À propos de doña Rosa

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’éternel petit roman. XII : À propos de doña Rosa
Œuvres complètes : Les Chansons des rues et des boisOllendorf30 (p. 178-179).


XII


À PROPOS DE DOÑA ROSA.


À MÉRANTE.


Au printemps, quand les nuits sont claires,
Quand on voit, vagues tourbillons,
Voler sur les fronts les chimères
Et dans les fleurs les papillons,
 
Pendant la floraison des fèves,
Quand l’amant devient l’amoureux,
Quand les hommes, en proie aux rêves,
Ont toutes ces mouches sur eux,
 
J’estime qu’il est digne et sage
De ne point prendre un air vainqueur,
Et d’accepter ce doux passage
De la saison sur notre cœur.

À quoi bon résister aux femmes,
Qui ne résistent pas du tout ?
Toutes les roses sont en flammes ;
Une guimpe est de mauvais goût.

Trop heureux ceux à qui les belles
Font la violence d’aimer !
À quoi sert-il d’avoir des ailes,
Sinon pour les laisser plumer ?


Ô Mérante, il n’est rien qui vaille
Ces purs attraits, tendres tyrans,
Un sourire qui dit : Bataille !
Un soupir qui dit : Je me rends !

Et je donnerais la Castille
Et ses plaines en amadou
Pour deux yeux sous une mantille,
Fiers, et venant on ne sait d’où.


Route de Heidelbron à Carlsruhe, 6 septembre.