Épilogue (Livre XI)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
FablesBernardin-Bechet (p. 373-374).

Quel autre art de penser Aristote et sa suite Enseignent-ils, par votre foi ?

Ceci n’est point une fable ; et la chose quoique merveilleuse et presque incroyable, est véritablement arrivée. l’ai peut-être porté trop loin la prévoyance de ce hibou ; car je ne prétends pas établir dans les bêtes un progrès de raisonnement tel que celui-ci : mais ces exagérations sont permises à la poésie, surtout dans la manière d’écrire dont je me sers.


ÉPILOGUE


C’est ainsi que ma muse, aux bords d’une onde pure,
Traduisoit en langue des dieux
Tout ce que disent sous les cieux
Tant d’êtres empruntant la voix de la nature.
Truchement de peuples divers,
Je les faisois servir d’acteurs en mon ouvrage :
Car tout parle dans l’univers ;
Il n’est rien qui n’ait son langage.
Plus éloquents chez eux qu’ils ne sont dans mes vers,
Si ceux que j’introduis me trouvent peu fidèle,
Si mon œuvre n’est pas un assez bon modèle,
J’ai du moins ouvert le chemin :
D’autres pourront y mettre une dernière main.
Favoris des neuf Sœurs, achevez l’entreprise :
Donnez mainte leçon que j’ai sans doute omise ;
Sous ces inventions il faut l’envelopper.
Mais vous n’avez que trop de quoi vous occuper :
Pendant le doux emploi de ma muse innocente,

Louis dompte l’Europe ; et d’une main puissante,
Il conduit à leur fin les plus nobles projets
Qu’ait jamais formés un monarque.
Favoris des neuf Sœurs, ce sont là des sujets
Vainqueurs du Temps et de la Parque.