100%.png

État des personnes noyées dans la Seine en janvier-février 1779

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Noyés

Janvier a février

1779

Etat des personnes
qui se sont noyées ou qui ont courues risque de l’etre dans la ville de Paris pendant les mois de janvier et février 1779. Auxquelles ont été administré les secours indiqués par le Bureau de la ville ; et des sommes qui peuvent être accordées à ceux qui les ont pesches et secourus.

Janvier

1er Janvier

Klen

Rep. Chapuen

Pvall Lequin

S. Nicolas

Le premier du dit neuf heures et demie du matin Michel Klen gagne denier travaillant à repescher le bois d’un bateau du S. Passerat naufragé, et etant yvre d’eau de vie a glissé de dessus le puisoir des porteurs d’eau en tête des bateaux à lescine dans la rivière, il a eté sur le champ repesché par le S. Morel marchand de bois, qui s’est trouvé a cet endroit. Le Sergent la fait conduire au corps de garde, où il a été rechauffé deshabillé et revetu de la tunique, on ne lui a rien fait boire attendu son yvresse ; Mr Lequin Commre de la ville survenu la fait reconduire en voiture chez lui rue jean de l’Epine.

Il peut être payé pour ce savoir.

à celui qui la pesché cy……...…12lt/

aux sergent et Gardes………….. 6. /

à Me Lequin sa vacation ……… 4 - / 24lt 10 s

Remboursement Blanchissage......../

Et de Voiture……………….... 2 -10 /

9 Janvier

Mahieu

A grand gerard

Pval Lequin

S Nicolas

Le neuf dudit six heures et demie du soir Michel françois Mahieu, âgé de 21. ans, garçon Boulanger demeurant chez la mére aux garçons rue Macon, un peu pris de vin, voulant entrer dans le bateau du S. Dubourg près l’abreuvoir du port Saint Nicolas, est tombé dans la rivière, où il étoit plongé jusqu’aux épaules, et couroit risque de se noyer lorsque le nommé Carette Soldat de fraction qui s’en est apperçu est allé à son secours et la retiré de l’eau, la fait conduire au corps de garde, ou il n’a eu besoin d’autres secours que d’être deshabillé essuyé et seché, Me Lequin commissaire de la Ville qui si est transporté après l’avoir entendu la renvoyé dans sa demeure en carosse.

Il peut être payé pour ce.

Savoir

à Carette [?] qui la retiré de l’eau ……12 lt /

aux Sergent et gardes …………………….. 6. /

à Me Lequin Sa Vacation ………………… 4 - / 24.8 S

Carosse……………….1lt.4s /

Blanchissage……….1lt.4s / …………….. 2.8 ………/

11 Jvr

fromentin

[?] Allexandre

PrVAL Blinville

Malaquais

Le onze dudit, huit heures du Matin Baltazar fromentin gagne denier âgé de 60 ans ayant passé sur la glace du bord de la rivière à vu bateau de bois pour placer une planche est enfoncé à travers dans la rivière, et s’est retenu d’un bras. Le nommé Devilliers son camarade demeurant rue du four St Germain est allé a son secours et la retiré par le Bras et conduit au corps de garde où l’on la deshabillé seché, frotté, essuyé, il n’a eu besoin que de boire un peu d’eau de vie camphrée et après avoir changé d’habits à eté renvoyé chez lui Maison de M. l’abbé de Breteuil rue de Seve, par Me. Blainville commre de la ville.

Il peut être payé pour ce.

Savoir

à Devilliers qui la pesché …………………...12lt. /

aux sergent et gardes ……………………….6 - /

à Me. Blinville sa vacation …………………4 - / 23lt4s

depenses ……………………………………….......1lt4s /


16 jvr

Colin

paye papillon

Pvall Hoin

Isle louvier

Le seize du dit 9. à 10. heures du matin, Joseph Colin, dit champagne porteur d’eau, âgé d’environ 50 ans, demeurant rue Jean beau sire, étant chargé de ses sceaux pleins sur la planche du puisoir en tête des bateaux à l’escive au bras du mail, ses pieds lui ayant glissés est tombé dans la rivière et a été entrainé au fil de l’eau en se debattant, Marie jeanne Boissy, Marguerite Desgranges, marie anne Vincent demt rue Jean beausire et denise gauché demt au cadran bleu fbg Saint antoine toutes quatre Blanchisseuses, l’ont repesché après quelques minutes de submersion. Il a été porté au corps de garde de l’isle Louvier ou le sergent la fait deshabiller, essuyer, secher et rechauffer, lui a donné de l’eau de vie camphrée et n’a eu besoin d’autres secours et ses camarades

lui ayant raporté des hardes, Me Hoin, Commre. de la ville le voyant en etat de s’en retourner la renvoyé chez lui.

Il peut etre payé ce.

Savoir.

Secours ……………………………………….……… 24lt. /

aux sergent et gardes …………………………. 9 - / 38lt. 10s

à Me. Hoin sa vacation ……………………….. 4 - /

Depenses, vin, sucre, blanchissage ………1-10. /


27 jvr

Fille Rollet

paye ozer

pval gallé

Tournelle

Le vingt sept du dit, trois heures après midi, Jeanne Marie Rollet, revendresse de fruits âgée de 34. ans, demeurante rue Mortellerie chez S. Desneux, etant montée sur un bateau de sommes au port de la tournelle est tombée dans la rivière, où elle a été plongée, revenue sur l’eau, les nommées Simon Laisné, demeurant rue gratieuse, et thomas Jacquet foureau demt. rue des fossés St. Bernard chez Blondeau, tous deux gagner deniers dud. Port se sont jettés à l’eau l’ont repesché par ses hardes et conduite au corps de garde, ou elle a eté rechauffée, essuyée, séchées, la fe. Desneux lui est allé chercher des hardes pour la changer, comme elle avoit restée peu de tems dans l’eau elle n’a eu besoin d’autres secours, qu’un peu de vin et de sucre qui lui a eté donné par Me. Gallé commissaire de la ville qui s’y est transporté et la renvoyée chez elle sous la conduite de la d. femme Desneux.

Il peut être payé pour ce.

Savoir.

A ceux qui l’ont peschée …………………………. 24lt. /

Aux sergent et gardes …………………………….. 9 - / 38lt 16s

A Me. Gallé sa vacation………………………….. 4 - /

Rembourst et depense et blanchge ………..1 – 16 /

29 jvr

Guillard

A [?] Prudhomme

pval Hoin

Isle louvier

Le vingt neuf du d. sept heures du soir. Nicolas Guillard, jardinier journalier âgé d’environ 50 ans demt. au dessus de la grande Barriere St. Laurent N°47. chez Roger Vacher, s’en revenant le long du bras du mail s’est heurté le pied sur une corde de fermure de boutique à poisson, a fait la culbute, est roulé la berge et tombé dans la rivière, une femme qui s’en est apperçue en a averti le noe. Desbrosses, et les compagnons metteurs à port qui passsoient au bas du pavillon de larsenal, le noe. Fregeaut, Michel Langlois, philippe Regnault, Louis Langlois, Pierre Fournier et Paul Desbrosses le Je sont allés a l’endroit indiqué, lesquels se tenants à une corde de fermuré sont descendus à la rivière, et arrivés dans l’instant que le d. Guillard alloit passer sous les boutiques Fregeaut, et Michel Langlois l’ont pris par le bras et les autres les ayant aidés, l’ont retiré de la rivière l’ont remonté sur la berge et conduit au corps de garde de l’isle Louvier, il etoit alors sans aucune connaissance ni signe de vie, le Sergent la fait deshabiller, essuyer, secher, frotter d’eau de vie camphrée et rechauffer, à

averti Me. Hoin commre. De la ville, qui lors de son arrivée la trouvé sans aucune connaissance, mais ayant un tremblement général de tous les membres, lui a fait respirer de l’Esprit volatil de sel amoniac, et avaller de l’eau de vie camphrée, et après une heure la connaissance lui est revenue, ayant été bien rechauffé et reconnu par le noe. Regnault, et n’ayant pas d’habillement pour changer, Me. Hoin la fait mettre dans un carosse de place, revetu de la tunique et d’une capotte de corps de garde et la fait reconduire chez lui.

Il peut etre payé pour ce.

Savoir.

à la femme qui a averti ………………………………6lt. /

à ceux qui l’ont pesché et secouru……………..24 - /

aux sergent et gardes le tier au sergent……..18 - / 55lt 12s
à Me. Hoin sa vacation ……………………………….4 - /

Remboursement et depenses …………………….3 – 12 - /


Fevrier

3 fvrer
Huet
damiens
Pval Galle
Bas ville
Le trois fevrier entre une et deux heures après midi, Henry Huet âgé de 14. Ans, orphelin de pére et mére demeurant chez le Noe. St. Denis gagne denier son< oncle Maison du S. Corbert epicier rue St. Victor est entré dans une thone à la queue du port au bois pour ramasser des ecorces et brindilles et voulant passer de cette thone dans un autre bateau est tombé dans la rivière à été entrainé au fil de l’eau a passé sous un bateau chargé e pierres, il étoit submergé, mais ayant par evenement levé la main au sortir de dessous le bateau et passant entre deux eaux vers ses bateaux Margottas de foin les mariniers de ces bateaux qui sont Denis Robin, Jean Edme, sevestre, nicolas grabi de Marnay, fiacre Dabenne, de Coursevoix, et Edme Mignot de Bray l’appercevant l’ont pris par le bras l’ont repesché et ramenné à terre, d’où le Sergent la fait porter au corps de garde, il n’avoit alors aucune connoissance. Il a eté deshabillé, essuyé, seché, frotté d’eau de vie camphrée, et respiré de l’Esprit Volatil de Sel amoniac, et par les secours la connoissance lui etant revenue, Me. Gallé commre. De la ville qui s’y est transporté, la remis à Pierre huet dit St. Denis son oncle quil a reclamé.

Il peut etre payé pour ce.

Savoir.

à ceux qui l’ont pesché ………………………..24lt - /

aux Sergent et gardes ………………………….18 - / 47lt. 10s.

à Me. Gallé sa vacation ………………………..4 - /

Remboursement de Depenses …………..1 – 10 - /


8 fev.

Callebasse

Juge Pringray

Pval Rathery

greve


Le huit dudit, entre deux et trois heures après midi, Antoine Mostra dit Callebace, marinier âgé d’environ 45 ans, demt. Rue Mortellerie, s’etant
présenté sur le pont Rouge pour aller de l’isle louvier au Carré St. Landry et ne l’ayant pu parce que la garde s’y est opposé à cause de l’arrivée de la Reine à Notre Dame, est descendu au bas du quay
a la queue de l’isle, et comme il est un des plus forts nageurs, il s’est mis à l’eau pour traverser la rivièrre, deux compagnons de rivierre de sa connoissance sont descendus qui se nomment l’un leguillier et l’autre Ricousa sous le pretexte qu’il s’exposoit ont eté le retirer de l’eau malgré lui et l’ont mis à terre au port de la Greve. Le Sergent la fait entrer dans le corps de garde, où il n’a eu besoin d’aucun secours n’ayant point avallé d’eau, ni été exposé, Me Rathery commre. de la ville qui a reçu sa declaration et celle de ceux qui l’ont pesché qui sous convenus qu’il nageoit, la renvoyé chez lui, mais après s’etre retiré, le sergent sur l’ordre d’un sergent d’inspection la conduit chez un commre. du chatelet, où l’on a fait venir sa femme, avec laquelle il s’en est retourné.

Cet article doit être tiré pour cy…. Mémoire

8 fevrier

Coutelier

[?] Maigret

Pval Lequin

Conference

Le dit jour huit février, quatre heures après midi, Jean Coutelier, dit Cadet conducteur d’eau en tonneau demeurant grande rue du faubourg St. Honoré ne pouvant puiser à la pompe du quai à cause du passage du roi, a fait descendre sa voiture à la rivière au bas de l’abreuvoir, mais son cheval prenant le mors au dents s’est emporté dans l’eau a entrainé la voiture sur laquelle étoit le dit Coutelier qui est tombé a la rivière. Les nommés Marechal, charpentier sautié et Achon, agarçons passeurs, sont allés le repescher ainsi que le cheval et la voiture dont une roue a été perdue. Il a été conduit au corps de garde, ou il n’a eu besoin d’aucun secours que d’etre seché, après quoi Me. Lequin commre. de la ville qui s’y est transporté la renvoyé chez lui.

Il peut etre payé pour ce

Savoir.

à ceux qui l’ont retiré de l’eau ………..12lt /

aux sergent et gardes cy ………….………6 - / 22lt

à Me.Lequin sa vacation…………….…….4 - /

11 fev.

Barbon

[?] morel

Pval Lequin

Conference

Le onze du dit deux à trois heures apres midi Etienne Barbou âgé de 75 ans porteur d’eau demt. Rue du faubourg St. honoré chez auger logeur voulant puiser au puisoir du port de la Conference est tombé dans la riviere, les nommés Damerain commissionnaire des voitures de la cour, demeurant chez Malhuel perruquier rue St. Nicolas du chardonnet et firmin de folie tireur de sable demeurant rue Princesse chez Duval tonellier, l’ont retiré, il avoit perdu connoissance, le caporal la fait porter au corps de garde, à envoyé chercher le S. Cote chirurgien rue du faubourg Saint honoré ; la fait deshabiller, essuyer, secher, frotter, avaller de l’eau de vie camphrée, respirer de l’Esprit Volatil de Sel amoniac, et après environ demie heure de secours et de soin, la connaissance lui etant revenue, Me. Lequin commissaire de la ville qui s’y etoit transporté la fait conduire chez lui sur un brancard, porté par ceux qui l’avoient retiré de l’eau, et lescortés
D’un soldat pour raporter la tunique, à cause qu’il n’avoit pas de vestement pour changer ses habits qui etoient mouillés

Il peut etre payé pour ce

Savoir.

A ceux qui l’ont pesché et secouru …………………………… 24 lt - /

aux caporal et gardes - 18 - /

à Me Lequin sa vacation - 4 - / 50lt.10s.

au chirurgien …………………. 3 - /

Remboursement de depenses 1 . 10 - /


28 fevrier

De Lenoncourt

Sergt. Dolial

P.Val Lequin

Malaquais


Vingt huit du dit dix à onze heures du matin le nommé de Senoncourt fils d’un receveur de billets de lotterie demeurant rue des Orties âgé de 13 ans, voulant baigner un chien au bas du quay Malaquais est tombé dans la rivière, de dessus le bateau des blanchisseuses, a été retiré de l’eau par un de ses camarades et conduit au corps de garde. Il n’avoit pas perdu connoissance, et n’a eu besoin que d’être rechauffé, essuyé, séché, on lui a fait boire de l’eau de vie camphrée. Me Lequin commissaire de la ville qui s’y est transporté après l’avoir entendu la renvoyé chez lui.

Il peut etre payé pour ce

Savoir.

à ceux que l‘avoient retiré de l’eau, cy …………………………………………………12lt. /

aux sergent et gardes ……………………….9 - / 25lt 12s

à Me. Lequin sa vacation ………………….4 - /

Remboursement et blanchissage ……..12s /


Total     350lt – 12s


Je soussigné huissier commissre. de police de lhotel de ville Charge des examens en pars portes [?] les noyés certifie avoir pris connoissance des faits mentionnés cy ceux portés en l’état ci-dessus et d’une autre part d’après quoy justice ensuit le bon plaisir du bureau la somme de trois cent cinquante livres douze soles

mention dudt etat pour être payer aux cy deux maitres

a Paris ce six mars [?] soixte. dix neuf

  Blanchard [?]
arresté a 350lt 12s. le 11 mars 1779