À un esclavagiste du sud

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction en cours

Cette page est consacrée à la traduction en français de en:To_a_Southern_Slaveholder. Si vous souhaitez participer à la traduction, il vous suffit d’éditer cette page. Merci de corriger les erreurs que vous pourrez y trouver.


À un esclavagiste du sud
1848

Boston, le 2 février 1848

Monsieur

Votre lettre de janvier dernier vient d'arriver et je m'empresse de répondre. Je vous remercie pour votre franchise et vous répondrai aussi clairement et ouvertement que vous m'écrivez. Vous n'avez pas besoin de supposer que j'ai de la rancune contre les propriétaires d'esclaves ; Je leur souhaite bonne chance non moins que leurs esclaves. Je pense qu'ils font un grand tort à eux-mêmes, à leurs esclaves et à l'humanité. Je pense que la détention d'esclaves est un tort en soi et, par conséquent, un péché ; mais je ne peux pas dire que tel ou tel détenteur d'esclaves est un pécheur parce qu'il détient des esclaves. Je sais ce qu'est le péché — Dieu seul sait qui est un pécheur. J'espère que je n'ai rien dit de dur dans ma lettre, ou quelque chose qui n'est pas vrai. J'ai certainement écrit sans aucun malaise envers qui que ce soit.

Vous semblez penser que l'Ancien Testament et le Nouveau Testament sont semblables, que le christianisme et le judaïsme sont donc les mêmes. Donc, en tant que chrétien, vous faites appel à l'Ancien Testament pour votre autorité à détenir des esclaves. Maintenant, regardez un peu le problème et voyez la différence entre l'Ancien Testament et le Nouveau Testament. L'Ancien Testament exige des circoncisions, un sacerdoce particulier, le sacrifice de certains animaux, l'observance de certains jours rapides, des journées de pleine lune, des jours de nouvelle lune, le septième jour, etc. Il les exige tous au nom d'un seigneur. Pourtant, vous n'en observez aucunes. Maintenant, vous dites, je suppose, que les lois rituelles de l'Ancien Testament venaient de Dieu, mais ont été abrogées par Christ, qui a également parlé par le commandement de Dieu.

Si tel était le cas, alors il semblerait que Dieu ait abrogé ses propres commandes. Vous dites que Dieu ne change pas. Ainsi je dis. Je ne pense pas que Dieu fasse des lois et les modifie ; mais si la Bible dans son ensemble, comme vous le dites, est la Parole de Dieu, alors il est clair que dans le Nouveau Testament, il reprend ce qu'il commandait dans l'Ancien Testament. Dans l'Ancien Testament, un homme peut laisser sa femme pour n'importe quelle cause ou pas du tout ; mais vous savez que le Christ a dit que Moïse avait donné ce commandement en raison de la dureté du cœur des hommes. Dans Exode 35 : 2, 3, il est interdit d’allumer un feu samedi-sabbat sous peine de mort. En chiffres 15 : 32-36, il est dit que le Seigneur a ordonné à un homme d'être lapidé à mort parce qu'il a ramassé des bâtons samedi ; pourtant je suppose que vous avez un feu dans votre maison samedi et dimanche aussi, et peut-être ne croiriez-vous pas qu'il soit mauvais d'apporter une brassée de bois pour faire du feu l'un ou l'autre de ces jours.

Non, je ne pense pas que Dieu change; par conséquent, je ne crois pas qu'il ait prononcé ces terribles ordres dans l'Ancien Testament. Je crois que Dieu a les attributs de la justice universelle et de l'amour universel. Sans doute, vous m'appellerez un " infidèle ", mais cela ne fait aucune différence ; J'essaie d'être chrétien, mais je ne commence pas par renoncer à la conscience, à la raison et au bon sens. Je pense que Saint Paul était chrétien et vous savez ce qu'il dit à propos de la loi, c'est-à-dire la loi de Moïse, telle que décrite dans l'Ancien Testament.

Regardons maintenant le cas des nègres. Vous pensez que les enfants de Cham sont sous une malédiction perpétuelle et que les nègres sont des descendants de Cham. Le dixième chapitre de la Genèse traite des défunts de Cham, mais ne mentionne pas parmi eux une seule tribu de nègres. Je ne pense pas que l'auteur de ce récit ait su l'existence même de la race particulière des hommes que nous appelons les nègres. Il est vrai qu'il mentionne les Égyptiens et d'autres peuples nord-africains, mais il est bien connu qu'ils n'étaient pas des nègres. Mais même si certains des descendants de Cham étaient des nègres, bien qu'il soit clair d'après le chapitre 10 de la Genèse, ils ne sont pas, pourtant, ne les amènent pas sous la malédiction de Noé ; car Noé ne maudit pas Cham et tous ses enfants, mais seulement Canaan. Maintenant, les descendants de Canaan sont mentionnés dans Genèse 10 : 15-19, aucun d'entre eux n'était un peuple africain ; ils habitaient tous la partie occidentale de l'Asie et sont les nations avec lesquelles les Hébreux étaient souvent en guerre. Les Hébreux ont conquis beaucoup de ces tribus, ont saisi leur pays et souvent leurs personnes. Beaucoup d'entre eux ont fui et je pense installés en Afrique du Nord ; les Berbères et en partie les Maures sont peut-être de cette race, mais aucun d'entre eux n'est nègre.

Mais même si les nègres étaient les enfants de Canaan, comme il est clair qu'ils ne le sont pas ; quel titre pourriez-vous faire pour les retenir ? Ce serait : — Il y a 4000 ans, Noé maudit Canaan et, par conséquent, vous tenez un des enfants de Canaan comme esclave. Pensez-vous qu'un homme a le pouvoir de maudire si loin ? Mais vous direz que Dieu a donné la malédiction ; eh bien la Bible ne le dit pas. Vous dites que Canaan et sa postérité étaient "constitutionnellement indignes", mais vous ne le savez pas. Au contraire, les Sidoniens, qui étaient les descendants de Canaan, étaient un peuple très illustre de l'Antiquité — beaucoup comme les Anglais et les Américains à ce jour — et détenaient en réalité un grand nombre de Juifs en esclavage.

Avant de pouvoir tenir un seul nègre en vertu de la clause de la Genèse 4:25, vous devez dire : 1. Que le nègre descend de Canaan 2. Que la malédiction a été prononcée comme telle 3. Que la malédiction a été autorisée par Dieu lui-même 4. Que cela annonce l'esclavage personnel depuis plus de 4 000 ans. Maintenant, il n'y a pas une de ces quatre propositions qui ait jamais été faite ou peut jamais l'être. Mon cher monsieur, je suis surpris qu'un homme intelligent, au XIXe siècle, un chrétien, un républicain de Géorgie, puisse sérieusement compter un moment sur un tel argument. Se fié sur une bagatelle solennelle sur des sujets aussi importants que la vie de deux à trois millions d'hommes ! Pour ma part, je ne crois pas que l’histoire de Noé maudissait son petit-fils pour la folie de son père. Je pense que tout une histoire idiote s'est levée pour satisfaire la haine que les Juifs ont ressentie contre les Cananéens. Je connais le livre de Bryant et Faber, mais je ne l'utilise jamais non plus maintenant. Il y avait plus de fantaisie que de philosophie, cela me semblait toujours. Je suis peut-être aussi "confiant" que vous le pensez, mais ne me qualifiez pas de savant, même si j'ai lu toutes les précieuses œuvres écrites sur la malédiction de Noé.

Vous demandez si je ne pouvais pas proposer de biens aux esclaves maintenant. Certainement ; leur mariage et leurs droits familiaux pourraient être sécurisés, leur travail plus facile, leur nourriture et leurs vêtements mieux, ils pourraient ne pas être battus. Des douleurs pourraient être prises pour les éduquer. Mais tout cela est très petit, tant que vous gardez l’homme de sa liberté naturelle. Vous ne seriez pas heureux si un esclave ne pensait pas que le chrétien puisse vous tenir en esclavage, même si l'un de vos ancêtres, mais il y a cinquante ans, vous avait maudit, encore moins s'il y a 4 000 ans. Si j'étais détenteur d'esclaves, je le ferais ... Je dirais "viens, maintenant tu es libre, va au travail et je te paierai ce que tu peux gagner." Je pense que dans dix ans, vous seriez un homme plus riche et, dans deux heures, plus heureux, plus chrétien.

Cher monsieur, le christianisme ne consiste pas à croire des histoires dans l'Ancien Testament, à propos de la malédiction de Noé et tout cela, mais à aimer votre frère comme vous-même et Dieu de tout votre cœur. Ne pense pas que je convoite tes esclaves. Aucune considération ne m'inciterait à devenir esclave. Je devrais être un pécheur, bien que Dieu m'accorde que vous n'êtes pas un pour cet acte ! Permettez-moi de vous demander, pendant que vous retirez à un homme sa liberté, sa personne, ne violez pas ce commandement, "bien que vous ne convoitez rien de ce qui est leur voisin" ? Ne brisez pas cette règle d'or "Quoi que vous fassiez pour que les hommes vous fassent, est-ce que vous le faites de même ?"

Je ne pense pas que vous vous sentiez à l'aise avec cette affaire. Ce que vous dites à propos de la colonisation me convainc que vous ne croyez pas que l’esclavage est une institution chrétienne ; que vous n'êtes pas en colère contre moi, après tout. Ne pense pas que je prenne des airs de supériorité sur toi parce que je ne suis pas un détenteur d'esclave. Je n'ai jamais eu cette tentation ; peut-être si j'étais né en Géorgie, je n'aurais pas vu le mal et le péché de l'esclavage. Je peux être aveugle à mille maux et péchés à la maison que je m'engage. Si oui, je vous remercie de les signaler. J'espère que vous m'écrirez aussi franchement qu'auparavant. J'aimerais pouvoir voir le livre d'Eter. Je vais le chercher et l'étudier, car je travaille pour la vérité et pour le droit. Je n'ai rien à gagner personnellement par l'abolition de l'esclavage et, en m'opposant à cette institution, je n'ai obtenu qu'une mauvaise réputation. Je ne te compterai pas mon ennemi.