À Claudius Popelin I

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


À Claudius Popelin


 

Le temps efface l’Art avec un doigt trop prompt,
Et l’Éternité manque à la forme divine.
Le Vinci sous son crêpe à peine se devine,
Et de Monna Lisa l’ombre envahit le front.

Ce que nos yeux ont vu, bien peu d’yeux le verront.
On cherche au Vatican Raphaël en ruine,
Michel-Ange s’éteint aux murs de la Sixtine ;
Comme Apelle et Zeuxis ils s’évanouiront.

Mais toi, mon Claudius, tu fixes ta pensée ;
Tel que l’ambre une fleur, l’immarcescible émail
Contre les ans vaincus abrite ton travail.

Des reflets de l’Iris ton œuvre est nuancée,
L’ardente transparence y luit sous le paillon,
Et chez toi l’Idéal a toujours son rayon.