Élégies nationales

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Élégies nationales
et
Satires politiques
1827


La loi de la presse est retirée ! Ces mots qui viennent de produire tant d’éclat en France ont retenti bien agréablement à mes oreilles, d’abord à cause du bien qu’une telle mesure fait à notre pays, ensuite à cause de celui qu’elle me fait à moi-même. Lors du succès de cette loi, le présent ouvrage était sous presse, et ce fut la crainte qu’elle inspirait qui m’en fit hâter la publication. Cela put être une excuse de l’incorrection des pièces offertes au public, mais d’après le nouvel ordre de choses, cette même excuse sera peut-être encore valable, parce que je ne pouvais le prévoir. L’indulgence que mon âge fit accorder à la première édition me fait espérer beaucoup pour la seconde, quoiqu’une année de plus m’y donne moins de droit. Quelques-unes des pièces qui la composent ont été corrigées, d’autres ajoutées, et l’on y rencontrera la varieté, sinon la perfection.

Et puis, dira-t-on, encore des vers sur Napoléon ! Cette observation, jointe à celle du discrédit de la poésie dans ce siècle, formera au moins les deux tiers des articles qui seront publiés sur mon ouvrage, si toutefois on en publie. — Oui en voici encore ; mais pourquoi s’en plaindre ? Cet homme-là a tant grandi de sa comparaison avec ceux d’aujourd’hui, que c’est vers son règne que le poète est obligé de remonter, s’il veut trouver de belles pensées et des inspirations généreuses ; hors de là tout est dégoût et désenchantement. Pour la satire, c’est autre chose, jamais elle ne fut mieux placée ; aussi, mes essais satiriques sont-ils à l’ordre du jour. C’est la partie de mon recueil que j’estime le moins, mais qui me paraît cependant devoir plaire davantage au public, plus avide de rire que de méditer. La sensation que j’éprouve en les composant a quelque chose d’amer et de désagréable : combattre le vice et le crime, est cependant méritoire, mais chanter la vertu et la gloire est plus doux pour le cœur d’un poète et l’on aimerait mieux avoir à louer ceux qui gouvernent, qu’à les combattre ; mais qu’y faire ?


TABLE.




Élégies Nationales.


 Page 1
 7
 13
 23
 31


Poésies Diverses.


Talma (1826) 
 51
Ode 
 57
 67
 77


Satires.


 117