Études de philologie et de linguistique aveyronnaises

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Collectif
Texte établi par Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron (p. 217-318).
ÉTUDES
DE PHILOLOGIE ET DE LINGUISTIQUE
AVEYRONNAISES


Par J.-P. DURAND.

PREMIÈRE PARTIE.

Les noms de famille et les noms de lieux.


Les recherches d’étymologie, jusqu’à ces derniers temps, ne furent guère qu’un jeu d’imagination; aujourd’hui elles sont soumises à une méthode rigoureuse, vraiment scientifique, et mènent à des résultats qui ne profitent pas seulement à la science du langage , mais qui offrent un intérêt réel, et parfois très considérable, pour l’histoire. En effet, l’origine des mots, leurs éléments, leur formation, leurs applications successives, contiennent des secrets précieux sur la vie des générations éteintes et constituent de véritables documents historiques pouvant servir à compléter les annales écrites et, quand elles font défaut, à en tenir lieu dans une certaine mesure.

Comme tous les autres, l’idiome de l’Aveyron a ses mystères étymologiques, et les pénétrer, ce serait faire du même coup quelques percées dans le voile encore bien épais qui nous dérobe le passé de notre sol natal.

Le langage indigène de cette province, appelé par nous, peut-être avec trop d’humilité, notre patois, est l’un des témoins les moins mal conservés de la vieille langue des troubadours, qui elle-même ne fut autre chose qu’une des variétés provinciales du latin populaire, dit lingua rustica, qui était parlé dans tout l’empire romain, et qui a donné naissance aux diverses langues modernes dites néo-latines ou romanes, et dont les principales sont le français, l’italien et l’espagnol. Mais existe-t-il quelque part un thesaurus de cette langue du Rouergue où tous les mots qui lui appartiennent se trouveraient rassemblés, et où le philologue pourrait les étudier et les disséquer à loisir  ? Le dictionnaire patois que la Société fait imprimer en ce moment era, sans nul doute, une œuvre utile  ; cependant, en admettant que l’auteur, le regrettable abbé Vayssier, ait été assez heureux pour réunir et consigner dans son recueil la totalité des expressions présentement en usage dans le parler de nos paysans, son inventaire de la lexicologie rouergate n’en restera pas moins pour cela fort incomplet. On ne devrait pas l’oublier, et on l’oublie pourtant, ce patois était encore une langue écrite et littéraire il n’y a guère que trois siècles de cela. Depuis lors, c’est-à-dire du moment où la France du nord a porté le dernier coup à l’autonomie de nos provinces méridionales et leur a imposé son administration et son langage, une foule d’expressions de l’idiome indigne, notamment toutes celles dont l’emploi était réservé à la société polie et aux lettres, sont tombées en désuétude. Elles n’ont pourtant pas cessé de lui appartenir de droit sinon de fait, d’en constituer une portion intrinsèque, et elles doivent par conséquent y être réintégrées.

Cette restitution pourra s’opérer à l’aide de la paléographie, qui a été trop peu cultivée et trop peu encouragée parmi nous jusqu’ici. Beaucoup de documents en rouergat subsistent encore ; il faut s’empresser de les réunir, de les déchiffrer et d’en publier le plus grand nombre possible. Notre vieux rouergat reconstitué, remis en possession de tout ce que la conquête française lui fit perdre et lui fait perdre chaque jour davantage en le menant d’une extinction prochaine, inévitable, et à beaucoup d’égards Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/241 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/242 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/243 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/244 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/245 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/246 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/247 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/248 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/249 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/250 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/251 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/252 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/253 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/254 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/255 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/256 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/257 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/258 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/259 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/260 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/261 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/262 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/263 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/264 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/265 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/266 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/267 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/268 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/269 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/270 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/271 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/272 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/273 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/274 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/275 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/276 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/277 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/278 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/279 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/280 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/281 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/282 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/283 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/284 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/285 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/286 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/287 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/288 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/289 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/290 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/291 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/292 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/293 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/294 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/295 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/296 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/297 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/298 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/299 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/300 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/301 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/302 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/303 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/304 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/305 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/306 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/307 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/308 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/309 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/310 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/311 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/312 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/313 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/314 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/315 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/316 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/317 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/318 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/319 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/320 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/321 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/322 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/323 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/324 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/325 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/326 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/327 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/328 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/329 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/330 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/331 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/332 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/333 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/334 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/335 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/336 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/337 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/338 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/339 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/340