À la claire fontaine

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

À la claire fontaine
M’en allant promener
J’ai trouvé l’eau si belle
Que je m’y suis baigné

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

J’ai trouvé l’eau si belle
Que je m’y suis baigné
Sous les feuilles d’un chêne
Je me suis fait sécher

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

Sous les feuilles de chêne
Je me suis fait sécher
Sur la plus haute branche
Le rossignol chantait

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

Sur la plus haute branche
Le rossignol chantait
Chante, rossignol, chante
Toi qui as le cœur gai

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

Chante, rossignol, chante
Toi qui as le cœur gai
Tu as le cœur à rire
Moi je l’ai à pleurer

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

Tu as le cœur à rire
Moi je l’ai à pleurer
J’ai perdu ma maîtresse
Sans l’avoir mérité

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

J’ai perdu ma maîtresse
Sans l’avoir mérité
Pour un bouquet de roses
Que je lui refusai

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

Pour un bouquet de roses
Que je lui refusai
Je voudrais que la rose
Fût encore au rosier

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai

Je voudrais que la rose
Fût encore au rosier
Et moi et ma maîtresse
Dans les mêmes amitiés

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai