Épître aux Hébreux - Darby

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Épître aux Hébreux
Version John Nelson Darby - 1872


Chapitre 1[modifier]

  1. Dieu ayant autrefois, à plusieurs reprises et en plusieurs manières,
  2. parlé aux pères par les prophètes, à la fin de ces jours-là, nous a parlé dans [le] Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel aussi il a fait les mondes,
  3. qui, étant le resplendissement de sa gloire et l’empreinte de sa substance, et soutenant toutes choses par la parole de sa puissance, ayant fait par lui-même la purification des péchés, s’est assis à la droite de la majesté dans les hauts [lieux] ;
  4. étant devenu d’autant plus excellent que les anges, qu’il a hérité d’un nom plus excellent qu’eux.
  5. Car auquel des anges a-t-il jamais dit : «Tu es mon Fils, moi je t’ai aujourd’hui engendré» ? [Psaume 2:7]. Et encore : «Moi, je lui serai pour père, et lui me sera pour fils» ? [1 Chroniques 17:13].
  6. Et encore, quand il introduit le Premier-né dans le monde habité, il dit : «Et que tous les anges de Dieu lui rendent hommage» [Psaume 97:7].
  7. Et quant aux anges, il dit : «Qui fait ses anges des esprits, et ses ministres une flamme de feu» [Psaume 104:4].
  8. Mais quant au Fils : «Ton trône, ô Dieu, [est] aux siècles des siècles ; c’est un sceptre de droiture que le sceptre de ton règne ;
  9. tu as aimé la justice et haï l’iniquité ; c’est pourquoi Dieu, ton Dieu, t’a oint d’une huile de joie au-dessus de tes compagnons» [Psaume 45:6-7].
  10. Et : «Toi, dans les commencements, Seigneur, tu as fondé la terre, et les cieux sont les œuvres de tes mains :
  11. eux, ils périront, mais toi, tu demeures ; et ils vieilliront tous comme un habit,
  12. et tu les plieras comme un vêtement, et ils seront changés ; mais toi, tu es le même, et tes ans ne cesseront point» [Psaume 102:25-27].
  13. Et auquel des anges a-t-il jamais dit : «Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que j’aie mis tes ennemis pour marchepied de tes pieds» ? [Psaume 110:1].
  14. Ne sont-ils pas tous des esprits administrateurs, envoyés pour servir en faveur de ceux qui vont hériter du salut ?

Chapitre 2[modifier]

  1. C’est pourquoi nous devons porter une plus grande attention aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne nous écartions.
  2. Car si la parole prononcée par les anges a été ferme, et si toute transgression et désobéissance a reçu une juste rétribution,
  3. comment échapperons-nous, si nous négligeons un si grand salut, qui, ayant commencé par être annoncé par le Seigneur, nous a été confirmé par ceux qui l’avaient entendu,
  4. Dieu rendant témoignage avec eux par des signes et des prodiges, et par divers miracles et distributions de l’Esprit Saint, selon sa propre volonté ?
  5. Car ce n’est point aux anges qu’il a assujetti le monde habité à venir dont nous parlons ;
  6. mais quelqu’un a rendu ce témoignage quelque part, disant : «Qu’est-ce que l’homme que tu te souviennes de lui, ou le fils de l’homme que tu le visites ?
  7. Tu l’as fait un peu moindre que les anges ; tu l’as couronné de gloire et d’honneur, [et l’as établi sur les œuvres de tes mains] ;
  8. tu as assujetti toutes choses sous ses pieds» [Psaume 8:4-6] ; car en lui assujettissant toutes choses, il n’a rien laissé qui ne lui soit assujetti ; mais maintenant nous ne voyons pas encore que toutes choses lui soient assujetties ;
  9. mais nous voyons Jésus, qui a été fait un peu moindre que les anges à cause de la passion de la mort, couronné de gloire et d’honneur, en sorte que, par la grâce de Dieu, il goûtât la mort pour tout.
  10. Car il convenait pour lui, à cause de qui sont toutes choses et par qui sont toutes choses, que, amenant plusieurs fils à la gloire, il consommât le chef de leur salut par des souffrances.
  11. Car, et celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous d’un ; c’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères,
  12. disant : «J’annoncerai ton nom à mes frères ; au milieu de l’assemblée je chanterai tes louanges» [Psaume 22:22].
  13. Et encore : «Moi, je me confierai en lui» [Ésaïe 8:17]. Et encore : «Me voici, moi, et les enfants que Dieu m’a donnés» [Ésaïe 8:18].
  14. Donc puisque les enfants ont eu part au sang et à la chair, lui aussi semblablement y a participé, afin que, par la mort, il rendît impuissant celui qui avait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable ;
  15. et qu’il délivrât tous ceux qui, par la crainte de la mort, étaient, pendant toute leur vie, assujettis à la servitude.
  16. Car, certes, il ne prend pas les anges, mais il prend la semence d’Abraham.
  17. C’est pourquoi il dut, en toutes choses, être rendu semblable à ses frères, afin qu’il fût un miséricordieux et fidèle souverain sacrificateur dans les choses qui concernent Dieu, pour faire propitiation pour les péchés du peuple.
  18. Car, en ce qu’il a souffert lui-même, étant tenté, il est à même de secourir ceux qui sont tentés.

Chapitre 3[modifier]

  1. C’est pourquoi, frères saints, participants à l’appel céleste, considérez l’apôtre et le souverain sacrificateur de notre confession, Jésus,
  2. qui est fidèle à celui qui l’a établi, comme Moïse aussi [l’a été] dans toute sa maison.
  3. Car celui-là a été jugé digne d’une gloire d’autant plus grande que celle de Moïse, que celui qui a bâti la maison a plus d’honneur que la maison.
  4. Car toute maison est bâtie par quelqu’un ; mais celui qui a bâti toutes choses, est Dieu.
  5. Et Moïse a bien été fidèle dans toute sa maison, comme serviteur, en témoignage des choses qui devaient être dites ;
  6. mais Christ, comme Fils, sur sa maison ; et nous sommes sa maison, si du moins nous retenons ferme jusqu’au bout la confiance et la gloire de l’espérance.
  7. C’est pourquoi, — comme dit l’Esprit Saint : «Aujourd’hui, si vous entendez sa voix,
  8. n’endurcissez pas vos cœurs comme dans l’irritation au jour de la tentation dans le désert,
  9. où vos pères m’ont tenté en m’éprouvant, et ont vu mes œuvres durant quarante ans.
  10. C’est pourquoi j’ai été indigné contre cette génération, et j’ai dit : Ils s’égarent toujours dans leur cœur et ils n’ont point connu mes voies.
  11. Ainsi je jurai dans ma colère : S’ils entrent dans mon repos !»[Psaume 95:7-11].
  12. Prenez garde, frères, qu’il n’y ait en quelqu’un de vous un méchant cœur d’incrédulité, en ce qu’il abandonne le Dieu vivant ;
  13. mais exhortez-vous l’un l’autre chaque jour, aussi longtemps qu’il est dit : «Aujourd’hui», afin qu’aucun d’entre vous ne s’endurcisse par la séduction du péché.
  14. Car nous sommes devenus les compagnons du Christ, si du moins nous retenons ferme jusqu’au bout le commencement de notre assurance, selon qu’il est dit :
  15. «Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs, comme dans l’irritation». (Car qui sont ceux qui, l’ayant entendu, l’irritèrent ?
  16. Mais [est-ce que ce ne furent] pas tous ceux qui sont sortis d’Égypte par Moïse ?
  17. Et contre lesquels fut-il indigné durant quarante ans ? N’est-ce pas contre ceux qui ont péché et dont les corps sont tombés dans le désert ?
  18. Et auxquels jura-t-il qu’ils n’entreraient pas dans son repos, sinon à ceux qui ont désobéi ?
  19. Et nous voyons qu’ils n’y purent entrer à cause de [l’]incrédulité).

Chapitre 4[modifier]

  1. Craignons donc qu’une promesse ayant été laissée d’entrer dans son repos, quelqu’un d’entre vous paraisse ne pas l’atteindre ;
  2. car nous aussi, nous avons été évangélisés de même que ceux-là ; mais la parole qu’ils entendirent ne leur servit de rien, n’étant pas mêlée avec de la foi dans ceux qui l’entendirent.
  3. Car nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, comme il a dit : «Ainsi je jurai dans ma colère : S’ils entrent dans mon repos», bien que les œuvres aient été faites dès la fondation du monde.
  4. Car il a dit ainsi quelque part touchant le septième jour : «Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres au septième jour» [Genèse 2:2] ;
  5. et encore dans ce passage : «S’ils entrent dans mon repos !»
  6. Puisqu’il reste donc que quelques-uns y entrent, et que ceux qui auparavant avaient été évangélisés ne sont pas entrés à cause de leur désobéissance,
  7. encore une fois il détermine un certain jour, disant, en David, si longtemps après : «Aujourd’hui», comme il a été dit auparavant : «Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs».
  8. Car si Josué leur avait donné le repos, il n’aurait pas parlé après cela d’un autre jour.
  9. Il reste donc un repos sabbatique pour le peuple de Dieu.
  10. Car celui qui est entré dans son repos, lui aussi s’est reposé de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes propres.
  11. Appliquons-nous donc à entrer dans ce repos-là, afin que personne ne tombe en imitant une semblable désobéissance.
  12. Car la parole de Dieu est vivante et opérante, et plus pénétrante qu’aucune épée à deux tranchants, et atteignant jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles ; et elle discerne les pensées et les intentions du cœur.
  13. Et il n’y a aucune créature qui soit cachée devant lui, mais toutes choses sont nues et découvertes aux yeux de celui à qui nous avons affaire.
  14. Ayant donc un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, tenons ferme [notre] confession ;
  15. car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse sympathiser à nos infirmités, mais [nous en avons un qui a été] tenté en toutes choses comme nous, à part le péché.
  16. Approchons-nous donc avec confiance du trône de la grâce, afin que nous recevions miséricorde et que nous trouvions grâce pour [avoir du] secours au moment opportun.

Chapitre 5[modifier]

  1. Car tout souverain sacrificateur pris d’entre les hommes est établi pour les hommes dans les choses qui concernent Dieu, afin qu’il offre et des dons et des sacrifices pour les péchés,
  2. étant capable d’avoir de l’indulgence pour les ignorants et les errants, puisqu’il est aussi lui-même enveloppé d’infirmité ;
  3. et, à cause de cette infirmité, il doit offrir pour les péchés, comme pour le peuple, ainsi aussi pour lui-même.
  4. Or nul ne s’arroge cet honneur ; mais [seulement] s’il est appelé de Dieu, ainsi que le fut aussi Aaron.
  5. De même le Christ aussi ne s’est pas glorifié lui-même pour être fait souverain sacrificateur, mais celui-là [l’a glorifié] qui lui a dit : «Tu es mon Fils ; moi je t’ai aujourd’hui engendré» [Psaume 2:7] ;
  6. comme il dit aussi dans un autre passage : «Tu es sacrificateur pour l’éternité selon l’ordre de Melchisédec» [Psaume 110:4] ;
  7. — qui, durant les jours de sa chair, ayant offert, avec de grands cris et avec larmes, des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété,
  8. quoiqu’il fût Fils, a appris l’obéissance par les choses qu’il a souffertes ;
  9. et ayant été consommé, il est devenu, pour tous ceux qui lui obéissent, l’auteur du salut éternel,
  10. étant salué par Dieu souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédec,
  11. au sujet duquel nous avons beaucoup de choses à dire et qui sont difficiles à expliquer, puisque vous êtes devenus paresseux à écouter.
  12. Car lorsque vous devriez être des docteurs, vu le temps, vous avez de nouveau besoin qu’on vous enseigne quels sont les premiers rudiments des oracles de Dieu, et vous êtes devenus tels, que vous avez besoin de lait et non de nourriture solide ;
  13. car quiconque use de lait est inexpérimenté dans la parole de la justice, car il est un petit enfant ;
  14. mais la nourriture solide est pour les hommes faits, qui, par le fait de l’habitude, ont les sens exercés à discerner le bien et le mal.

Chapitre 6[modifier]

  1. C’est pourquoi, laissant la parole du commencement du Christ, avançons vers l’état d’hommes faits, ne posant pas de nouveau [le] fondement de la repentance des œuvres mortes et de la foi en Dieu,
  2. de la doctrine des ablutions et de l’imposition des mains, et de la résurrection des morts et du jugement éternel.
  3. Et c’est ce que nous ferons, si Dieu le permet.
  4. Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, et qui ont goûté du don céleste, et qui sont devenus participants de l’Esprit Saint,
  5. et qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les miracles du siècle à venir,
  6. et qui sont tombés, soient renouvelés encore à la repentance, crucifiant pour eux-mêmes le Fils de Dieu et l’exposant à l’opprobre.
  7. Car la terre qui boit la pluie qui vient souvent sur elle, et qui produit des herbes utiles pour ceux pour qui elle est aussi labourée, reçoit de Dieu de la bénédiction ;
  8. mais si elle porte des épines et des chardons, elle est réprouvée et près de la malédiction, et sa fin est d’être brûlée.
  9. Mais nous sommes persuadés, en ce qui vous concerne, bien-aimés, de choses meilleures et qui tiennent au salut, quoique nous parlions ainsi.
  10. Car Dieu n’est pas injuste pour oublier votre œuvre et l’amour que vous avez montré pour son nom, ayant servi les saints et les servant [encore].
  11. Mais nous désirons que chacun de vous montre la même diligence pour la pleine assurance de l’espérance jusqu’au bout ;
  12. afin que vous ne deveniez pas paresseux, mais imitateurs de ceux qui, par la foi et par la patience, héritent ce qui avait été promis.
  13. Car lorsque Dieu fit la promesse à Abraham, puisqu’il n’avait personne de plus grand par qui jurer, il jura par lui-même,
  14. disant : «Certes, en bénissant je te bénirai, et en multipliant je te multiplierai» [Genèse 22:17].
  15. Et ainsi Abraham, ayant eu patience, obtint ce qui avait été promis.
  16. Car les hommes jurent par quelqu’un qui est plus grand qu’eux, et le serment est pour eux un terme à toute dispute, pour rendre ferme [ce qui est convenu].
  17. Et Dieu, voulant en cela montrer plus abondamment aux héritiers de la promesse l’immutabilité de son conseil, est intervenu par un serment,
  18. afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il était impossible que Dieu mentît, nous ayons une ferme consolation, nous qui nous sommes enfuis pour saisir l’espérance proposée,
  19. laquelle nous avons comme une ancre de l’âme, sûre et ferme, et qui entre jusqu’au dedans du voile
  20. où Jésus est entré comme précurseur pour nous, étant devenu souverain sacrificateur pour l’éternité selon l’ordre de Melchisédec.

Chapitre 7[modifier]

  1. Car ce Melchisédec, roi de Salem, sacrificateur du Dieu Très-haut, qui alla au-devant d’Abraham lorsqu’il revenait de la défaite des rois, et qui le bénit,
  2. auquel aussi Abraham donna pour part la dîme de tout, premièrement, étant interprété, roi de justice, et puis aussi roi de Salem, c’est-à-dire roi de paix ;
  3. sans père, sans mère, sans généalogie, n’ayant ni commencement de jours, ni fin de vie, mais assimilé au Fils de Dieu, demeure sacrificateur à perpétuité.
  4. Mais considérez combien grand était celui à qui même Abraham donna une dîme du butin, lui le patriarche.
  5. Et ceux d’entre les fils de Lévi qui reçoivent la sacrificature ont bien un commandement de dîmer le peuple selon la loi, c’est-à-dire leurs frères, bien qu’ils soient sortis des reins d’Abraham ;
  6. mais celui qui ne tire pas généalogiquement son origine d’eux, a dîmé Abraham et a béni celui qui avait les promesses.
  7. Or, sans contredit, le moindre est béni par celui qui est plus excellent.
  8. Et ici, des hommes qui meurent reçoivent des dîmes ; mais là, celui de qui il est rendu témoignage qu’il vit ;
  9. et, pour ainsi dire, Lévi même, qui reçoit des dîmes, a été dîmé en Abraham,
  10. car il était encore dans les reins de son père quand Melchisédec alla au-devant de lui.
  11. Si donc la perfection était par la sacrificature lévitique (car c’est en relation avec elle que le peuple a reçu sa loi), quel besoin était-il encore qu’un autre sacrificateur se levât selon l’ordre de Melchisédec et qui ne fût pas nommé selon l’ordre d’Aaron ?
  12. Car la sacrificature étant changée, il y a aussi par nécessité un changement de loi.
  13. Car celui à l’égard duquel ces choses sont dites appartient à une autre tribu, dont personne n’a été attaché à l’autel ;
  14. car il est évident que notre Seigneur a surgi de Juda, tribu à l’égard de laquelle Moïse n’a rien dit concernant des sacrificateurs.
  15. Et cela est encore bien plus évident, si, à la ressemblance de Melchisédec, un autre sacrificateur se lève,
  16. qui n’a pas été établi selon la loi d’un commandement charnel, mais selon la puissance d’une vie impérissable.
  17. Car [ce] témoignage [lui] est rendu : «Tu es sacrificateur pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédec» [Psaume 110:4].
  18. Car il y a abrogation du commandement qui a précédé, à cause de sa faiblesse et de son inutilité
  19. (car la loi n’a rien amené à la perfection), et introduction d’une meilleure espérance par laquelle nous approchons de Dieu.
  20. Et en tant que [cela n’a] pas [eu lieu] sans serment
  21. (car ceux-là sont devenus sacrificateurs sans serment, mais celui-ci [l’est devenu] avec serment, par celui qui a dit de lui : «Le Seigneur a juré et ne se repentira pas : Tu es sacrificateur pour l’éternité [selon l’ordre de Melchisédec]»),
  22. c’est d’une alliance d’autant meilleure que Jésus a été fait le garant.
  23. Et ceux-là étaient plusieurs sacrificateurs, parce que la mort les empêchait de demeurer ;
  24. mais celui-ci, parce qu’il demeure éternellement, a la sacrificature qui ne se transmet pas.
  25. De là vient aussi qu’il peut sauver entièrement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder pour eux.
  26. Car un tel souverain sacrificateur nous convenait, saint, innocent, sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé plus haut que les cieux,
  27. qui n’est pas journellement dans la nécessité, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple ; car cela, il l’a fait une fois pour toutes, s’étant offert lui-même.
  28. Car la loi établit pour souverains sacrificateurs des hommes qui sont dans l’infirmité, mais la parole du serment, qui est après la loi, [établit] un Fils qui est consommé pour l’éternité.

Chapitre 8[modifier]

  1. Or la somme de ce que nous disons, c’est que nous avons un tel souverain sacrificateur qui s’est assis à la droite du trône de la majesté dans les cieux,
  2. ministre des lieux saints et du vrai tabernacle que le Seigneur a dressé, non pas l’homme.
  3. Car tout souverain sacrificateur est établi pour offrir des dons et des sacrifices ; c’est pourquoi il était nécessaire que celui-ci aussi eût quelque chose à offrir.
  4. Si donc il était sur la terre, il ne serait pas sacrificateur, puisqu’il y a ceux qui offrent des dons selon la loi,
  5. lesquels servent la figure et l’ombre des choses célestes : comme Moïse, quand il allait construire le tabernacle, a été averti divinement ; car : «Prends garde», dit-il, «à faire toutes choses selon le modèle qui t’a été montré sur la montagne» [Exode 25:40].
  6. Or maintenant [Christ] a obtenu un ministère d’autant plus excellent, qu’il est médiateur d’une meilleure alliance qui est établie sur de meilleures promesses ;
  7. car si cette première [alliance] avait été irréprochable, il n’eût jamais été cherché de lieu pour une seconde ;
  8. car, en censurant, il leur dit : «Voici, des jours viennent, dit le Seigneur, et je conclurai, pour la maison d’Israël et pour la maison de Juda, une nouvelle alliance,
  9. non selon l’alliance que j’ai faite avec leurs pères, au jour où je les pris par la main pour les tirer du pays d’Égypte ; car ils n’ont pas persévéré dans mon alliance, et moi je les ai délaissés, dit le Seigneur.
  10. Car c’est ici l’alliance que j’établirai pour la maison d’Israël après ces jours-là, dit le Seigneur : En mettant mes lois dans leur entendement, je les écrirai aussi sur leurs cœurs, et je leur serai pour Dieu, et ils me seront pour peuple,
  11. et ils n’enseigneront point chacun son concitoyen et chacun son frère, disant : Connais le Seigneur ; car ils me connaîtront tous, depuis le plus petit jusqu’au plus grand d’entre eux ;
  12. car je serai clément à l’égard de leurs injustices, et je ne me souviendrai plus jamais de leurs péchés ni de leurs iniquités» [Jérémie 31:31-34].
  13. En disant : «une nouvelle», il a rendu ancienne la première : or ce qui devient ancien et qui vieillit, est près de disparaître.

Chapitre 9[modifier]

  1. La première donc avait aussi des ordonnances pour le culte, et le sanctuaire, un [sanctuaire] terrestre.
  2. Car un tabernacle fut construit, — le premier, qui est appelé saint, dans lequel était le chandelier, et la table, et la proposition des pains ;
  3. et après le second voile, un tabernacle qui est appelé saint des saints,
  4. ayant l’encensoir d’or, et l’arche de l’alliance entièrement couverte d’or tout autour, dans laquelle était la cruche d’or qui renfermait la manne, et la verge d’Aaron qui avait bourgeonné, et les tables de l’alliance ;
  5. et, au-dessus de l’arche, des chérubins de gloire ombrageant le propitiatoire ; sur quoi nous n’avons pas à parler dans ce moment en détail.
  6. Or ces choses étant ainsi disposées, les sacrificateurs entrent constamment dans le premier tabernacle, accomplissant le service ;
  7. mais, dans le second, le seul souverain sacrificateur, une fois l’an, non sans du sang qu’il offre pour lui-même et pour les fautes du peuple,
  8. l’Esprit Saint indiquant ceci : le chemin des lieux saints n’a pas encore été manifesté, tandis que le premier tabernacle a encore sa place,
  9. lequel est une figure pour le temps présent, dans lequel sont offerts des dons et des sacrifices qui ne peuvent pas rendre parfait quant à la conscience celui qui rend le culte,
  10. [culte qui consiste] seulement en viandes, en breuvages, en diverses ablutions, ordonnances charnelles imposées jusqu’au temps du redressement.
  11. Mais Christ étant venu, souverain sacrificateur des biens à venir, par le tabernacle plus grand et plus parfait qui n’est pas fait de main, c’est-à-dire qui n’est pas de cette création,
  12. et non avec le sang de boucs et de veaux, mais avec son propre sang, est entré une fois pour toutes dans les lieux saints, ayant obtenu une rédemption éternelle.
  13. Car si le sang de boucs et de taureaux, — et la cendre d’une génisse avec laquelle on fait aspersion sur ceux qui sont souillés, — sanctifie pour la pureté de la chair,
  14. combien plus le sang du Christ, qui, par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même à Dieu sans tache, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, pour que vous serviez le Dieu vivant !
  15. Et c’est pourquoi il est médiateur d’une nouvelle alliance, en sorte que, la mort étant intervenue pour la rançon des transgressions qui étaient sous la première alliance, ceux qui sont appelés reçoivent l’héritage éternel qui a été promis.
  16. (Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur intervienne ;
  17. car un testament est valide lorsque la mort est intervenue, puisqu’il n’a pas de force tant que le testateur vit).
  18. De là vient qu’aussi la première [alliance] n’a pas été inaugurée sans du sang.
  19. Car chaque commandement, pour ce qui concerne la loi, ayant été proclamé par Moïse à tout le peuple, il prit le sang des veaux et des boucs, avec de l’eau et de la laine écarlate et de l’hysope, et en fit aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple,
  20. en disant : «C’est ici le sang de l’alliance que Dieu vous a ordonnée» [Exode 24:8].
  21. Et, de la même manière, il fit aspersion du sang sur le tabernacle aussi et sur tous les ustensiles du service.
  22. Et presque toutes choses sont purifiées par du sang, selon la loi ; et sans effusion de sang il n’y a pas de rémission.
  23. Il était donc nécessaire que les images des choses qui sont dans les cieux fussent purifiées par de telles choses, mais que les choses célestes elles-mêmes le fussent par de meilleurs sacrifices que ceux-là.
  24. Car le Christ n’est pas entré dans des lieux saints faits de main, copies des vrais, mais dans le ciel même, afin de paraître maintenant pour nous devant la face de Dieu,
  25. — ni, non plus, afin de s’offrir lui-même plusieurs fois, ainsi que le souverain sacrificateur entre dans les lieux saints chaque année avec un sang autre [que le sien]
  26. (puisque [dans ce cas] il aurait fallu qu’il souffrît plusieurs fois depuis la fondation du monde) ; mais maintenant, en la consommation des siècles, il a été manifesté une fois pour l’abolition du péché par son sacrifice.
  27. Et comme il est réservé aux hommes de mourir une fois, — et après cela [le] jugement,
  28. ainsi le Christ aussi, ayant été offert une fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra une seconde fois, sans péché, à salut à ceux qui l’attendent.

Chapitre 10[modifier]

  1. Car la loi, ayant l’ombre des biens à venir, non l’image même des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices que l’on offre continuellement chaque année, rendre parfaits ceux qui s’approchent.
  2. Autrement n’eussent-ils pas cessé d’être offerts, puisque ceux qui rendent le culte, étant une fois purifiés, n’auraient plus eu aucune conscience de péchés ?
  3. Mais il y a dans ces [sacrifices], chaque année, un acte remémoratif de péchés.
  4. Car il est impossible que le sang de taureaux et de boucs ôte les péchés.
  5. C’est pourquoi, en entrant dans le monde, il dit : «Tu n’as pas voulu de sacrifice ni d’offrande, mais tu m’as formé un corps.
  6. Tu n’as pas pris plaisir aux holocaustes ni aux sacrifices pour le péché ;
  7. alors j’ai dit : Voici, je viens, — il est écrit de moi dans le rouleau du livre — pour faire, ô Dieu, ta volonté» [Psaume 40:6-8].
  8. Ayant dit plus haut : «Tu n’as pas voulu de sacrifices, ni d’offrandes, ni d’holocaustes, ni de sacrifices pour le péché, et tu n’y as pas pris plaisir» — lesquels sont offerts selon la loi,
  9. — alors il dit : «Voici, je viens pour faire ta volonté». Il ôte le premier afin d’établir le second.
  10. C’est par cette volonté que nous avons été sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ [faite] une fois pour toutes.
  11. — Et tout sacrificateur se tient debout chaque jour, faisant le service et offrant souvent les mêmes sacrifices qui ne peuvent jamais ôter les péchés ;
  12. mais celui-ci, ayant offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis à perpétuité à la droite de Dieu,
  13. attendant désormais «jusqu’à ce que ses ennemis soient mis pour marchepied de ses pieds» [Psaume 110:1].
  14. Car, par une seule offrande, il a rendu parfaits à perpétuité ceux qui sont sanctifiés.
  15. Et l’Esprit Saint aussi nous en rend témoignage ; car,
  16. après avoir dit : «C’est ici l’alliance que j’établirai pour eux après ces jours-là, dit le Seigneur : En mettant mes lois dans leurs cœurs, je les écrirai aussi sur leurs entendements»,
  17. [il dit] : «Et je ne me souviendrai plus jamais de leurs péchés ni de leurs iniquités» [Jérémie 31:33-34].
  18. Or, là où il y a rémission de ces choses, il n’y a plus d’offrande pour le péché.
  19. Ayant donc, frères, une pleine liberté pour entrer dans les lieux saints par le sang de Jésus,
  20. par le chemin nouveau et vivant qu’il nous a consacré à travers le voile, c’est-à-dire sa chair,
  21. et ayant un grand sacrificateur [établi] sur la maison de Dieu,
  22. approchons-nous avec un cœur vrai, en pleine assurance de foi, [ayant] les cœurs par aspersion purifiés d’une mauvaise conscience et le corps lavé d’eau pure.
  23. Retenons la confession de notre espérance sans chanceler, car celui qui a promis est fidèle ;
  24. et prenons garde l’un à l’autre pour nous exciter à l’amour et aux bonnes œuvres,
  25. n’abandonnant pas le rassemblement de nous-mêmes, comme quelques-uns ont l’habitude [de faire], mais nous exhortant [l’un l’autre], et cela d’autant plus que vous voyez le jour approcher.
  26. Car si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés,
  27. mais une certaine attente terrible de jugement et l’ardeur d’un feu qui va dévorer les adversaires.
  28. Si quelqu’un a méprisé la loi de Moïse, il meurt sans miséricorde sur [la déposition de] deux ou [de] trois témoins :
  29. d’une punition combien plus sévère pensez-vous que sera jugé digne celui qui a foulé aux pieds le Fils de Dieu, et qui a estimé profane le sang de l’alliance par lequel il avait été sanctifié, et qui a outragé l’Esprit de grâce ?
  30. Car nous connaissons celui qui a dit : «À moi la vengeance ; moi je rendrai, dit le Seigneur» ; et encore : «Le Seigneur jugera son peuple» [Deutéronome 32:35-36].
  31. C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant !
  32. Mais rappelez dans votre mémoire les jours précédents, dans lesquels, ayant été éclairés, vous avez enduré un grand combat de souffrances,
  33. soit en ce que vous avez été offerts en spectacle par des opprobres et des afflictions, soit en ce que vous vous êtes associés à ceux qui ont été ainsi traités.
  34. Car vous avez montré de la sympathie pour les prisonniers et vous avez accepté avec joie l’enlèvement de vos biens, sachant que vous avez pour vous-mêmes des biens meilleurs et permanents.
  35. Ne rejetez donc pas loin votre confiance qui a une grande récompense.
  36. Car vous avez besoin de patience, afin que, ayant fait la volonté de Dieu, vous receviez les choses promises.
  37. Car encore très-peu de temps, «et celui qui vient viendra, et il ne tardera pas.
  38. Or le juste vivra de foi ; et : Si [quelqu’un] se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui» [Habakuk 2:3-4].
  39. Mais pour nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour la perdition, mais de ceux qui croient pour la conservation de l’âme.

Chapitre 11[modifier]

  1. Or la foi est l’assurance des choses qu’on espère, et la conviction de celles qu’on ne voit pas.
  2. Car c’est par elle que les anciens ont reçu témoignage.
  3. Par la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par la parole de Dieu, de sorte que ce qui se voit n’a pas été fait de choses qui paraissent.
  4. Par la foi, Abel offrit à Dieu un plus excellent sacrifice que Caïn, et par ce sacrifice il a reçu le témoignage d’être juste, Dieu rendant témoignage à ses dons ; et par lui, étant mort, il parle encore.
  5. Par la foi, Énoch fut enlevé pour qu’il ne vît pas la mort ; et il ne fut pas trouvé, parce que Dieu l’avait enlevé ; car, avant son enlèvement, il a reçu le témoignage d’avoir plu à Dieu.
  6. Or, sans la foi il est impossible de lui plaire ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que [Dieu] est, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le recherchent.
  7. Par la foi, Noé, étant averti divinement des choses qui ne se voyaient pas encore, craignit et bâtit une arche pour la conservation de sa maison ; et par cette arche il condamna le monde et devint héritier de la justice qui est selon la foi.
  8. Par la foi, Abraham, étant appelé, obéit pour s’en aller au lieu qu’il devait recevoir pour héritage ; et il s’en alla, ne sachant où il allait.
  9. Par la foi, il demeura dans la terre de la promesse comme dans [une terre] étrangère, demeurant sous des tentes avec Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse ;
  10. car il attendait la cité qui a les fondements, de laquelle Dieu est l’architecte et le créateur.
  11. Par la foi, Sara elle-même aussi reçut la force de fonder une postérité, et [cela], étant hors d’âge, puisqu’elle estima fidèle celui qui avait promis ;
  12. c’est pourquoi aussi d’un seul, et d’un homme déjà amorti, sont nés des gens qui sont comme les étoiles du ciel en nombre et comme le sable qui est sur le rivage de la mer, lequel ne peut se compter.
  13. Tous ceux-ci sont morts dans la foi, n’ayant pas reçu les choses promises, mais les ayant vues de loin et saluées, ayant confessé qu’ils étaient étrangers et forains sur la terre.
  14. Car ceux qui disent de telles choses montrent clairement qu’ils recherchent une patrie ;
  15. et en effet, s’ils se fussent souvenus de celle d’où ils étaient sortis, ils auraient eu du temps pour y retourner ;
  16. mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est-à-dire une céleste ; c’est pourquoi Dieu n’a point honte d’eux, savoir d’être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité.
  17. Par la foi, Abraham, étant éprouvé, a offert Isaac ; et celui qui avait reçu les promesses offrit son fils unique,
  18. à l’égard duquel il avait été dit : «En Isaac te sera appelée [une] semence» [Genèse 21:12], —
  19. ayant estimé que Dieu pouvait le ressusciter même d’entre les morts, d’où aussi, en figure, il le reçut.
  20. Par la foi, Isaac bénit Jacob et Ésaü à l’égard des choses à venir.
  21. Par la foi, Jacob mourant bénit chacun des fils de Joseph, et adora, [appuyé] sur le bout de son bâton.
  22. Par la foi, Joseph, en terminant sa vie, fit mention de la sortie des fils d’Israël et donna un ordre touchant ses os.
  23. Par la foi, Moïse, étant né, fut caché trois mois par ses parents, parce qu’ils virent que l’enfant était beau, et ils ne craignirent pas l’ordonnance du roi.
  24. Par la foi, Moïse, étant devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille du Pharaon,
  25. choisissant plutôt d’être dans l’affliction avec le peuple de Dieu, que de jouir pour un temps des délices du péché,
  26. estimant l’opprobre du Christ un plus grand trésor que les richesses de l’Égypte ; car il regardait à la rémunération.
  27. Par la foi, il quitta l’Égypte, ne craignant pas la colère du roi, car il tint ferme, comme voyant celui qui est invisible.
  28. Par la foi, il a fait la pâque et l’aspersion du sang, afin que le destructeur des premiers-nés ne les touchât pas.
  29. Par la foi, ils traversèrent la mer Rouge comme une terre sèche, ce que les Égyptiens ayant essayé, ils furent engloutis.
  30. Par la foi, les murs de Jéricho tombèrent, après qu’on en eut fait le tour sept jours durant.
  31. Par la foi, Rahab, la prostituée, ne périt pas avec ceux qui n’ont pas cru, ayant reçu les espions en paix.
  32. Et que dirai-je davantage ? Car le temps me manquera si je discours de Gédéon, de Barac et de Samson et de Jephté, de David et de Samuel et des prophètes,
  33. qui par la foi subjuguèrent des royaumes, accomplirent la justice, obtinrent les choses promises, fermèrent la gueule des lions,
  34. éteignirent la force du feu, échappèrent au tranchant de l’épée, de faibles qu’ils étaient furent rendus vigoureux, devinrent forts dans la bataille, firent ployer les armées des étrangers.
  35. Les femmes reçurent leurs morts par la résurrection ; et d’autres furent torturés, n’acceptant pas la délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection ;
  36. et d’autres furent éprouvés par des moqueries et par des coups, et encore par des liens et par la prison ; ils furent lapidés, sciés, tentés ;
  37. ils moururent égorgés par l’épée ; ils errèrent çà et là, vêtus de peaux de brebis, de peaux de chèvres, dans le besoin, affligés, maltraités,
  38. (desquels le monde n’était pas digne,) errant dans les déserts et les montagnes, et les cavernes et les trous de la terre.
  39. Et tous ceux-ci, ayant reçu témoignage par la foi, n’ont pas reçu ce qui avait été promis,
  40. Dieu ayant eu en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parvinssent pas à la perfection sans nous.

Chapitre 12[modifier]

  1. C’est pourquoi, nous aussi, ayant une si grande nuée de témoins qui nous entoure, rejetant tout fardeau et le péché qui [nous] enveloppe si aisément, courons avec patience la course qui est devant nous,
  2. fixant les yeux sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, lequel, à cause de la joie qui était devant lui, a enduré la croix, ayant méprisé la honte, et est assis à la droite du trône de Dieu.
  3. Car considérez celui qui a enduré une telle contradiction de la part des pécheurs contre lui-même, afin que vous ne soyez pas las, étant découragés dans vos âmes.
  4. Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang en combattant contre le péché,
  5. et vous avez oublié l’exhortation qui s’adresse à vous comme à des fils : «Mon fils, ne méprise pas la discipline du Seigneur, et ne perds pas courage quand tu es repris par lui ;
  6. car celui que le Seigneur aime, il le discipline, et il fouette tout fils qu’il agrée» [Proverbes 3:11-12].
  7. Vous endurez [des peines] comme discipline : Dieu agit envers vous comme envers des fils, car qui est le fils que le père ne discipline pas ?
  8. Mais si vous êtes sans [la] discipline à laquelle tous participent, alors vous êtes des bâtards et non pas des fils.
  9. De plus, nous avons eu les pères de notre chair pour nous discipliner, et nous les avons respectés ; ne serons-nous pas beaucoup plutôt soumis au Père des esprits, et nous vivrons ?
  10. Car ceux-là disciplinaient pendant peu de jours, selon qu’ils le trouvaient bon ; mais celui-ci [nous discipline] pour notre profit, afin que nous participions à sa sainteté.
  11. Or aucune discipline, pour le présent, ne semble être [un sujet] de joie, mais de tristesse ; mais plus tard, elle rend le fruit paisible de la justice à ceux qui sont exercés par elle.
  12. C’est pourquoi, redressez les mains lassées et les genoux défaillants,
  13. et faites des sentiers droits à vos pieds, afin que ce qui est boiteux ne se dévoie pas, mais plutôt se guérisse.
  14. Poursuivez la paix avec tous, et la sainteté, sans laquelle nul ne verra le Seigneur,
  15. veillant de peur que quelqu’un ne manque de la grâce de Dieu ; de peur que quelque racine d’amertume, bourgeonnant en haut, ne [vous] trouble, et que par elle plusieurs ne soient souillés ;
  16. de peur qu’il n’y ait quelque fornicateur, ou profane comme Ésaü, qui pour un seul mets vendit son droit de premier-né ;
  17. car vous savez que, aussi, plus tard, désirant hériter de la bénédiction, il fut rejeté, (car il ne trouva pas lieu à la repentance,) quoiqu’il l’eût recherchée avec larmes.
  18. Car vous n’êtes pas venus à la montagne qui peut être touchée, ni au feu brûlant, ni à l’obscurité, ni aux ténèbres, ni à la tempête,
  19. ni au son de la trompette, ni à la voix de paroles, [voix telle] que ceux qui l’entendaient prièrent que la parole ne leur fût plus adressée ;
  20. (car ils ne pouvaient supporter ce qui était enjoint : «Si même une bête touche la montagne, elle sera lapidée» [Exode 19:13] ;
  21. et Moïse, si terrible était ce qui paraissait, dit : Je suis épouvanté et tout tremblant ;)
  22. mais vous êtes venus à la montagne de Sion ; et à la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste ; et à des myriades d’anges, l’assemblée universelle ;
  23. et à l’assemblée des premiers-nés écrits dans les cieux ; et à Dieu, juge de tous ; et aux esprits des justes consommés ;
  24. et à Jésus, médiateur d’une nouvelle alliance ; et au sang d’aspersion qui parle mieux qu’Abel.
  25. Prenez garde que vous ne refusiez pas celui qui parle : car si ceux-là n’ont pas échappé qui refusèrent celui qui parlait en oracles sur la terre, combien moins [échapperons]-nous, si nous nous détournons de celui qui [parle ainsi] des cieux,
  26. duquel la voix ébranla alors la terre ; mais maintenant il a promis, disant : «Encore une fois je secouerai non seulement la terre, mais aussi le ciel» [Aggée 2:6].
  27. Or ce «Encore une fois» indique le changement des choses muables, comme ayant été faites, afin que celles qui sont immuables demeurent.
  28. C’est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, retenons la grâce par laquelle nous servions Dieu d’une manière qui lui soit agréable, avec révérence et avec crainte.
  29. Car aussi notre Dieu est un feu consumant.

Chapitre 13[modifier]

  1. Que l’amour fraternel demeure.
  2. N’oubliez pas l’hospitalité ; car par elle quelques-uns, à leur insu, ont logé des anges.
  3. Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous étiez liés avec eux, de ceux qui sont maltraités, comme étant vous-mêmes aussi dans le corps.
  4. Que le mariage soit [tenu] en honneur à tous égards, et le lit sans souillure ; mais Dieu jugera les fornicateurs et les adultères.
  5. Que votre conduite soit sans avarice, étant contents de ce que vous avez présentement ; car lui-même a dit : «Je ne te laisserai point et je ne t’abandonnerai point» [Josué 1:5] ;
  6. en sorte que, pleins de confiance, nous disions : «Le Seigneur est mon aide et je ne craindrai point : que me fera l’homme ?» [Psaume 118:6].
  7. Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu, et, considérant l’issue de leur conduite, imitez leur foi.
  8. Jésus Christ est le même, hier, et aujourd’hui, et éternellement.
  9. Ne soyez pas séduits par des doctrines diverses et étrangères, car il est bon que le cœur soit affermi par la grâce, non par les viandes, lesquelles n’ont pas profité à ceux qui y ont marché.
  10. Nous avons un autel dont ceux qui servent le tabernacle n’ont pas le droit de manger ;
  11. car les corps des animaux dont le sang est porté, pour le péché, dans les lieux saints, par le souverain sacrificateur, sont brûlés hors du camp.
  12. C’est pourquoi aussi Jésus, afin qu’il sanctifiât le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte.
  13. Ainsi donc, sortons vers lui hors du camp, portant son opprobre ;
  14. car nous n’avons pas ici de cité permanente, mais nous recherchons celle qui est à venir.
  15. Offrons donc, par lui, sans cesse à Dieu un sacrifice de louanges, c’est-à-dire le fruit des lèvres qui confessent son nom.
  16. Mais n’oubliez pas la bienfaisance, et de faire part de vos biens, car Dieu prend plaisir à de tels sacrifices.
  17. Obéissez à vos conducteurs et soyez soumis, car ils veillent pour vos âmes, comme ayant à rendre compte ; afin qu’ils fassent cela avec joie, et non en gémissant, car cela ne vous serait pas profitable.
  18. Priez pour nous, car nous croyons que nous avons une bonne conscience, désirant de nous bien conduire en toutes choses.
  19. Mais je vous prie d’autant plus instamment de faire cela, afin que je vous sois rendu plus tôt.
  20. Or le Dieu de paix qui a ramené d’entre les morts le grand pasteur des brebis, dans [la puissance du] sang de l’alliance éternelle,
  21. notre seigneur Jésus, vous rende accomplis en toute bonne œuvre pour faire sa volonté, faisant en vous ce qui est agréable devant lui, par Jésus Christ, auquel soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen.
  22. Or je vous exhorte, frères, à supporter la parole d’exhortation, car ce n’est qu’en peu de mots que je vous ai écrit.
  23. Sachez que notre frère Timothée a été mis en liberté : s’il vient bientôt, je vous verrai avec lui.
  24. Saluez tous vos conducteurs et tous les saints. Ceux d’Italie vous saluent.
  25. Que la grâce soit avec vous tous ! Amen.