100%.png

Étoile lointaine

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres de Jean LahorAlphonse Lemerre, éditeurL’Illusion (p. 285).

ÉTOILE LOINTAINE


Astre clair qui là-haut trembles au fond des cieux,
Quel est le nom, quelle est la forme de tes dieux ?
Des hommes sont-ils rois de tes troupeaux de bêtes ?
Lointaine étoile, as-tu tes héros, tes prophètes,
As-tu tes criminels, tes monstres, tes damnés,
Ou tes voyants, tes saints, tes grands hallucinés,
Cherchant à consoler la détresse des êtres ?
Tes vivants souffrent-ils du péché des ancêtres,
Et le soir, éblouis par ta splendeur qui ment,
Prolongent-ils aussi leur misère en s’aimant ?
Tes amants savent-ils, penchés sur leur amante,
Apaiser l’infini désir qui les tourmente ?
Astre clair, cependant tu souris et tu luis ;
Tu mêles ton mensonge à la douceur des nuits ;
Tu scintilles, pareil aux yeux des bien-aimées,
Malgré tant de douleurs en ton sein enfermées,
Et bien qu’en toi, fruit d’or, fruit merveilleux du ciel,
Le mal se soit glissé comme un ver éternel.