernement, qui pouvaient compter sur une réponse ou plus sérieuse ou plus sincère.

Dans ces conditions, nous n’avions plus le choix. Il fallait que la conférence se prononçât et qu’un vote, quel qu’il fût, sur la forme sinon sur le fond, permît au public de se rendre un compte exact du groupement réel des puissances. Provoquer ce vote, à l’occasion du débat sur la banque qui, du 20 février au 3 mars, s’était traîné sans donner de résultat, c’était bien imprudent. Si, en effet, il était suivi d’une rupture, la France aurait l’air d’avoir voulu cette rupture pour des intérêts financiers, ces intérêts que M. Jaurès, chaque matin dans l’Humanité, et le 24 février, à la tribune de la Chambre, dénonçait comme le ressort caché de la politique française dans l’affaire du Maroc. Qu’au contraire, l’Allemagne devenant conciliante, l’accord s’établît sur la banque, — c’est-à-dire sur un terrain où, quoi qu’on fît, ce que nous cédions était plus important que ce que nous recevions ; sur un terrain enfin où nous n’avions admis l’hypothèse de consentir des concessions que pour en obtenir d’autres en matière de police, — l’espérance d’arriver sur cette dernière question à un arrangement sortable, s’évanouissait sans retour. La conférence se séparait, sans que les tiers eussent été mis dans la déplaisante nécessité d’opter, mais sans que l’avenir ni le présent même fussent pour nous sauvegardés. Pour conjurer ces risques, un seul moyen : obtenir, avant que l’Allemagne eût répondu sur la banque, que l’organisation de la police fût inscrite à l’ordre du jour de la conférence et, si, comme il était probable, l’Allemagne ne s’y prêtait pas, provoquer sur cette inscription même un vote, qui ne serait évidemment qu’un vote de procédure, mais dont l’effet moral, à le supposer favorable, n’échapperait à personne et maintiendrait ouverte la discussion. C’est à ce vote qu’on venait de procéder le lundi 3 mars, à midi. Aborderait-on la discussion de la police sans avoir terminé celle de la banque ? Telle avait été la question posée par le duc d’Almodovar, président, à la demande du plénipotentiaire anglais. Malgré M. de Radowitz, on était passé aux voix, et le scrutin avait donné les résultats suivans. Pour l’inscription de la police à l’ordre du jour, c’est-à-dire pour la France : Angleterre, Russie, Espagne, Italie, Etats-Unis, Portugal, Pays-Bas, — et aussi Suède et Belgique qui avaient déclaré se rallier à la majorité. Contre l’inscription, c’est-à-dire pour l’Allemagne : Autriche-Hongrie et Maroc.

C’est de ce premier scrutin que s’entretenaient plénipotentiaires et reporters en sortant de l’ayuntamiento.


II

Le sens n’en était point douteux et ne prêtait pas à l’équivoque. La conférence, quelque désir qu’en pussent avoir isolément la plupart de ses membres, ne croyait pas possible de se dérober à une discussion publique du problème de la police. Elle partageait l’opinion, souvent combattue par la presse allemande, que l’étude couplée du projet de banque et des projets de police pouvait seule fournir les bases d’une entente. Elle révélait enfin, par une manifestation d’ordre significative, un groupement de puissances sensiblement différent de celui qu’avaient annoncé les journaux de Berlin. Combien de fois ces journaux n’avaient-ils pas affirmé que, de plus en plus, les négociateurs d’Algésiras rendaient justice à l’Allemagne, et se rangeaient aux côtés de cette « tutrice des intérêts généraux de l’Europe ! » Or, à la première occasion la « tutrice » était abandonnée par tous les pupilles qu’elle revendiquait, sauf un. Et quand il s’agissait de se prononcer sur la meilleure façon d’engager les réformes, elle n’avait avec elle que l’Autriche, et, — concours compromettant entre tous, — le Maroc, dont nul n’ignorait le désir de voir la conférence aboutir à une faillite. Ni pour le gouvernement allemand, ni pour M. de Radowitz, ce vote n’était un succès. Pour l’un et pour l’autre, c’était un avertissement.

Cet avertissement, souligné par les conversations qui eurent lieu, à l’heure du cigare, dans l’après-midi du 3, provoqua chez les membres de la délégation allemande des réactions contradictoires. Au marquis Visconti-Venosta, au duc d’Almodovar, au baron de Joostens, plénipotentiaire belge, d’amers reproches furent adressés sur leur attitude. Le comte de Welsersheimb, plénipotentiaire austro-hongrois, lui-même entendit critiquer sa « mollesse. » Et comme le bruit courait déjà que les vues françaises sur la police seraient exposées, le lundi 5, par M. Bacheracht, second délégué de la Russie, M. de Radowitz s’en plaignit au comte Cassini sur un ton si vif que le plénipotentiaire russe, sortant de son calme habituel, lui répliqua très vivement que son pays n’avait pas d’ordres à recevoir et qu’il exprimerait, quand et comme bon lui semblerait, son avis sur toutes les questions. Cette riposte directe, qu’accentua M. White en signalant à M. de Radowitz la lourde responsabilité que prendrait l’Allemagne si elle semblait vouloir retarder la discussion et entraver l’entente, porta-t-elle ses fruits ? On pourrait le croire. Car ce même jour, un peu avant le dîner, M. de Tattenbach venait voir M. Révoil. Il l’accablait, comme de coutume, « de protestations, d’offres et de sermens ; » puis, brusquement, il lui proposait de s’entendre sur la banque dans des conditions d’ailleurs très discutables. Le jeu était facile à percer. Si M. Révoil, séduit par la possibilité de conclure immédiatement sur la banque, avait dit oui, jamais la police, dont M. de Tattenbach ne soufflait mot, ne fût devenue objet d’entente ni même de discussion. Du même coup, la négociation directe aurait été renouée, et cela, le soir même du jour où nous avions prié la conférence de discuter et de se prononcer. Nous nous serions déjugés, en marquant à son endroit une impertinente versatilité. M. Révoil ne pouvait donc accueillir l’offre de M. de Tattenbach. Il devait même lui faire comprendre que l’heure était passée des conversations officieuses. M. de Tattenbach, sans avoir rien obtenu, se retira en renouvelant ses assurances d’amitié et de bonne volonté.

A la séance suivante, — on en trouvera, et je n’y insiste point, le compte rendu dans le Livre Jaune, — la discussion s’engagea sur la police. Tour à tour, M. Bacheracht, M. Révoil et M. Perez Caballero, second délégué de l’Espagne, soutinrent par de nombreux argumens la solution franco-espagnole. M. de Radowitz se contenta de répondre par un non possumus, en annonçant le dépôt d’un projet aux termes duquel « toutes les puissances signataires, étant également intéressées à l’organisation de la police, devraient être appelées à y prendre part. » L’impression, après ce premier débat, ne fut pas bonne pour l’Allemagne. « J’ai eu honte pour les Allemands, » disait un secrétaire de la légation de Russie à Tanger, M. Sabline, qui assistait à la séance. Pour la première fois, en effet, on s’expliquait publiquement, et, dans cette explication, les Allemands avaient visiblement le dessous. M. de Tattenbach lui-même paraissait en convenir et regrettait « l’intransigeance de ses instructions. » M. de Radowitz travaillait silencieusement à rédiger le projet qu’il avait annoncé pour le 8, projet d’après lequel toutes les puissances devaient prendre une part égale à l’organisation de la police. La journée du 6 se passa en conversations. Le 7, on n’attendait rien de neuf, quand, dans l’après-midi, la curiosité diplomatique apprit que le plénipotentiaire autrichien avait demandé un rendez-vous au plénipotentiaire français.

C’était la première fois que l’Autriche-Hongrie entrait officiellement en scène. Et la communication que le comte de Welsersheimb apportait à M. Révoil donnait à cette intervention une particulière importance. Elle avait, effectivement, pour objet de nous annoncer le dépôt d’un projet sensiblement plus rapproché de nos vues que le projet international de M. de Radowitz. Sans doute, M. de Welsersheimb disait que son projet lui était tout personnel ; mais, d’une part il ne pouvait dire autre chose, et de l’autre, il était évident qu’il n’agissait pas sans instructions. Enfin, nous savions par deux de nos ambassades, à qui des gouvernemens étrangers en avaient parlé, que non seulement le cabinet de Vienne avait étudié le texte de son délégué, mais qu’il l’avait soumis à la chancellerie allemande, et que celle-ci l’avait elle-même modifié, puis approuvé [2]. Aux termes de ce projet, le Sultan aurait la direction de la police et cette police serait constituée avec des élémens et des cadres marocains : tout le monde là-dessus était d’accord. Les instructeurs seraient français à Tanger, à Larache et à Rabat, espagnols à Tetouan, à Sali, à Mogador et à Mazagan. Un inspecteur général, fourni par la Suisse, les Pays-Bas ou la Belgique, aurait le commandement direct du port de Casablanca et rendrait compte au corps diplomatique chargé du contrôle. La durée de cette organisation serait de cinq ans.

En se déclarant prêt à déposer ce projet, M. de Welsersheimb nous révélait, ipso facto, l’état d’esprit de ses collègues allemands. Ceux-ci, de toute évidence, ne croyaient pas possible de s’exposer à un vote qui eût appelé la conférence à choisir entre la combinaison franco-espagnole et leur impraticable organisation internationale : le scrutin du 3 mars leur avait, à cet égard, donné une leçon de prudence qu’ils avaient comprise et retenue. Cependant, pour ne pas abandonner tout à fait leurs positions, ils corrigeaient la solution franco-espagnole en la restreignant à sept ports sur huit, et en subordonnant la police, non seulement à l’inspecteur commandant le huitième port, mais encore aux ministres accrédités à Tanger. C’était une cote mal taillée, illogique, incommode. Mais le comte de Welsersheimb ne disait point que ce fût le dernier mot de la transaction qu’il suggérait. Et au surplus, prêts que nous étions à consentir à la surveillance internationale de la police, nous avions le droit de penser que l’Allemagne, en échange, céderait sur Casablanca. La porte restait donc ouverte à des amendemens, en tout cas à la discussion.

Hors d’Algésiras, l’impression était également favorable. Le bruit nous était revenu de Tanger d’une conversation où le Dr Rosen, ministre d’Allemagne, après avoir adressé de vifs reproches au sujet de l’attitude de M. Bacheracht à M. Sabline, chargé d’affaires de Russie, avait conclu en s’écriant : « Notre dignité est engagée. Nous ne reculerons pas. Et, je vous le dis, c’est la France qui cédera. » Toutefois, cet accès de colère n’avait pas eu d’écho. La presse allemande marquait une modération toute nouvelle. Le Lokal-Anzeiger écrivait : « Tout le monde est persuadé qu’on arrivera à une entente aussi bien sur la question de la banque que sur celle de la police. » La Gazette de Francfort, la Gazette de Cologne, le Berliner Tageblatt, la Tægliche Rundschau donnaient une note identique. A la chancellerie, on affirmait, le 7 mars au matin, au correspondant du Temps, que les instructions envoyées à M. de Radowitz étaient des plus conciliantes. Le soir du même jour, une dépêche de la même source portait : « L’optimisme a repris le dessus à Berlin et on croit généralement que le gouvernement saura faire le nécessaire pour arriver à une entente. » Le 7 mars encore, M. de Szœgyeny, ambassadeur d’Autriche en Allemagne, disait à un de ses collègues : « J’ai vu hier, — c’est-à-dire le mardi 6, — le prince de Bülow : je suis maintenant certain du succès de la conférence. »

Simultanément, le comte Witte, à qui des plaintes avaient été adressées de Berlin au sujet d’un article favorable à la France, publié par le journal officiel l’Etat Russe, et qui avait vivement répondu à ces griefs, recevait du correspondant que l’Empereur lui avait désigné à Rominten, un message annonçant que l’entente était faite, si la France acceptait que les instructeurs français et espagnols fussent contrôlés, « pour la forme, » si elle renonçait à la juridiction française pour la banque, et enfin si elle n’exigeait pas, pour elle-même et le consortium des banques françaises, cinq parts sur quinze dans la formation du capital. En même temps, le comte Lamsdorf, tout en recommandant une grande prudence, signalait que, frappé du scrutin du 3, excédé du reste de tout ce conflit marocain, Guillaume II venait peu à peu à des idées plus modérées. Puis, c’était le prince de Radolin qui, d’ordre évidemment de son gouvernement, demandait au baron de Courcel de proposer à M. Rouvier un accord direct sur la police.

Les symptômes s’accumulaient donc. Une preuve nouvelle, et plus décisive que les autres, allait nous être fournie que l’Allemagne, après six semaines, se décidait à la conciliation. Le 7 mars, le prince de Monaco arrivait à Paris. Il venait de Berlin où Guillaume II l’avait appelé par dépêche pour assister à l’inauguration d’un institut océanographique. Simple prétexte : car le prince se déclarait chargé pour M. Rouvier d’une communication qu’il lui transmettait aussitôt. De ses conversations successives avec M. de Tchirschky, le prince de Bülow, l’Empereur lui-même, il rapportait l’impression que ce dernier « en avait assez, » et « voulait que cela finit honorablement pour l’Allemagne, » rien de plus. Le chancelier avait même ajouté : « Dans quelques mois, personne ne pensera plus au Maroc. » En conséquence, l’Empereur était prêt à accepter une combinaison qui équivalait à celle que M. de Radowitz avait écartée le 19 février : à savoir, police franco-espagnole dans les ports avec un contrôle pour la forme, exercé soit par le corps diplomatique, soit par un officier pris dans une armée neutre. On ne nous demandait, en retour, que de ne pas insister sur le chiffre des parts primitivement réclamées par nous dans le capital de la banque. Quant à l’inspecteur, on assurait qu’on ne ferait pas de difficultés et qu’on se contenterait de « quelque vieux major. » C’était autant et plus que ce que nous demandions depuis trois semaines. Tous ces indices, — et le dernier plus qu’aucun autre, car sa précision était extrême, — prouvaient irrécusablement que la crainte du débat public, accentuée par le vote du 3, éveillait à Berlin le désir d’une entente que nos concessions n’avaient pas suffi à provoquer et que, pour avoir tenu bon, nous étions à la veille d’obtenir la reconnaissance pratique de l’intérêt spécial, théoriquement inscrit dans le protocole du 8 juillet 1905. Notre attitude se réglait aussitôt sur ces données concordantes. Dès le 7 mars, M. Révoil était invité par le président du Conseil à déposer, à la séance du 8, un projet sur la police. Ce projet, concerté avec le duc d’Almodovar et sir Arthur Nicolson, plénipotentiaire de la Grande-Bretagne, répondait à nos déclarations du 5. De même que, dans ces déclarations, nous nous étions bornés à exposer la solution franco-espagnole sans parler des « garanties nouvelles, » c’est-à-dire de la surveillance, que nous avions envisagées dans nos pourparlers avec M. de Radowitz, de même dans ce projet nous ne mentionnions pas cette concession éventuelle, subordonnée à l’acceptation de la police franco-espagnole. Et usant de la liberté que nous avait rendue le refus de l’Allemagne du 19 février, nous prenions comme point de départ la police franco-espagnole pure et simple. Nous donnions ainsi plus de marge à la négociation. Parallèlement, des pourparlers avec l’Italie, la Belgique et les Etats-Unis tendaient à nous assurer dans la banque la voix des représentans de ces trois pays. Enfin, le président Roosevelt, considérant que Guillaume II, par son télégramme de la fin de février, n’avait pas explicitement répondu à la proposition transactionnelle qu’il lui avait soumise (police franco-espagnole ; rapport adressé au Sultan et transmis aux puissances par la légation d’Italie), lui adressait, le 7 mars, une troisième dépêche, dans laquelle, avec insistance, il lui recommandait de nouveau cette solution.

De toutes façons notre position s’était améliorée et s’annonçait, pour le lendemain, meilleure encore. Il convenait seulement de poursuivre notre avantage et d’éviter de nouveaux retards. Pour conjurer ce risque, nous demandions et nous obtenions que le duc d’Almodovar, qui devait quitter Algésiras le samedi 10 mars, pour assister aux fêtes données à Madrid en l’honneur du roi de Portugal, fût invité par M. Moret à rester à son poste. Nous avions ainsi l’assurance que la discussion continuerait sans délais. Quelques heures seulement nous séparaient de la séance où les trois projets de l’Allemagne, de la France et de l’Autriche devaient être confrontés. A l’exception des Allemands, personne ne contestait la valeur du nôtre ; et la communication, dont le prince de Monaco avait été chargé, nous permettait de croire que cette exception même serait peu durable. Le 7 au soir, après dîner, dans le hall de l’hôtel, on parlait des chances respectives. L’opinion des tiers ne nous était pas défavorable, quand soudain, vers dix heures, un télégramme de presse passa de mains en mains : mis en minorité sur la question des inventaires, le ministère Rouvier venait de donner sa démission.


III

Il était à craindre qu’un tel acte accompli, sans égard aux difficultés extérieures, par une Chambre agonisante, ne provoquât, en Allemagne, des illusions qui se traduiraient à Algésiras par de nouvelles exigences, — non pas peut-être immédiatement, car les positions étaient prises pour les séances qui devaient être tenues le 8 et le 10 mars, — mais par une transition insensible, qui nous ramènerait à l’intransigeance d’antan. Sans doute, nos délégués expliquaient, à leurs collègues incrédules, que la journée parlementaire du 7 serait sans action sur notre politique étrangère. Nos journaux écrivaient : « La séance continue, » et rappelaient que les instructions données à M. Révoil s’appliquaient à l’ensemble du débat. Les pronostics, à l’hôtel Reina Cristina, ne nous en étaient pas moins, par un brusque ressaut, devenus peu favorables.

Néanmoins, par la vitesse acquise les résultats obtenus la semaine précédente parurent d’abord se confirmer. En ce qui concerne la banque, les séances officielles du 8 et du 10 permirent à l’accord de s’établir, au moins en principe, sur la législation, la juridiction, les censeurs et l’assainissement de la monnaie. L’essentiel, il est vrai, c’est-à-dire le nombre des parts à attribuer aux banques françaises dans la constitution du capital, restait à trancher. Mais l’entente, si on la voulait, n’était pas impossible. Les deux séances de comité, consacrées ces mêmes jours à la police, confirmèrent cette impression de sécurité qui ne s’accordait pas avec les craintes provoquées, le 7 au soir, par notre crise ministérielle. Peu de jours auparavant, le marquis Visconti-Venosta, sollicité d’inscrire quelques lignes sur l’album de la comtesse de Tattenbach, avait écrit : Pax hominibus bonæ voluntatis. Il semblait qu’il n’y eût à ce moment que des hommes de bonne volonté ; que cette bonne volonté s’appliquât à s’élever à la hauteur des circonstances et opposât aux pessimistes un éclatant démenti. Dès le 8, en même temps que M. de Radowitz donnait lecture des « réflexions que lui avaient suggérées les idées exposées à la précédente séance, » réflexions qui aboutissaient au refus de la solution franco-espagnole, M. de Welsersheimb déposait le projet transactionnel qu’il avait annoncé le 7 à M. Révoil. Et le dépôt seul de ce projet indiquait que l’Allemagne ne s’obstinerait pas dans son refus. De son côté, M. Révoil, en commentant le projet français, déclarait officiellement, ce qu’il avait dit le 17 février, que, si satisfaction nous était donnée sur la nationalité des instructeurs, nous ne refuserions pas d’examiner de nouvelles garanties. Le 10 enfin, M. de Radowitz se ralliait à la proposition Welsersheimb et, qui plus est, reconnaissait qu’il y avait beaucoup à prendre, tant dans le projet français que dans le projet autrichien. Il ajoutait que le comité de rédaction devrait travailler à les concilier.

L’allure générale du débat était donc excellente. Il était impossible d’équivoquer : l’accord, de l’aveu du plénipotentiaire allemand, devait s’établir « sur les bases des deux projets français et autrichien, » que le comité de rédaction « tâcherait de mettre en harmonie. » En d’autres termes, on modifierait chacun des deux projets de façon à les rendre acceptables. Sur quels points ? La réponse était facile. Qu’on ajoutât au projet français l’inspection dont il ne parlait point, et qu’on effaçât du projet autrichien, avec le régime spécial de Casablanca, l’extension abusive des pouvoirs de l’inspecteur, l’entente était faite. C’est à la rendre possible que venait de s’engager M. de Radowitz. Tout le monde le comprenait ainsi, et quand, aux observations de sir Arthur Nicolson et de M. Révoil sur les inconvéniens qu’il y aurait à donner à l’inspecteur le commandement d’un port, le plénipotentiaire allemand ne répliqua rien, le sens, si clair déjà des paroles prononcées par lui, se précisa encore. La mission du comité de rédaction, à qui les deux projets étaient renvoyés, serait, cette fois, sans écueils : la combinaison des textes en présence, si nettement prévue par le représentant de l’Allemagne, se réaliserait aisément par la concession mutuelle que tout paraissait indiquer. Et M. Révoil exprimait l’opinion générale, lorsqu’il se félicitait de l’esprit de conciliation qui venait de présider au débat. L’Allemagne, après des mois de mauvaise humeur, allait-elle profiter de nos embarras intérieurs pour donner au conflit une solution élégante, reconnaître nos droits, et répondre à notre modération ? Il était permis de l’espérer. Le 10 mars, le comte Cassini télégraphiait que l’entente était certaine ; et, le 11, le roi d’Italie, en recevant M. Barrère, ambassadeur de France, qui venait lui remettre la lettre par laquelle M. Fallières lui notifiait son élection à la présidence de la République, lui disait qu’il considérait l’accord définitif comme imminent.

Les choses en étaient là, lorsque, le dimanche 11 mars, dans l’après-midi, sir Arthur Nicolson alla voir M. de Radowitz. Le plénipotentiaire anglais, convaincu comme tout le monde que le cadre des concessions mutuelles était arrêté dans l’esprit des deux parties, félicita son collègue de ses concessions de la veille, puis lui dit : « Il n’y a plus maintenant que l’attribution de Casablanca aux Suisses qui soit inadmissible pour la France. Donnez-lui la satisfaction d’y renoncer, puisqu’elle vous donne, à vous, l’inspection : et tout sera fini. » Avec une vive surprise, sir Arthur, qui s’attendait à une adhésion immédiate, rencontra un tout autre accueil. M. de Radowitz trouvait naturel que la France fît une concession à l’Allemagne en acceptant l’inspection. Il n’admettait plus que l’Allemagne dût, en échange, faire une concession à la France en acceptant la suppression de la police suisse à Casablanca. — Mon gouvernement, déclarait-il, a dit son dernier mot. — Ce dernier mot, c’était le projet autrichien tel quel, avec l’inspecteur et la police suisse à Casablanca ; c’était à prendre ou à laisser.

Le soir même et le lendemain lundi 12, M. White, le comte Cassini, le duc d’Almodovar venaient, à leur tour, voir leur collègue allemand. Il était plus catégorique encore. Il ne se contentait plus d’affirmer que ses instructions étaient irrévocables. Il déclarait qu’on les lui avait renouvelées le 11, et, s’engageant lui-même, il donnait « sa parole d’honneur » qu’il ne s’agissait point là d’un bluff et d’un marchandage, mais de renonciation réfléchie d’une résolution inébranlable. Le lundi soir, il se rendait chez sir Arthur Nicolson. Et comme celui-ci insistait, lui montrait l’illogisme blessant de l’exigence maintenue pour Casablanca, lui rappelait ses paroles du 10, lui demandait enfin ce que l’Allemagne avait, suivant ses propres expressions, « pris du projet français, » puisqu’elle s’en tenait au projet autrichien ne varietur, M. de Radowitz répondait : « Que voulez-vous ? Je n’y peux rien. Mes ordres sont formels. J’ai fait tout ce qui dépendait de moi. J’ai demandé qu’on mît l’inspecteur à Tanger et que Casablanca, comme les autres ports, fût confié à la police franco-espagnole. On m’a répondu très sèchement que c’était impossible. Je ne puis plus rien. »

En même temps, M. de Tattenbach changeait de ton. Le 11, à la séance du comité de rédaction, il revenait sur les concessions qu’il avait précédemment consenties sur la banque. Pour la police, il affirmait avec raideur que le projet autrichien n’était modifiable sur aucun point. Le 14, à une nouvelle séance de la commission de rédaction, il ne se contentait pas d’être intransigeant ; il était agressif et menaçant ; si bien que M. Regnault devait le ramener vivement à un ton plus courtois. Le parti pris de résistance et d’intimidation s’affirmait donc, avec les nuances différentes qu’y mettaient l’inégalité de l’âge et du tempérament, chez les deux délégués de l’Allemagne. Au même moment, la presse allemande nous en renvoyait l’écho : elle accusait des « influences occultes » de s’exercer à Paris pour empêcher le succès de la conférence.

Comment expliquer cette volte-face ? Non point certes par l’intérêt objectif que pouvait présenter la présence à Casablanca d’instructeurs suisses commandés par l’inspecteur. M. de Welsersheimb avait motivé cette présence en disant qu’à défaut de ce commandement, l’inspecteur serait inoccupé. Mais comment admettre que huit ports à inspecter, dans un pays où les communications sont difficiles toujours, impossibles souvent ; qu’une vérification portant sur la discipline, la bonne administration, le paiement régulier de la solde, la correction internationale des méthodes appliquées, dussent laisser à ce fonctionnaire tant de loisirs ? Comment songeait-on d’ailleurs à le placer loin de Tanger, centre de toute information et de toute action politique, pour l’astreindre à une absorbante besogne de commandement et d’organisation où il risquerait de réussir bien moins que ceux qu’il inspecterait ? Quis custodiet custodem ? Qui inspecterait l’inspecteur, si celui-ci commandait en même temps qu’il inspectait, — alors surtout que, de toute évidence, l’inspecteur suisse ou hollandais serait d’une moindre compétence que les officiers français et espagnols, déjà rompus aux affaires marocaines, qu’il aurait à surveiller ? Au surplus, rien dans les déclarations faites à la séance du 10 par M. de Radowitz n’indiquait qu’il attachât à la question de Casablanca une importance spéciale. Il n’avait pas relevé les critiques formulées sur ce point par sir Arthur Nicolson et M. Révoil. Et le comte de Welsersheimb lui-même avait toujours présenté la combinaison du huitième port comme une simple modalité, accessoire et non essentielle, de son projet. Ce n’était donc pas pour un motif technique que le plénipotentiaire allemand manquait à ses engagemens du 10. Il obéissait à un ordre venu de Berlin, et cet ordre avait une autre origine qu’un intérêt marocain.

La chancellerie impériale, à voir durer la crise ministérielle française et se prolonger dans le salon de M. Sarrien les réunions d’où le cabinet, toujours à peu près formé, ne sortait jamais constitué, avait repris confiance dans cette capitulation que, du 3 au 7 mars, elle avait renoncé à nous arracher. On pensait aussi à Berlin que l’approche des élections législatives rendrait le nouveau gouvernement français moins résistant. Et l’on se reprenait à espérer un « triomphe. » C’est pour cela que, par un détour, on annulait les concessions antérieures en soustrayant à la France et à l’Espagne une partie du mandat qu’on avait déclaré leur accorder ; pour cela que l’inspection, « aussi discrète que possible, » avait-on dit le 5 et le 6 mars, au prince de Monaco, était établie à Casablanca avec un commandement effectif ; pour cela, que le projet autrichien, d’abord considéré comme « modifiable, » devenait intangible ; pour cela enfin, que l’affirmation inscrite dans la Gazette de l’Allemagne du Nord que l’Allemagne ne chercherait pas à tirer parti de la chute du cabinet Rouvier, était contredite par les faits. Qui sait même si, à ce moment, le désir mondial ne se réveillait pas et si le rêve de garder à Casablanca, sous le couvert d’une police neutre, la possibilité ultérieure d’une installation allemande, ne hantait pas les imaginations ardentes des employés pangermanistes de la chancellerie impériale ? Le 13 mars, le correspondant parisien du Berliner Tageblatt, en relations constantes avec le prince de Radolin, ne télégraphiait-il pas à son journal : « Le plus important des points non résolus à présent est l’attribution du port de Casablanca. Ce port (et non celui de Mogador, ainsi qu’on l’a toujours dit par erreur) est depuis plusieurs mois l’objet de nombreux projets qui avaient pour but de créer sur ce point de la côte marocaine une situation spéciale. Je crois que lorsque M. de Radowitz partit pour Algésiras, il avait en poche un projet tout semblable au projet autrichien. » La résurrection de tant d’espérances dressait de nouveau en face de nous le mur d’obstruction que nous avions cru renverser.

Dès ce moment, en effet, une double campagne de fausses nouvelles, — campagne de presse d’abord, campagne diplomatique ensuite, — s’engage contre nous et souligne le sens de l’intransigeance soudainement marquée à Algésiras par la délégation allemande. Le but est de nous démoraliser pendant l’interrègne ministériel, d’intimider, quel qu’il soit, le futur ministre des Affaires étrangères, et, pour cela, de détacher de la France les concours qui n’avaient pas cessé de lui être acquis, ou tout au moins de propager l’impression que ces concours sont devenus incertains ou timides. Dès le 10 mars, on voit se dessiner la manœuvre. Le correspondant de la Gazette de Cologne parle de la « reconnaissance » qu’inspire à toutes les grandes puissances l’attitude « prévenante » de l’Allemagne. Le 12 mars, M. Stein, correspondant à Berlin de la Gazette de Francfort et l’intime du chancelier, écrit : « Il se confirme que la grosse majorité des puissances considère le projet autrichien comme une transaction à bon compte, et on peut s’attendre à ce que leurs représentans exercent sur les délégués français leur influence pour leur faire accepter ce projet. » Le même jour, une dépêche d’Algésiras au Lokal-Anzeiger porte que « la résistance française a isolé notre pays, en poussant du côté allemand les principales puissances neutres, notamment la Russie, l’Italie, l’Amérique et même l’Angleterre. » Et le correspondant ajoute que, pour cette dernière puissance, c’est une conversation de sir Arthur Nicolson avec M. de Radowitz qui a déterminé le changement. Or, on l’a vu, dans cette conversation, le plénipotentiaire de la Grande-Bretagne avait marqué, au contraire, à son collègue allemand, sa surprise de le voir insister sur le régime spécial de Casablanca, au lieu de répondre, par un bon procédé, à notre concession sur l’inspection.

Tous les jours suivans, la même rumeur court, portée par les journaux allemands, à travers toute l’Europe. Soit dans les agences officieuses, soit dans les grands quotidiens, comme la Gazette de Cologne et le Lokal-Anzeiger, on retrouve l’affirmation que « les alliés mêmes de la France » blâment sa résistance et la pressent d’adhérer au projet autrichien. Comme il est difficile de nous accuser d’intransigeance alors que nous avons ajouté l’inspection à notre projet, et que l’Allemagne n’a rien retiré du projet autrichien, on a recours à l’équivoque ; et l’on télégraphie d’Algésiras que M. Regnault, au comité de rédaction du 14 mars, a déposé un nouveau projet qui ne tient compte ni des demandes allemandes ni des propositions autrichiennes. Cette fois, c’est l’agence Wolff qu’on a mobilisée. Le « nouveau projet » qu’elle dénonce n’est autre que celui que M. Révoil avait déposé le 8 mars, projet où, comme on sait, il n’était pas question de l’inspecteur et où il ne pouvait en être question, puisque nous subordonnions à l’acceptation intégrale de la police franco-espagnole, encore discutée, notre adhésion à l’inspection. M. Regnault n’avait pas modifié ce texte et n’avait pas à le modifier, puisqu’on réclamant une police suisse pour Casablanca, l’Allemagne excluait la solution franco-espagnole, le 14 aussi bien que le 8 mars. L’assertion de l’agence Wolff est donc manifestement fausse : Qu’importe, si, en la publiant, on déroute l’opinion européenne, si l’on énerve l’opinion française, si l’on se dispense par l’intimidation de faire honneur aux promesses dictées par la raison ?

Cependant, comme on craint que les journaux ne suffisent pas à emporter le succès, la diplomatie impériale entre en jeu. Le 12 mars [3], les ambassadeurs d’Allemagne reçoivent un télégramme circulaire qui résume une dépêche de M. de Radowitz. Cette dépêche assure que la majorité des délégués à Algésiras est absolument favorable à l’Allemagne et que presque tous conseillent à la France d’adhérer au projet autrichien, c’est-à-dire d’admettre que Casablanca soit soustrait à la police franco-espagnole. Les ambassadeurs sont invités à communiquer ces renseignemens aux gouvernemens auprès desquels ils sont accrédités. Il va de soi que la communication sera faite avec les nuances voulues. A Londres, on insistera surtout sur l’attitude de la Russie ; à Saint-Pétersbourg, sur celle de l’Angleterre, et ainsi de suite. Mais partout, on fera naître la même impression : à savoir, que tout le monde donne tort à la France ; que la France est abandonnée de tous ; qu’elle seule empêche l’accord et encourt par là le blâme général. Le mardi 13 mars, le comte Wolff-Metternich, ambassadeur à Londres, va s’acquitter auprès de sir Edward Grey de la mission qui lui a été confiée. Le secrétaire d’Etat lui réplique froidement : — Ce que vous me dites là n’est pas possible. — Un instant déconcerté, l’ambassadeur se ressaisit bientôt et poursuit dans les milieux diplomatiques la campagne qu’il a ainsi engagée, si bien que deux jours après, son collègue d’Autriche questionne, à ce sujet, M. Geoffray, ministre de France. A Vienne, le général de Wedel fait, le lendemain mercredi 14, une communication identique au comte Goluchowski. Le comte de Monts, plus rudement, somme, au nom de la conscience européenne, M. Sonnino de nous mettre en demeure de céder. A Washington, le baron Speck de Sternburg vient prier M. Root de ne pas nous encourager dans une obstination que tous réprouvent à Algésiras, et il invoque, comme ses collègues, la caution de M. de Radowitz. Enfin, à Saint-Pétersbourg, M. de Schœn est plus affirmatif : tout le monde, d’après lui, a « lâché » la France. La Russie se singulariserait en la soutenant plus longtemps.

Alors sonne l’heure de porter le dernier coup, et voici qu’interviennent le prince de Bülow et l’Empereur lui-même. Le 12 mars, le chancelier de l’empire télégraphie au comte Witte, sans passer par le comte Lamsdorf. Et il lui dit en substance ceci : — L’Allemagne n’a cessé de céder. La France semblait tardivement en convenir, quand à nos « avances, » elle a répondu par des exigences nouvelles. Elle est l’objet d’un blâme universel, même de la part des Anglais. A vous de lui faire entendre raison par une énergique intervention et d’obtenir l’envoi d’instructions nouvelles à M. Révoil, si l’on ne veut aboutir à une rupture définitive.

On a vu ce qui s’était passé à Algésiras, comment, seuls depuis le 8 mars, nous avions fait une concession en acceptant l’inspection ; comment à cette concession l’Allemagne avait répondu par l’immobilité ; comment enfin le plénipotentiaire anglais en avait été le premier surpris. Tout contredit donc les assertions du chancelier. Aussi bien, pour les juger, il suffit de relire les procès-verbaux des séances. Cependant, deux jours après, le 14 mars, Guillaume II se les approprie et, répondant télégraphiquement à la dépêche que lui avait adressée le 7 mars M. Roosevelt, il déclare que le projet de ce dernier (police franco-espagnole, rapports de la légation d’Italie) n’est pas acceptable ; que le projet autrichien est d’ailleurs excellent et qu’on l’approuve sans réserve à Algésiras ; que l’Angleterre, la Russie, l’Espagne même le jugent bon ; que les États-Unis doivent à leur tour nous presser de l’accepter. Comme cette première instance risquerait de n’être point décisive, le lendemain, nouveau télégramme. Guillaume II, cette fois, dénonce nos convoitises, l’avidité de nos banques, les appétits de nos coloniaux, et presse le président d’agir sur nous. Deux jours plus tard, enfin, le 17, troisième dépêche. Elle est plus énergique encore que les précédentes : elle affirme explicitement que l’Italie, la Russie, l’Angleterre et l’Espagne ont abandonné la France ; que les États-Unis seuls l’appuient ; que l’intérêt de la paix exige qu’à leur tour ils se prononcent pour le projet autrichien et forcent ainsi notre consentement.

Des procédés regrettables dont, depuis le début de l’affaire, avait usé vis-à-vis de nous la diplomatie allemande, ceux-là étaient les moins défendables. Car cette prodigieuse intrigue nouée contre notre pays, à l’heure où une crise ministérielle l’affaiblissait moralement et lui donnait l’air d’un navire sans pilote ; cette affirmation de notre isolement, affirmation que rien ne justifiait, comme on devait quelques heures après le constater publiquement ; ce réquisitoire véhément contre notre intransigeance, alors que, depuis le dépôt du projet autrichien, nous avions été les seuls à modifier nos propositions, l’Allemagne maintenant les siennes et se dérobant ainsi à la « mise en harmonie » des textes en présence, tout décelait le dessein de nous faire violence. Et la hâte avec laquelle les journaux, les ambassadeurs, le chancelier, l’Empereur agissaient, à reprises successives, sur tous les points du monde, trahissait la confiance de nous arracher, avant que nous n’eussions un gouvernement, le sacrifice de nos droits et de nos intérêts : coup de force diplomatique préparé et accompli dans le silence des chancelleries, et dont la hardiesse risquait d’obtenir la consécration du succès.

Jamais, en effet, notre situation n’avait été plus grave, jamais les résultats acquis n’avaient été plus compromis. Si nous avions pu saisir dès le principe tous les fils des menées adverses, il nous aurait été possible de dissiper tout de suite l’équivoque et de rompre le réseau que l’on tendait sur nous ; mais, malgré le télégraphe, une manœuvre comme celle dont nous étions l’objet et qui se poursuit sur tant de terrains à la fois, ne se révèle qu’au bout de quelques jours. Pour la parer, il faut que la nouvelle en arrive d’abord aux représentans du pays qu’elle vise ; qu’elle soit transmise par eux à leur gouvernement ; que leurs informations centralisées et coordonnées empruntent à ce rapprochement tout leur sens. Jusque-là, on est sans défense. On sent peser sur soi une lourde atmosphère qu’on ne peut secouer. On devine le danger sans le voir. On est désorienté, et plus qu’à demi vaincu, avant d’avoir essayé une résistance que l’on ne sait où diriger. C’était le cas de notre diplomatie.

A Paris, M. Rouvier quittait le ministère. Il avait rempli son devoir en prescrivant à M. Révoil de s’en tenir à ses instructions, de ne rien céder sur Casablanca et de ne consentir à l’inspection que si satisfaction complète nous était donnée quant à la nationalité des instructeurs. A Algésiras, la délégation française qui, six jours plus tôt, avait pu se croire au port, était démoralisée par le retour offensif de l’Allemagne, et plus profondément qu’elle ne s’en rendait compte. Elle continuait, — M. Révoil dans ses conversations avec ses collègues, M. Regnault dans les séances difficiles du comité de rédaction, — à défendre fermement ses positions. Mais, à se sentir serrée chaque jour de plus près, à lire dans les journaux d’outre-Rhin les attaques dont elle était l’objet, elle ne trouvait pas dans les instructions qui lui venaient de Paris de la part d’un ministre démissionnaire et lui prescrivaient de ne point céder, une suffisante raison de confiance. Elle connaissait, pour l’avoir déjà rencontré sur sa route, l’ardent désir d’en finir et de fuir les responsabilités, dont étaient animés certains des plénipotentiaires. Elle savait que l’Angleterre, la Russie, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la suivraient jusqu’au bout. Mais que déciderait le ministre de demain ? Elle l’ignorait : or, l’ignorance irrite les nerfs. Et la nervosité dont elle souffrait, expression réflexe de la plus respectable angoisse patriotique, n’échappait pas, quelque effort qu’elle fît, aux regards hostiles ou simplement curieux. En examinant la troublante alternative du risque des concessions ou du danger d’une rupture, elle diminuait inconsciemment sa capacité de résistance. Et quand elle évaluait les chances que nous réservait un nouveau vote, elle inclinait au pessimisme.

Sans doute, le projet non amendé n’était pas acceptable, puisqu’il équivalait à la solution internationale repoussée par nous dès le premier jour, substituait un mandat à trois à un mandat à deux, ouvrait la porte à toutes les intrigues européennes et mettait au-dessus du Sultan le corps diplomatique de Tanger. Mais, d’autre part, quelles seraient les suites de la rupture ? Et à quoi bon cette rupture, puisque, malgré la fidélité de nos amis, l’unanimité requise nous interdisait d’espérer un résultat matériel ? Enfin, dans ce qui s’imprimait en Allemagne au sujet des dispositions des puissances, — les démarches des ambassadeurs, du chancelier et de l’Empereur n’étaient pas encore connues, — n’y avait-il pas l’indice d’une évolution, non point des délégués, mais de leurs gouvernemens ? C’était, en effet, le grand danger de la manœuvre allemande que d’inspirer des doutes, — pour quelques heures seulement, il est vrai, mais en pleine crise à un moment peut-être décisif, — aux chancelleries sur l’opinion des plénipotentiaires, aux plénipotentiaires sur l’opinion des chancelleries. Le terrain paraissait instable et perfide. La prudence conseillait l’immobilité. Mais l’immobilité est la pire des tactiques, dans une négociation comme sur un champ de bataille. Et l’ajournement répété des séances de la conférence n’était pas une solution. Tout concourait donc à inquiéter, à troubler, à déprimer ceux qui, depuis deux mois révolus, défendaient pied à pied notre cause. Et cette inquiétude, ce trouble, cette dépression étaient pour nous le pire des périls. C’est dans ces conditions pénibles et critiques que, le 14 mars, M. Léon Bourgeois prit des mains de M. Rouvier, la direction des affaires.


IV

La tâche de M. Bourgeois était complexe et malaisée. Tout ce qu’avait gagné la fermeté de son prédécesseur, la crise ministérielle l’avait remis en question. Et plus d’un, à Algésiras ou ailleurs, escomptait, de la part d’un ministre nouveau, une tendance à céder qui, en facilitant la solution, abrégerait les débats et épargnerait la nécessité d’un vote. Il fallait, pour conjurer ces risques, de la fermeté et de la présence d’esprit. Il importait d’abord que la politique du cabinet Sarrien fût définie clairement et que la continuité de notre action diplomatique, exigée par la permanence de nos droits et de nos intérêts, fût publiquement affirmée. Cela fait, nous aurions à déjouer les manœuvres menées depuis huit jours contre nous, à montrer que la France ne s’abandonnait point et que personne ne l’abandonnait. Après quoi, il faudrait remettre en marche la négociation et déterminer l’Allemagne à la concession que M. de Radowitz avait annoncée le 10 mars, mais qu’ensuite il n’avait point faite. Négociateur de tempérament, convaincu par l’étude du dossier marocain que nous étions arrivés à la limite des transactions acceptables, M. Bourgeois allait, en moins de deux semaines, ressaisir l’avantage. Ce fut une partie décisive, où le succès final récompensa notre résolution de préférer la rupture même à un accord équivoque et humiliant.

Un ministère qui se constitue a un moyen immédiat de publier ses vues : sa déclaration. Le 14 mars, cette déclaration était lue à la tribune de la Chambre par M. Sarrien, président du Conseil, à celle du Sénat par M. Clemenceau, ministre de l’Intérieur. Le passage relatif à la politique extérieure était une réponse péremptoire à ceux des journaux d’outre-Rhin qui avaient fait au nouveau ministère l’injure de compter sur lui pour l’abandon de la politique nationale. Le juste hommage rendu à M. Rouvier apportait une réplique excellente aux tentatives obliques de la Gazette de Voss, notamment, pour opposer l’un à l’autre le gouvernement de la veille et celui du lendemain. La déclaration rappelait, d’autre part, fort à propos que la politique inaugurée par M. Rouvier, continuée par M. Bourgeois, n’était pas seulement la leur, mais celle aussi de la Chambre entière qui, le 16 décembre 1905, l’avait faite sienne à la presque-unanimité. Elle précisait avec force la nature des droits et l’importance des intérêts engagés, du côté français, dans le débat marocain. Et tout en exprimant la conviction que nous pouvions sauvegarder les uns et les autres sans léser aucune puissance, elle affirmait « la pleine conscience » qu’avait le gouvernement du devoir défensif qui s’imposait à lui.

Dès le 14 mars et le lendemain 15, les ambassadeurs rendaient visite au ministre des Affaires étrangères. Et celui-ci, tout aussitôt, dégageait de ce premier contact une impression, à savoir que partout le bruit, propagé par la circulaire allemande du 12, de notre lassitude et de celle de nos amis avait été accueilli, sinon comme vrai, au moins comme vraisemblable. Si brefs que fussent ces entretiens initiaux, ils suffirent à M. Léon Bourgeois pour démentir, en ce qui nous concernait, les affirmations de M. de Radowitz et de la chancellerie impériale. Au comte de Khevenhuller, ambassadeur d’Autriche, et au comte Tornielli, ambassadeur d’Italie, il déclara, avec une insistance particulière, qu’il ne comprenait pas comment l’Allemagne avait pu se tromper aussi gravement sur nos intentions. Il était notoire que M. Rouvier avait confirmé à M. Révoil ses instructions antérieures, puisque le Temps les avait publiées le 13 mars. Ces instructions, tout en laissant la porte ouverte à la négociation, maintenaient catégoriquement notre refus d’admettre pour le huitième port une police qui ne fût point franco-espagnole ; elles maintenaient non moins énergiquement notre décision de n’accepter de la part de l’inspecteur ni commandement, ni collaboration au commandement. Ce faisant, elles préservaient ce que nous considérions comme « un intérêt vital. » Or, ces intérêts, la déclaration ministérielle affirmait qu’ils ne seraient pas abandonnés. Comment pouvait-on croire que M. Bourgeois modifiât, à cet égard, la politique de son prédécesseur ? Et le ministre ajoutait : — Aujourd’hui même, 14 mars, j’ai purement et simplement confirmé, à M. Révoil, les instructions de M. Rouvier. Aussi bien, la situation est très nette. Deux projets sont en présence, que M. de Radowitz a reconnus, par leur combinaison, susceptibles d’aboutir à un accord : le projet français et le projet autrichien. Nous avons, sans tarder, fait connaître ce que nous pouvions emprunter au second, à savoir le principe de l’inspection. Nous attendons encore que l’Allemagne nous fasse connaître ce qu’elle emprunte au nôtre. Si on nous refuse la police franco-espagnole des huit ports, nous refusons l’inspection. Si nous acceptons l’inspection, nous entendons que satisfaction nous soit donnée sur la nationalité des instructeurs, à Casablanca comme ailleurs.

La netteté de cette déclaration produisit un effet immédiat. La France ne cédait pas. Les puissances qui la soutenaient tinrent à honneur de montrer qu’elles ne cédaient pas davantage. On a vu que, dès le 12 mars, quand le comte Wolff-Metternich était venu annoncer à sir Edward Grey que sir Arthur Nicolson nous conseillait d’abandonner Casablanca et de souscrire à l’inspection sans compensation, le secrétaire d’Etat anglais avait répondu à l’ambassadeur par le plus net des démentis. Le soir même, il télégraphiait à Algésiras pour avoir des explications ; et, dès le 13, il recevait la réponse du plénipotentiaire britannique. Sir Arthur Nicolson déclarait que jamais, au cours de ses conversations avec son collègue allemand, il n’avait ni dit ni laissé entendre qu’il fût favorable au projet autrichien sans amendement, ni que nous pussions céder sur la police du huitième port. Sans doute, si la France avait mis bas les armes, le gouvernement anglais n’aurait pas été plus intransigeant qu’elle ; mais il demeurait résolu à nous soutenir en tout et partout, quelle que fût notre attitude. La publication des dernières instructions de M. Rouvier, l’affirmation de M. Léon Bourgeois qu’il s’appropriait ces instructions, témoignaient de notre fermeté. Sir Edward Grey fit immédiatement le nécessaire pour qu’on sût que, contrairement aux assertions de la circulaire allemande, il restait à nos côtés sans l’ombre de faiblesse ni d’hésitation. Et comme au même moment les ambassadeurs d’Angleterre, à Vienne et à Saint-Pétersbourg, télégraphiaient qu’on leur demandait des détails sur « l’adhésion de leur pays au projet autrichien, » il adressa à tous ses représentans, à la date du 13 mars, un télégramme circulaire avec ordre de le communiquer.

Ce télégramme portait que les instructions données à sir Arthur Nicolson lui prescrivaient, d’une façon générale, de maintenir à la France, dans l’avenir comme dans le passé, pour toutes les questions encore à trancher, un appui absolu et sans réserve ; plus spécialement, de l’appuyer énergiquement dans son refus d’admettre que l’inspecteur de la police eût le commandement de Casablanca, ou de quelque autre port que ce fût, et qu’ainsi un de ces huit ports fût soustrait à la police franco-espagnole. Le lendemain 14 mars, sir Francis Bertie, ambassadeur d’Angleterre, venait porter cette dépêche à M. Georges Louis, directeur des affaires politiques au quai d’Orsay, et sir Charles Hardinge, sous-secrétaire d’Etat permanent au Foreign Office, informait M. Paul Cambon qu’il en avait donné connaissance au comte Wolff-Metternich. Trois jours après, le Temps publiait les instructions envoyées à sir Arthur Nicolson. Nul ne pouvait plus croire que l’Angleterre songeât à nous abandonner, moins encore qu’elle agît sur nous pour nous pousser à capituler.

La Russie, à son tour, entrait alors en scène, et, ne voulant pas remplir ses devoirs d’alliée avec moins de netteté que la Grande-Bretagne ne s’acquittait de ses obligations d’amie, elle adressait à ses ambassadeurs une circulaire identique à la circulaire anglaise. Cette communication, parfaitement correcte dans le fond et dans la forme, exaspéra le gouvernement et les journaux allemands. C’était, en effet, la première manifestation publique des sentimens de la Russie. Cette irritation s’accrut de ce fait qu’ayant connu par une communication verbale, avant le prince de Bülow et avant M. Léon Bourgeois, ces instructions, j’en publiai, dès le 20 mars, un résumé dans le Temps et que c’est par ce résumé, aussitôt télégraphié, qu’on en eut connaissance à Berlin, où le comte d’Osten-Sacken avait tardé vingt-quatre heures à faire la communication.

Très maladroitement, la Gazette de l’Allemagne du Nord allait d’ailleurs aggraver l’importance de la dépêche russe, en engageant contre le Temps une campagne d’une violence inouïe. Elle prétendit d’abord que la publication du journal français n’était point exacte, alors qu’il suffisait de comparer les deux textes pour constater l’identité de leur sens ; pour s’assurer que, dans l’un comme dans l’autre, le gouvernement russe démentait énergiquement l’attitude à lui attribuée par le gouvernement allemand ; que, dans l’un comme dans l’autre, il affirmait n’avoir jamais conseillé à la France de céder sur Casablanca ; que, dans l’un comme dans l’autre enfin, il proclamait sa volonté de remplir tous ses devoirs d’allié et son désir de voir la conférence aboutir à une solution conciliante. Elle contesta ensuite que la publication eût été légitimée par les fausses nouvelles qu’avait propagées la diplomatie allemande sur l’isolement de la France. « Il n’existe pas, disait-elle, de documens de la diplomatie impériale qui contiennent une allusion à l’isolement de la France ou à un changement de front de la Russie. » Je répondis aussitôt, en révélant les démarches simultanées faites, à la suite de la circulaire du 12, par le comte Wolff-Metternich, le baron Speck de Sternburg et les autres ambassadeurs allemands. Et l’organe de la chancellerie dut avouer l’existence de cette circulaire [4], qui détruisait du coup toute sa thèse. La colère des officieux de Berlin avait donc pour résultat de justifier, au regard du public, la nécessité des démentis anglais et russes, en obligeant l’Allemagne elle-même à confesser la campagne qui les avait provoqués. La lumière était ainsi faite non seulement sur le présent, mais sur le passé, et montrait, avec les menées dont la France avait été l’objet, la fidélité des concours précieux qu’elle avait partout rencontrés.

Les Etats-Unis, à cette heure critique, nous marquaient une sympathie égale à celle dont témoignaient la Russie et l’Angleterre. On a vu avec quelle insistance, par trois télégrammes de Guillaume II en date du 14, du 15 et du 17 mars, soulignés par trois démarches du baron Speck de Sternburg, la pression allemande s’était exercée à Washington. L’Empereur demandait que M. Roosevelt nous recommandât le projet autrichien : le président s’y refusa catégoriquement. Il demanda alors que M. White reçût l’ordre de voter ce projet : M. Roosevelt s’y refusa encore. A la dernière dépêche de l’Empereur, appuyée énergiquement par l’ambassadeur, un troisième refus répondit, — refus verbal d’abord (15 mars) adressé à M. de Sternburg, refus écrit ensuite, télégraphié à Guillaume II le 17 mars. Non seulement M. Roosevelt déclarait, avec une netteté particulière, le projet autrichien « inacceptable ; » mais il affirmait que, si la doctrine de Monroë ne l’eût pas empêché de prendre parti, il l’eût activement combattu comme étant une amorce de partage du Maroc, au moyen de sphères d’influence. M. Roosevelt rappelait d’ailleurs qu’ayant, le 7 mars, soumis à l’Empereur un projet, il s’y tenait ; que, si le délégué américain ne s’abstenait pas, il ne pourrait voter que pour ledit projet ; que la France avait fait une grosse concession en acceptant l’inspection ; qu’il appartenait à l’Allemagne de la reconnaître en renonçant à ses prétentions sur la police suisse de Casablanca, injustifiable à tous égards. En même temps, M. Root télégraphiait à M. White des instructions dans le même sens, qui constituaient la réfutation complète des argumens invoqués en faveur de la thèse autrichienne et demandait à l’ambassadeur d’Allemagne d’appuyer à Berlin les vues du gouvernement de l’Union.

En moins d’une semaine, nous avions donc non seulement rétabli autour de nous la foi dans notre fermeté [5], mais encore provoqué la manifestation publique des sympathies qui nous étaient acquises. La légende de notre découragement et celle de notre isolement, répandues par l’Allemagne à la faveur de la crise ministérielle, s’effondraient ; et l’édifice de nos alliances et de nos amitiés apparaissait plus solide que jamais. Le danger de la veille ajoutait même quelque chose à la sécurité présente : le bénéfice du contraste nous fortifiait encore. La négociation pouvait être reprise au point où la chute du cabinet Rouvier l’avait interrompue. Le terrain perdu du 7 au 14 mars était regagné. Et nous nous retrouvions à pied d’œuvre. Quelques heures d’énergie, de décision et de publicité avaient fait plus que des mois de patience et de discrétion. Il restait à trancher la question de Casablanca. Pour l’aborder, nous étions doublement armés, puisque nous étions décidés à ne point reculer et que l’Europe entière savait, grâce aux déclarations officielles et publiques des puissances intéressées, que cette décision rencontrait l’unanime approbation de nos alliés et de nos amis.

L’Allemagne, à ce moment même, tentait un dernier effort pour nous déterminer à capituler. Elle essayait encore d’emporter de haute lutte le succès que lui avait fait espérer la chute de M. Rouvier. A Vienne, son ambassadeur, le général de Wedel, affirmait énergiquement que c’était fini des concessions : la France accepterait tel quel le projet autrichien, ou la conférence serait rompue [6]. A Paris, le samedi 17, le prince de Radolin venait au ministère et il priait M. Bourgeois, avec insistance, de céder sur Casablanca, « base nécessaire du contrôle de l’inspecteur. » Comme le ministre déclarait de nouveau que nous ne consentirions jamais à une solution internationale introduisant une troisième puissance au Maroc, à une solution illogique confondant l’inspection et le commandement, à une solution humiliante annulant par un détour le mandat qu’on disait nous confier, le prince, d’un ton inquiet, exprima la crainte qu’il n’y eût pas moyen de s’entendre. M. Léon Bourgeois ne se laissa pas troubler par cette appréhension et répondit simplement que la France, en acceptant l’inspection, avait pris du projet autrichien ce qu’elle en pouvait prendre ; que l’Allemagne n’avait rien pris du projet français, et qu’au contraire, au cours de la crise ministérielle, elle avait exercé, sur nous et nos amis, une pression difficile à accorder avec des dispositions conciliantes. C’était à elle d’apporter sa pierre à l’édifice de l’accord. M. Bourgeois concluait en disant qu’il voulait l’entente, mais une entente durable, — et durable parce qu’honorable. Et il tirait argument des articles énergiques publiés chaque jour par les journaux pour montrer à l’ambassadeur qu’il n’était en cela que l’interprète fidèle de l’opinion publique.

La visite du prince de Radolin fut la dernière tentative pour imposer à la France le projet autrichien dans sa forme primitive. Le jour même, samedi 17 mars, où cette tentative se produisait, le comte de Khevenhuller revenait au quai d’Orsay : très nettement, sous la forme d’une intervention officielle, il offrait à M. Bourgeois de chercher une autre solution. Il ne disait pas laquelle. Mais comme il enregistrait sans objection notre décision de ne plus rien accorder sur la police, il allait de soi qu’il croyait pouvoir triompher des résistances allemandes au sujet de Casablanca et nous demander, en dehors de l’inspection déjà acceptée, de simples concessions financières. Il était également certain, étant donnés les rapports de l’Allemagne et de l’Autriche, que le comte Goluchowski h’avait pas envoyé M. de Khevenhuller porter à M. Bourgeois une « offre » caractérisée, sans être sûr que son initiative ne serait pas désavouée à Berlin. Nous avions par conséquent l’assurance que la chancellerie allemande était disposée à transiger sur Casablanca. Elle consentait à l’amendement que M. de Radowitz avait paru admettre le 10 mars et qu’avait seule rendu « inacceptable, » pour un temps, la chute du cabinet français.

Presque aussitôt, d’ailleurs, la nouvelle de cette concession nous était de toutes parts confirmée. Elle nous venait d’abord du Maroc, de Tanger, où le docteur Rosen disait, le 18 mars, à un agent du maghzen : « L’accord est fait : nous laissons Casablanca à la police franco-espagnole. » Puis d’Algésiras où, le 18 au soir, M. de Radowitz déclarait : « Ne parlons plus de la proposition autrichienne. » Alors, paraissait un article significatif de la Gazette de l’Allemagne du Nord en date du lundi 19, disant que « pour l’intérêt spécifique allemand, il était fort indifférent qu’à Casablanca un couple d’instructeurs suisses ou hollandais plutôt qu’espagnols ou français dirigeât la police marocaine. » Le même jour, l’ambassadeur d’Autriche à Berlin et plusieurs de ses collègues informaient M. Bihourd que la concession annoncée par la note officieuse était acquise et qu’on n’insisterait pas pour soustraire Casablanca à la police franco-espagnole. A son tour, le prince de Bülow précisait cette information en expliquant à l’ambassadeur de Russie que l’Allemagne cédait sur ce point et qu’elle voulait seulement que l’inspection fût effective et réelle. Le lendemain soir mardi 20, Guillaume II répondait au télégramme que M. Roosevelt lui avait adressé le 17 : dans cette réponse, il n’était plus question de Casablanca. Enfin, comme M. Bihourd répétait à M. de Tchirschky ce que M. Bourgeois avait dit au prince de Radolin, le ministre répliquait en souriant : « Je n’aperçois plus de difficultés, puisque nous acceptons ce que vous désirez. »

Bien que cette affirmation ne mentionnât pas explicitement la nature de l’adhésion allemande, cette adhésion et son sens ne faisaient de doute pour personne. Le mercredi 21, M. de Schœn allait, au surplus, voir le comte Lamsdorf et lui renouvelait, dans des termes qui ne prêtaient pas à l’équivoque, la communication faite le lundi par le chancelier au comte d’Osten-Sacken. Simultanément, le comte Goluchowski annonçait joyeusement au marquis de Reverseaux que tout était arrangé. Trois jours après enfin, le samedi 24, nous apprenions que l’Allemagne avait fait connaître sa décision aux représentans du maghzen et, le même jour, le comte de Khevenhuller disait à M. Léon Bourgeois : « Ne parlons plus de Casablanca. Vous aurez, vous et l’Espagne, les huit ports sans restriction. L’inspecteur ne fera qu’inspecter, sans exercer le commandement dans un port. »

Ainsi se terminait cette mêlée diplomatique, qui, par son intensité autant que par son extension, a présenté un si vif intérêt. Le 26 mars, la conférence enregistrait l’accord établi sur Casablanca ; et du 26 mars au 1er avril, elle achevait de régler les points encore pendans : banque, attributions de l’inspecteur et répartition des ports entre les instructeurs français et espagnols.

Ce que les argumens de la France n’avaient pas obtenu, sa fermeté l’avait conquis. Quant à l’Allemagne, confiante dans son prestige, enhardie par ses faciles succès de 1905, elle avait voulu forcer la fortune : la fortune lui avait résisté. Si la conférence, à ce titre, était pour elle une déception, elle avait été l’ouvrière de sa propre déconvenue. Elle n’avait rompu ni relâché aucune des combinaisons diplomatiques qui avaient provoqué son hostilité ; et ses alliés eux-mêmes lui avaient marqué qu’ils entendaient être autre chose que des « seconds ; » garder leur autonomie de grandes puissances ; faire de la Triple Alliance, naguère conduite avec autorité, une alliance parlementaire, où chaque contractant revendique et exerce le droit de penser et de parler.

Tout est bien qui finit bien. La Conférence a donné aux questions qui lui étaient soumises des solutions honorables pour tout le monde, acceptables par tout le monde. En suivant au jour le jour les sinuosités de la diplomatie allemande, au cours de ces semaines pénibles, nous n’avons pas voulu réveiller les souvenirs d’un conflit apaisé, mais seulement justifier la persévérance de notre politique. Qui ne voit d’ailleurs que cette politique a trouvé dans l’adhésion des puissances, et finalement de l’Allemagne elle-même, la meilleure et la plus complète des justifications ?


André Tardieu.
  1. Guillaume II avait fait cette promesse à M. Roosevelt, au moment où celui-ci, en juin 1905, conseillait à M. Rouvier, dans l’intérêt de la paix générale, d’accepter la conférence.
  2. Un fonctionnaire de la Chancellerie de Berlin, M. Krieg, était venu apporter à Vienne les corrections allemandes.
  3. Le fait, comme on le verra plus loin, fut reconnu par la Gazette de l’Allemagne du Nord, le 27 mars suivant.
  4. Voici l’article de la Gazette de l’Allemagne du Nord, où s’enregistra cet aveu :
    « D’après des dépêches privées de Paris, le Temps prétend que les ambassadeurs allemands à Londres et à Washington ont, sur les instructions de Berlin, propagé la légende de l’isolement de la France. La vérité se réduit à ce fait que, le 12 mars, les représentans de l’Allemagne reçurent communication d’un rapport de M. de Radowitz disant que le projet Welsersheimb avait reçu un accueil extrêmement favorable et que la majorité des délégués avaient conseillé l’entente à leurs collègues français. Les diplomates allemands reçurent aussi les instructions de communiquer cela aux cabinets auprès desquels ils étaient accrédités, et d’exposer que le projet Welsersheimb offrait une base propre à mener la conférence à bonne fin et à inaugurer une période de tranquillité, de sécurité et de prospérité économique. »
  5. Le 19 mars, la Chambre vota, sans débat, le budget des Affaires étrangères. A la demande de M. Bourgeois, toutes les interpellations furent ajournées.
  6. Le général de Wedel tenait publiquement ces propos qui nous ont été rapportés par deux de ses collègues.